Identification

52. dimanche (XLIX)

Ecrit par Didier Ayres 22.02.14 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

52. dimanche (XLIX)

 

le ravissement

parce que l’instant d’écrire est une espèce d’apogée, de point haut qui surplombe la réalité, la chose dite

c’est dans cet esprit que je parle d’un ravissement, d’une dépossession de soi par une activité sans corps, dématérialisée, inerte en un sens

déprendre, se défaire, se décaler soudain dans la masse forte et vivante du réel, pour saisir, étreindre, ôter, couper aussi en quelque sorte, revivre

produire du langage

c’est une sorte d’opération d’alchimie, une sidération, comme est étrange dans le meilleur des cas de faire sortir une langue de cristal du milieu du tourbillonnement instable du réel

c’est donc une forme violente qui accompagne l’écrire

une lutte

quelque chose qui départage le réel en deux, qui s’appuie sur le caractère sécable de la langue pour reproduire la réalité à elle-même

on pourrait parler d’ivresse, non tant pour le bonheur de la vapeur alcoolique, mais pour la manière de perte de soi, de dépersonnalisation, qui s’effectue pour accueillir le langage

il faut donc faire place

il faut ensemble rendre, agir dans le moment insécable du visible, pour faire naître une image

par exemple : cette froide journée de décembre tout au cœur, au milieu de la page, l’activité plastique des blancs du ciel et des gris, des gorges de la ruelle où vient heurter une tourterelle, là, au passage du réseau électrique – comme on en connaît dans les films d’Ozu –, une petite tourterelle qui cherche une maison, comme est, en vérité, notre destin personnel, pris dans la glace du temps

ce n’est qu’une expérience

 

Didier Ayres


  • Vu : 1636

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.