Identification

Dit de lieux-dits (VI & VII), par Clément G. Second

Ecrit par Clément G. Second 14.12.16 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

Dit de lieux-dits (VI & VII), par Clément G. Second

 

VI -

Ces lieux qui n’en ÉCRANTELINET ont pas ailleurs que dans l’Ailleurs pourtant pressenti grâce à eux, ont à voir avec le flottant, le mouvant, le ciel – lequel décline son atlas souple en reflet dirait-on de leurs évolutions.

--------TRISSEINTES

Ne pas en abuser, ils sont  sans défense.

-----------------------VILLANZY

Ils se laissent nommer, donc taire aussi.

Sortis du bleu, du gris, de tout informe, ils y retournent en se gommant dans le registre d’une faiblesse irrésistible.

-------------------------------------MORANDE

Lisibles noir sur blanc, ils réconcilient pour les songeurs d’espace l’ici palpable avec un nulle part lancinant.-------FALLOISE

Troupeau ailé jusqu’aux racines, orographie d’un grain insoupçonné des pages.

--------LA   DEVANTINE

Ô variantes, ô possibles !------------------------HIRANCIE R

Faire avec, SAINT – VENEST - EN - GÉRIDE n’est-ce pas accéder à la capacité de vivre sans ?

On sourit vers des seuils, on scrute et on bredouille, élève besogneux à l’école des enseignes syllabées, tout à la  bénédiction malhabile de l’insuffisance.

Filets de lettres glissés là, qui sinuez à la merci des lèvres et des doigts, nous laverez-nous bien de cette envie subreptice de basculer dans un vieux rien-du-tout simulant le grand Tout ?

-----------------------GRE SS Y   -   VOLL INGE

Oui, en nous susurrant qu’on n’embrasse jamais : faillible voyageur, on parcourt !                                 LARANCELLE

 

VII -

 

Dix fois deux ont été pris VISANGEY et retenus, qui se sont pris au jeu. Les uns sont descendus d’un  à-pic TREGENESTRE du non-être, d’autres LA CERLANGUE ont faussé compagnie aux flèches de sortie, aux déviations,   aux bornes, et les voilà faisant leur méli-mélange. JURESTREL On a beau leur dire : « Toute la page soit RESTILANGE à vous, je vais me taire. Vous parlerez dans  ESTERNAY tout le blanc qui reste à la posée. Qui a des yeux au fond des yeux, GRIVERSE qu’il vous regarde. Jusqu’à VOYDUN lire vos alentours, qui eux aussi sont vous. Moi, sur la pointe de la plume, de la bille ou des touches, je m’en irai. » VALMONT Ils laissent parler, mais VENEÇON d’une façon que l’on sent gênée, comme à regret réprobatrice. Si sages soudain BELLENCOMBRE dans leur liste, nobles et ordonnés. Après un assez long silence de cigarettes LASTOURS et de  soupirs, on comprend PELUGUET-SUR-CLAIRE leur attente : être longés, bordés, flanqués d’une lignée de mots qui les garde. MANÉGLISE Qu’une encre assez libre avec eux s’adonne à les sertir… « Un peu de toi, murmurent-ils, un peu de toi pour nous. BORDEMONT Tu ne vaux pas grand-chose, toi non plus. VANDEUVRE Ton nom aussi  s’efface en deçà LANQUETOT de tes signes. Car tu désignes en résignant assez de ta présence pour mieux donner à voir. » On tremble fort DOLMER-EN-RIVOISANT de leur finesse et on les gronde en douce : « Il ne faut pas que des secrets s’éventent… »  Un peu sévères, ils nous remplissent tendrement de quelques-uns GARLAN de leurs abîmes. PRESSUYNES Et l’on cède.

Alors, al vagar la pluma, ce qui veut dire au gré vagabond de la plume, on sème auprès d’eux les fourmis délicates de l’hommage. La compagnie n’encombre pas si le partage évase l’espace, chers noms de lieux qui tablez sur notre patience en attendant que dans un ciel inconcevable un bleu du sacré nom de Dieu nous infuse une grâce qui chante. Avérés ou rêvés, vous demeurez dans les domaines de la joie.

Et l’on vous reconnaît par-delà des signaux, pressant vers des splendeurs les revenus de loin qui prolongent leur voie en espérant l’assomption dans l’immense.

 

Clément G. Second

  • Vu : 1961

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Clément G. Second

Lire tous les textes de Clément G. Second

 

Écrit depuis 1959 : poèmes (sortes de haïkus qu’il préfère nommer Brefs, sonnets, formes  libres), nouvelles, notes sur la pratique de l’écrit principalement.

Plusieurs ouvrages en cours ou achevés, parmi lesquels, en poésie,  Porteur Silence (2017 aux Éditions Unicité de François Mocaër), Encres de songerie (2018) et Ce qu’avoue la lisseur des choses suivi de Reprise (2020) chez le même éditeur..

Longtemps en retrait des échanges littéraires, a commencé en 2013 à collaborer à diverses revues pour l’ouverture et le partage : publications  dans Le Capital des Mots,  La Cause Littéraire, Décharge, 17secondes, Écrit(s) du Nord, Incertain regard, Lichen, Littératures brèves, N47, Neiges (site Landes), Nouvelles d’Harfang, Paysages écrits, Revue Pantouns, Terre à Ciel, Verso.

Réalisations avec Agnès Delrieu, photographe (revues, blog L’Œil & L’Encre http://agnesdelrieu.wix.com/loeiletlencre)

Proche de toute écriture qui « donne à lire et à deviner » (Sagesse chinoise), où « Une seule chose compte, celle qui ne peut être expliquée » (Georges Braque), et qui relève du constat d’Albert Camus : « L’expression commence où la pensée finit ».

 

Son blog : Carnets de flottaison CF. https://carnetsdeflottaison.blogspot.com/