Identification

Chemin de bois près des cabanes - Trois variations sur une plage

Ecrit par Clément G. Second 17.03.15 dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

Chemin de bois près des cabanes - Trois variations sur une plage

À Olivier Rouquette, pour sa photo

Chemin de bois près des cabanes

Trois variations sur une plage

Mini-nouvelles de 150 mots

 

1

La nuit est tombée sur la plage. C’est le début de l’automne, il fait à peine frais. Le long des cabanes closes le chemin de planches est désert. Il a plu ; la lune qui joue avec les nuages projette ses reflets changeants sur le bois. Une silhouette frêle mais décidée s’approche. Une adolescente. S’étant assurée d’être seule, elle se déchausse et danse sur les planches. Danse on ne sait quoi. Elle danse de tout son corps, de tous ses gestes, de toute sa joie. Elle semble faire offrande du mouvement qui l’anime. La mer un peu plus loin, en ressac au pied des galets, rêve tout bas. La jeune fille danse. Le vent se rapproche, veut l’entourer ; elle s’en dégage. Elle danse. Aux balcons du ciel, des étoiles penchées lui lancent des clignotements. Elle danse encore longtemps, longtemps. À la fin, sa révérence rencontre l’assentiment recueilli du silence.

2

– Ch’était génial, j’t’achure… J’aspirais ma salive qui avait trouvé par où sortir. Ch’te vue en un éclair ! Chuper, j’recommencherai… Elle me trouvait une drôle de voix allumée-triste.

– Allô ? chi j’délire ?… Mais non ! Chuis à l’hochto depuis hier. Cha ch’est paché comme cha…

Je lui ai raconté : on avait bu entre copains, trop de canettes. On était chauds. Vers le soir, ayant eu envie de sortir, on s’était retrouvés sur la plage à courir sur les planches en martelant du talon, en déconnant. Manu s’était demandé où était sa gazelle. Il était paf. Moi aussi mais je savais. Un peu après j’avais déboulé de loin sur la vieille moto, vroooom, à fond sans casque, et alors sur le bois et les galets, freinage à mort et vol plané ! Les galets, c’est pas tendre… De quoi avoir un nez pété et plus d’une dent contre eux.

 

3

La vieille dame m’a souri. Ridée mais élancée, vive. La plage est tranquille. Saison basse. Nous marchons sur les planches le long des cabanes fermées pour la plupart, tout en parlant. Je ne lui confie pas que j’y ai fait de la moto folle, mais que j’aime y marcher pieds nus n’importe quand.

– Moi, c’était pareil. J’adorais, mais seulement la nuit.

Mon silence l’encourage.

– Voyez-vous, dans ma jeunesse je n’aimais que danser. Pas sur des airs. Je préférais le silence. Ça me rendait si heureuse… Alors de nuit, toutes ces années avant de rencontrer mon mari, il fallait voir.

Elle rit soudain.

– Oh, en fait, personne ne voyait. Mais c’était si bien… J’évoluais sur mes planches, en m’inventant un public, quoi.

– …

– Je ne serai pas devenue danseuse. Mais… c’est là !

Soudain juvénile, elle appuie un index sur mon thorax.

Elle esquisse deux, trois pas. Et puis s’en va.

 

Clément G. Second


  • Vu : 1951

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Clément G. Second

Lire tous les textes de Clément G. Second

 

Écrit depuis 1959 : poèmes (sortes de haïkus qu’il préfère nommer Brefs, sonnets, formes  libres), nouvelles, notes sur la pratique de l’écrit principalement.

Plusieurs ouvrages en cours ou achevés, parmi lesquels, en poésie,  Porteur Silence (2017 aux Éditions Unicité de François Mocaër), Encres de songerie (2018) et Ce qu’avoue la lisseur des choses suivi de Reprise (2020) chez le même éditeur..

Longtemps en retrait des échanges littéraires, a commencé en 2013 à collaborer à diverses revues pour l’ouverture et le partage : publications  dans Le Capital des Mots,  La Cause Littéraire, Décharge, 17secondes, Écrit(s) du Nord, Incertain regard, Lichen, Littératures brèves, N47, Neiges (site Landes), Nouvelles d’Harfang, Paysages écrits, Revue Pantouns, Terre à Ciel, Verso.

Réalisations avec Agnès Delrieu, photographe (revues, blog L’Œil & L’Encre http://agnesdelrieu.wix.com/loeiletlencre)

Proche de toute écriture qui « donne à lire et à deviner » (Sagesse chinoise), où « Une seule chose compte, celle qui ne peut être expliquée » (Georges Braque), et qui relève du constat d’Albert Camus : « L’expression commence où la pensée finit ».

 

Son blog : Carnets de flottaison CF. https://carnetsdeflottaison.blogspot.com/