Identification

Actes Sud

Deux étrangers, Emilie Frèche

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Lundi, 18 Février 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Deux étrangers, janvier 2013, 288 p., 21 € . Ecrivain(s): Emilie Frèche Edition: Actes Sud

 

Deux étrangers, le dernier roman d’Emilie Frèche témoigne du métier de ce jeune et prolixe écrivain qui assurément sait raconter des histoires. Tout en brassant de nombreux thèmes annexes, il a pour sujet central la transmission, la reproduction et l’héritage, dans le cadre de la famille, ce lieu où se forgent des destins individuels s’inscrivant dans une lignée.

Après une enfance douloureuse, traumatisée par les humiliations et les violences verbales d’un père dominateur et la lâche soumission amoureuse de sa mère à cet homme tyrannique, Elise, la narratrice, s’est en apparence dégagée de l’emprise paternelle et le noyau familial originel s’est délité. Avec Simon et ses deux enfants, elle a construit son propre foyer, veillant à se démarquer du modèle parental, tandis que son frère, si complice autrefois, s’éloignait d’elle. Son père, lui, s’est installé au Maroc suite au décès de sa femme. Séparés par une mer et sept ans de silence, le père et la fille sont devenus des étrangers.

Potentiel du sinistre, Thomas Coppey

Ecrit par Stéphane Bret , le Lundi, 04 Février 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Potentiel du sinistre, février 2013, 215 pages, 19 € . Ecrivain(s): Thomas Coppey Edition: Actes Sud

 

Les romans décrivant le monde du travail, ses rouages implacables, les douleurs innombrables engendrées par les fermetures de sites, les restructurations à répétition, se multiplient dans la littérature française. C’est un signe de vitalité et de lucidité. Dans ce courant de la description sociale et aussi sociologique s’inscrit le roman de Thomas Coppey, Potentiel du sinistre, d’ores et déjà très prometteur.

Chanard, le personnage principal du roman est ingénieur financier. Il est dynamique, professionnel, compétent dans sa spécialité ; il ne manque donc pas l’entretien d’embauche du Groupe. C’est ainsi que se nomme l’entreprise qui va l’employer, comme pour en souligner le caractère anonyme et substituable. Chanard est marié à Cécile qui travaille pour la Société, autre nom générique donné à son employeur. Les collègues présentés à Chanard dès sa prise de fonction correspondent grosso modo à des archétypes de comportements :

Une folle en liberté, Beate Grimsrud

Ecrit par Christian Massé , le Lundi, 21 Janvier 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Pays nordiques, Roman

Une folle en liberté, traduit du norvégien par Alex Fouillet, 2012, 445 p. 24 € . Ecrivain(s): Beate Grimsrud Edition: Actes Sud

 

Tu sais, quand je me suis réveillée vers trois heures du matin, j’ai regardé ma main droite et j’ai senti très nettement que mes cinq doigts, c’est moi. Espen, Emil, Erik, le prince Eugen et Eli. Espen, c’est le petit doigt, mais je ne sais pas si c’est Erik ou Eli dans l’index. Ça me rend furieuse…

Espen est le personnage populaire que personne ne veut jouer au théâtre dans une pièce où son rôle serait le principal. C’est lui qui décide de tout et qui vient dans les larmes des autres. Espen pleure souvent dans les yeux de la narratrice. Surtout quand elle est en détention préventive. Emil est celui qui pense que tant qu’on peut jouer au football, rien de grave ne peut arriver. La narratrice écrit souvent son nom en grosses lettres enfantines sur son cahier. Erik est celui qui est là où le monde n’est pas. Exclu de lui-même, il donne des coups de pied et boxe dans le vide. Il a seize ans, comme la narratrice. C’est un rebelle qui lui ordonne parfois de casser des bouteilles. Retenu en détention avec elle, il est obsédé par l’idée d’aller chercher le nouveau costume d’Eugen. Le prince Eugen veut à tout prix que la narratrice doit montrer qui elle est vraiment. Il ne cesse de le lui répéter. Enfin, Eli : Eli en hébreu veut dire « mon Dieu ». C’est à la fois un nom de fille et un nom de garçon. Elle est venue en Suède pour aller dans une université populaire.

Nouvelles du pays, Sefi Atta

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Mardi, 13 Novembre 2012. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Afrique, Nouvelles

Nouvelles du pays. Trad. Anglais (Nigéria) Charlotte Woillez. Novembre 2012. 359 p. 23 € . Ecrivain(s): Sefi Atta Edition: Actes Sud

L’écriture de Sefi Atta relève de l’extraordinaire, rien moins. On sourit, on rit franchement, à chaque histoire, à chaque page souvent et pourtant, peu à peu, presque sans s’en apercevoir, le lecteur est bouleversé jusqu‘au fond de l’âme par ces nouvelles qui racontent la misère de l’Afrique, la double misère des femmes africaines, la triple misère des femmes africaines et musulmanes.

Souffrances itinérantes et universelles, que ces femmes soient au pays – alors objets de toutes les maltraitances de la vie, de la culture locale et des hommes - ou émigrées dans les pays développés - objets alors des humiliations et de l’exploitation économique et sexuelle - ou encore marginales par désespoir, comme cette femme inoubliable de la nouvelle intitulée « Dernier voyage » et qui passe de la cocaïne du Nigéria en Angleterre par avion, en avalant des dizaines de sachets de caoutchouc remplis de blanche qu’elle évacuera à l’arrivée par des « voies naturelles » :

 

« Elle doit faire attention avec l’huile : s’il y en a trop, son ventre risque de sécréter des sucs gastriques et de dissoudre le latex. Les sachets sont trop gros, pas faciles à avaler. Quand ils descendent, ses oreilles se bouchent, sa poitrine se contracte. »

Sous le regard du lion, Maaza Mengiste

Ecrit par Theo Ananissoh , le Jeudi, 08 Novembre 2012. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

Sous le regard du lion, traduit de l’anglais (USA) par Céline Schwaller, octobre 2012, 368 p. 23,70 € . Ecrivain(s): Maaza Mengiste Edition: Actes Sud

 

C’est un premier roman qui est à la hauteur de son sujet : La révolution qui mit fin, en 1974 en Éthiopie, à une monarchie vieille, dit-on, de trois mille ans ! Un changement de régime et d’époque advenu, soulignons-le, par la volonté des hommes certes mais en quelque sorte contre leur propre mentalité, leur propre état d’esprit du moment. Le premier tiers du roman, qui décrit la fin des quelque quarante années de règne de l’empereur Hailé Sélassié, traduit avec une belle sobriété l’effarement de tous et de chacun face à l’événement – effarement que relatait déjà l’écrivain polonais Ryszard Kapuscinski dans son admirable Le Négus (éd. 10/18). Les officiers révolutionnaires font prisonnier le « Roi des Rois » dans son palais sans oser se dire à eux-mêmes ce qu’ils sont en train de commettre.

« Il n’avait pas pensé au fait que quelqu’un devrait surveiller l’empereur Hailé Sélassié, marcher devant ces yeux capables de renverser un homme d’un simple battement de cils ».

D’un côté, de « simples mortels », de l’autre, « l’élu de Dieu », le monarque « dont on pouvait remonter la lignée jusqu’au sage roi Salomon de la Bible ».