Identification

Actes Sud

A propos du roman, Paul Gadenne

Ecrit par Christian Massé , le Mardi, 26 Mars 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres

A propos du roman, 130 pages . Ecrivain(s): Paul Gadenne Edition: Actes Sud

 

« Je ne puis parler de mes romans à personne durant le temps où je les compose. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas de l’ordre du langage parlé. Je ne vois mes personnages, je ne les entends, que dans le silence intérieur ».

Un sujet de roman n’existe pas quelque part en dehors de son auteur. Ce n’est pas une marchandise ramassée dans un supermarché… Le sujet trouve son auteur, oui, comme une sorte de présence qui l’envahit. Une idée se dépose un jour en lui, le féconde, devient consubstantielle à lui. C’est une graine qui est tombée sur le sol qui est sien par nature, et cela fait un livre. « Pourquoi écrire, si ce n’était pour nous délivrer de notre présence ? » (à ce sujet, à cette graine).

Une force nous pousse à écrire : le besoin de traduire la vie. Traduire, au sens propre du mot, c’est faire passer la fameuse graine d’un état à un autre. Traduire la vie, c’est tenter d’en changer la nature – de la faire nôtre. C’est essayer de la dominer, en nous en appropriant la substance. Ecrire, c’est une façon de nous assurer une certaine emprise sur les choses, par la conscience que nous en avons un instant. Est-il besoin d’ajouter que c’est d’abord pour soi que l’on écrit ? Se plaçant devant sa page blanche, l’écrivain ne se place d’abord que devant lui-même. Tant mieux si, après coup, il trouve un public.

Deux chambres avec séjour, Ibrahim Aslân

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 20 Mars 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Pays arabes

Deux chambres avec séjour, traduit de l’arabe (Egypte) Stéphanie Dujols, février 2013, 124 pages, 16,80 € . Ecrivain(s): Ibrahim Aslân Edition: Actes Sud

 

Petit livre aux dimensions du modeste appartement, dont il est question, ici. Petit, mais à la densité extrême de ce qui s’y passe : la vie…

L’histoire tient dans une paire de babouches – usées, familières, posées sur la palier.

Khalil est vieux, usé lui aussi, mais fier de tenir encore debout. Ihsan, est le versant féminin de l’attelage qu’on imagine avec tendresse rouler depuis un bon bout de temps. Ils ne sortent plus beaucoup, ressassent des miettes de souvenirs, se chamaillent pour des riens, conjuguent au passé. Un – doux et tendre – « au théâtre ce soir », sis au cœur du vieux Caire.

Ishan vient à mourir. Portes et fenêtres s’ouvrent sur la rue, les anciens copains, les voisins qu’on connaissait au fond bien peu… Le temps continue sa course au rythme de la pendule des « vieux » chers à Brel…

Bonita Avenue, Peter Buwalda

Ecrit par Yann Suty , le Mardi, 12 Mars 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Pays nordiques, Roman

Bonita Avenue, traduit du néerlandais par Arlette Ounanian Février 2013, 514 p. 23,80 € . Ecrivain(s): Peter Buwalda Edition: Actes Sud

 

Sigerius a été l’un des meilleurs judokas des Pays-Bas. C’est aussi un intellectuel, un mathématicien de génie qui a reçu le prix Fields, l’équivalent du Prix Nobel pour les mathématiques. Il est « le scientifique préféré des Néerlandais ». Il devient le recteur d’une université et, bientôt, c’est à des responsabilités gouvernementales qu’il pourrait être appelé.

C’est ainsi qu’Aaron présente celui qui fut son beau-père. Son beau-père, mais néanmoins ami avec lequel il partage l’amour du judo – les deux hommes s’entraînent ensemble plusieurs fois par semaine –, mais aussi celui du jazz.

Aujourd’hui, Aaron ne va pas bien. Pour le plus grand monde, il est même un « fou patenté ». Il est psychotique.

« D’après son médecin traitant, c’était un patient qui reconnaissait et admettait son mal – ce qui signifiait qu’il avalait ses capsules de son plein gré –, et donc, jugé apte à vivre de manière autonome. Mais il ne fallait pas lui en demander davantage. Il était absolument dépourvu d’ambition. Son mot d’ordre désormais était “éviter”, éviter les excitations, éviter les tensions, éviter tout ce qui pourrait le pousser à ne plus éviter ».

Roma/Roman, Philippe de la Genardière

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Lundi, 11 Mars 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Roma-Roman, février 2013, 310 pages, 21,90 € . Ecrivain(s): Philippe de la Genardière Edition: Actes Sud

 

Pensionnaire de la Villa Médicis au milieu des années 1980, Philippe de la Genardière revient sur les lieux de manière romanesque avec Roma-Roman, un livre dédié à Alain Resnais dont le titre renvoie aux heures de gloire du cinéma. Et L’année dernière à Marienbad, film réalisé à partir du « ciné-roman » d’Alain Robbe-Grillet, qui immortalisa l’image de Delphine Seyrig, vient y articuler toute une mise en abyme permettant à l’auteur de déstructurer le temps pour retrouver des « strates enfouies » et d’explorer le rapport de la fiction au réel dans l’art cinématographique comme dans la littérature.

Adrien qui vingt ans auparavant avait tourné dans cette villa romaine « Ciné-roman », sorte de remake plus solaire du célèbre film de Resnais, invite Ariane et Jim, les deux acteurs qui en étaient les héros, à une petite fête commémorative sur ce lieu magique. Bon vivant amateur de belles femmes, il n’avait pas eu à l’époque l’aventure désirée avec sa jeune actrice tandis que Jim, devenu depuis écrivain, avait été son amant. Quant à Ariane, « petite nymphomane » malmenée par ce metteur en scène tyrannique, elle avait abandonné son métier après le film.

Profanes, Jeanne Benameur

Ecrit par Emmanuelle Caminade , le Mercredi, 27 Février 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Profanes, janvier 2013, 288 p., 20 € . Ecrivain(s): Jeanne Benameur Edition: Actes Sud

Avec Profanes, Jeanne Benameur signe un livre étonnant à tout point de vue remarquable, un livre vibrant et chaleureux, revigorant, qui vient à la rencontre du lecteur pour lui faire partager cette « émotion du monde », cette passion de la vie qui semble la sienne. Elle lui conte pourtant une bien curieuse histoire tournant autour de la mort accidentelle d’une jeune fille, et de son père qui ne s’est jamais remis de ce drame. Chirurgien aguerri, il n’avait pas osé à l’époque prendre le risque d’opérer lui-même sa fille. Sa femme  ne lui avait pas pardonné et l’avait quitté…

Tous les ingrédients d’un mélo sont là mais Jeanne Benameur n’a pas la plume complaisante et ce n’est manifestement pas ce qui intéresse cette auteure qui paraît s’exprimer par la voix de son héros : « Ce n’est pas la mort qui m’intéresse, c’est la vie. Le sacré (…) ce qui relie les deux ». Le sacré, un mot qui n’est pas pour elle réservé à la religion et désigne quelque chose d’inconnu qui dépasse l’homme sans pour autant lui être extérieur, quelque chose se trouvant « au cœur-même de l’homme » détenteur d’une parcelle de divin et donc gardien du temple avec ses semblables. Ainsi, ce livre émancipateur qui s’attaque au paradoxe de la vie et de la mort et célèbre le culte de la « vie trébuchante » en mettant en scène des Profanes s’adresse-t-il à des « âme[s] imparfaite[s] », à « des hommes et des femmes » qui comme eux doutent et peuvent tous néanmoins « approcher ce qui fait le cœur de la vie ».