Identification

Actes Sud

Une part de ciel, Claudie Gallay

Ecrit par David Campisi , le Jeudi, 22 Août 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Une part de ciel, 21 août 2013, 446 pages, 22 € . Ecrivain(s): Claudie Gallay Edition: Actes Sud

 

Massif de la Vanoise, à l’aube de l’hiver.

Carole vient revoir son père. Durant quelques jours de neige et de glace, elle va retrouver le village de son enfance, ses habitants dont elle a oublié les visages. Revoir son frère, Philippe, qui rêve de tracer le chemin d’Hannibal dans les montagnes. Sa sœur, Gaby, qui vit dans un bungalow et qui attend Ludo. Ludo, c’est son mec. Il doit sortir de prison.

C’est un roman où il fait froid, où les hommes sont taillés par les hivers impitoyables. Un roman où l’on attend avec Carole le retour du père. Curtil.

Et puis par le carreau givré d’une fenêtre on attend la neige qui ne devrait plus tarder. Décembre s’écoule, les jours défilent. On fait la rencontre de Francky, le tenancier du bar où l’on peut encore utiliser le vieux jukebox. La serveuse, qui est beaucoup trop jolie et qui, dans le froid, reste les bras nus pour servir les clients.

L'amour est une île, Claudie Gallay

Ecrit par David Campisi , le Jeudi, 22 Août 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

L’amour est une île, 2010, 351 pages, 21,80 € . Ecrivain(s): Claudie Gallay Edition: Actes Sud

 

L’île, c’est Avignon. L’Avignon d’un été brûlant où le soleil chauffe les pavés, les corps suants, l’air qui vibre et les destins qui s’échauffent. Oubliez La Hague, on change de décor.

 

Une cité, des personnages


Une question traverse ce roman : combien de temps durera encore la révolte des galériens du « Off » au Festival d’Avignon ?

Nous sommes plongés dans le feu de 2003, au cœur du bouillon, aux côtés des acteurs et des intermittents du spectacle qui hurlent leur colère aux autorités sourdes dans les ruelles minuscules d’une cité enfermée dans ses murailles. Le vent ne souffle plus et lorsqu’il souffle, il est brûlant de rage.

Great Jones Street, Don DeLillo

Ecrit par Yann Suty , le Vendredi, 19 Juillet 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Great Jones Street, 304 pages, 22 € . Ecrivain(s): Don DeLillo Edition: Actes Sud

Plus de 30 ans après sa publication, Actes Sud réédite le livre de Don DeLillo, Great Jones Street.

Bucky Wunderlick est une rock-star au sommet de sa gloire. Subitement, il décide d’abandonner son groupe en pleine tournée et de disparaître. Homme public, il aspire à une vie privée et se réfugie dans un petit appartement miteux sur la Great Jones Street du titre, dans l’East Village new-yorkais.

« Tu es sorti de ta légende pour te mettre en quête d’une liberté personnelle ».

Mais personne n’entend le laisser tranquille.

Le « pouvoir » de Bucky augmente. Plus il passe de temps dans l’isolement, moins il fait parler de lui, et plus il existe dans les médias et dans l’esprit du public. Sa présence devient encore plus intense que lorsqu’il arborait son costume de rock-star et écumait les scènes.

Les rumeurs vont bon train. Alors qu’il reste enfermé dans sa chambre à New York, il est aperçu dans différents endroits du monde. Certains l’auraient également vu donner des concerts.

Bucky en vient à changer de statut. Plus qu’une rock-star, Bucky apparaît comme un messie en herbe, un porte-parole, quelqu’un qui pourra donner aux gens du sens à leur vie. On attend de lui qu’il parle, qu’il délivre son message.

Oiseau de malheur, Johanna Sinisalo

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 17 Juillet 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Pays nordiques

OISEAU DE MALHEUR Editions « Actes sud » mars 2011 / 416 pages / 23 € . Ecrivain(s): Johanna Sinisalo Edition: Actes Sud

L’AUTEUR : Jeune auteur finlandais, Johanna Sinisalo, a déjà obtenu le « finlandia prize » pour « jamais avant le coucher du soleil ».

Où peut bien se trouver la cage de cet « oiseau de malheur » dans les fichiers d’Actes Sud ? Thriller ? Fantastique ? Rubrique écologie politique ? Roman d’amour ? A tour de rôle, ces genres ? ou, tous à la fois, en un mélange sucré / très salé ?
Ce qu’on entend d’abord, c’est le côté trek-book, à mi pente entre un « Petit futé » pour pieds agiles, et un « Guide du routard » à ne pas mettre dans tous les sacs…
On part en méga rando (non professionnels, s’abstenir) avec un couple (amoureux, en partant) de jeunes finlandais, s’élançant, non sur le G20 cher à nos randonneurs – moi, non compris – mais, là-bas, au bout du monde, dans une Tasmanie inconnue (juré) de tous les élèves…
Il faut plusieurs semaines pour espérer boucler l’affaire, avec un emploi du temps de psychorigide, un zeste de bagages (du genre : tout-doit-tenir-dans-le-mini-sac-à-dos-oui-ou-m----- !) ;

Un balcon sur l'algérois, Nimrod

Ecrit par Theo Ananissoh , le Vendredi, 12 Juillet 2013. , dans Actes Sud, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Afrique, Roman

Un balcon sur l’Algérois, avril 2013, 174 pages, 18 € . Ecrivain(s): Nimrod Bena Djangrang (Nimrod) Edition: Actes Sud

 

 

Début des années quatre-vingt. Paris – c’est-à-dire, essentiellement Montparnasse, Saint-Germain-des-Prés et Montmartre. Nimrod, un jeune étudiant tchadien, arrive de son pays et s’inscrit à la Sorbonne. Les rapports avec sa directrice de mémoire, d’académiques, virent à la passion amoureuse et charnelle. Jeanne-Sophie est fille de colonel et issue de la grande bourgeoisie. Lui est boursier. Il est marié – Maureen, l’épouse, est au Tchad avec leur fille ; elles le rejoindront peut-être. Jeanne-Sophie a toujours eu ce qu’elle voulait et est habituée à posséder ce qu’elle désire. A côté de ces deux personnages, il y a quelques autres dont Bakary, éboueur malien de son état et père d’un garçon qu’il a eu avec Sylvie, une amie de Jeanne-Sophie. Sylvie, également prof à la Sorbonne, est une « fille d’aristos » ; son père est un banquier… Voici comment pense et parle Bakary – au grand dam de sa compagne ; enfin compagne est une façon de parler parce que Bakary a sa fierté d’éboueur. Il tient à son foyer de travailleurs d’Arcueil-Cachan et refuse d’emménager avec Sylvie dans son appartement du 16ème. Bakary donc – il s’adresse à Nimrod :