Identification

Mon petit Direlicon, Philippe Annocque (par Fabrice Del Dingo)

Ecrit par Fabrice del Dingo le 26.05.21 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Mon petit Direlicon, Philippe Annocque, Editions Lunatique, mai 2021, 106 pages, 12 €

Mon petit Direlicon, Philippe Annocque (par Fabrice Del Dingo)

 

Direlicon, pour ceux qui l’ignoreraient, c’est-à-dire à peu près tout le monde, signifie Dictionnaire des Idées REcues sur la LIttérature CONtemporaine. Direlicon est à la fois un néologisme ET un acronyme, de même que le capitaine Annocque (le compagnon inséparable de Tintin) est à la fois barbu ET alcoolique. Il faut noter que Direlicon ne s’écrit pas Direli con car cela pourrait prêter à confusion.

L’auteur du petit Direlicon, M Annocque, est à la fois admirateur de Gustave Flaubert, francophone par sa mère et lunatique par son éditeur. On apprend d’ailleurs, en lisant ce précieux dictionnaire, que, de Gustave Flaubert à Valérie Trierweiler, l’adultère est un des sujets de prédilection des grands écrivains, et que Valéry Giscard d’Estaing fut à l’académie française ce qu’Eric-Emmanuel Schmitt est à l’académie Goncourt : un immortel auteur.

L’auteur (le mâle de l’autrice) nous révèle que les blogs permettent aux écrivains de faire la promotion de leurs livres ; M. Annocque en profite pour faire l’inverse, c’est-à-dire la promotion de son blog dans son petit dictionnaire, c’est donc un malin doublé d’un pervers nombriliste.

Il nous enseigne beaucoup de choses sur les écrivains : ils doivent rechercher la complexité de peur que les lecteurs ne les comprennent. Il souligne les efforts du gouvernement de M. Castex pour favoriser la lecture grâce au couvre-feu qui permet de rentrer chez soi pour lire plus tôt. Et souligne que le mot lit est « ainsi nommé car c’est là qu’on lit ». Qui l’eût dit ? C’est là qu’on lit.

Annocque est parfois abrupt : il fuit les germanopratins et a l’audace de préférer Sébastien Bottin à Gaston Gallimard. Il englobe du même mépris la « littérature d’avant-garde » et celle « post-moderne », qu’il juge illisibles. Il pratique le second degré, renvoyant la littérature post-moderne, donc illisible, à Michel Houellebecq, alors que « Éric-Emmanuel Schmitt est un romancier lumineux ».

Selon lui la postérité est l’« état de grâce d’un auteur lu après sa mort », un grand écrivain vivant ne serait-il qu’un occis mort ?

Enfin, l’auteur de cet amusant dictionnaire souligne à quel point les critiques sont des êtres néfastes : ils ne lisent pas les livres dont ils parlent, disent du mal lorsqu’ils sont « jaloux du succès de l’auteur » et n’encensent que leurs copains. Alors là, il a tout faux ! L’auteur de ces lignes a lu en entier le Direlicon et ne connaît son auteur ni d’Eve ni d’Annocque. Et c’est bien dommage, pour lui naturellement.

M. Annocque pourra procéder à une réédition augmentée : il a oublié le mot éponyme, souvent utilisé à mal escient. Voire épicène, cher à Amélie Nothomb. Peut-être avait-il trop d’entrées à la lettre e… Et à la lettre z, qui est bien mal honorée, il pourrait ajouter « zolateur » (admirateur de Zola).

Bref, le Direlicon, est un beau petit livre, et tous les flaubertiens le savent : en littérature, si le laid est immuable, seul le beau varie.

 

Fabrice del Dingo

 

Philippe Annocque est écrivain et agrégé de lettres modernes. Il a publié une quinzaine de livres.

  • Vu: 591

A propos du rédacteur

Fabrice del Dingo

 

Lire tous les articles et textes de Fabrice del Dingo

 

A publié quatre livres dont des pastiches sous le titre global de « Rentrée littéraire ». Y figuraient notamment l’inénarrable Premier roman de Margarine Peugeot, la fille cadette de Dieu, et les testicules alimentaires de Michel Ouelleburne (éditions J-C Lattès).

 

Prix concours en 2010 pour « La tarte et le suppositoire » signé Michel Ouellebeurre (éditions de Fallois 2011).

A publié « Mein lieber Sarko » d’Angela M (éditions de Fallois 2012).

A également prêté sa plume à quelques ouvrages d’auteurs à la dérive

A concocté de nombreux pastiches en prose ou en vers : http://dominikdevillepai.e-monsite.com/

A collaboré à la revue Critic@.

A publié un roman, "Barcarolle" en Février 2014 aux Editions de Fallois sous la signature de Fabrice Amchin.