Identification

Les Autodafeurs 1, Mon frère est un gardien, Marine Carteron

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas 02.07.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Le Rouergue

Les Autodafeurs 1, Mon frère est un gardien, mai 2014, 336 pages, 14 €

Ecrivain(s): Marine Carteron Edition: Le Rouergue

Les Autodafeurs 1, Mon frère est un gardien, Marine Carteron

 

 

Les Autodafeurs commencent fort, très fort. En deux courts chapitres, Marine Carteron nous embarque dans son univers à la fois très proche de nous et plein de mystères fascinants et inquiétants. Un accident de la route, un homme en train de vivre ses derniers instants. Cet accident n’en est pas un. Cet homme est un gardien et il saura taire son secret. Il y est question de mousquetaires bien connus, d’un Livre de bord, d’un interrogatoire en latin.

« Il sait que son artiste de fille saura prendre soin de son Livre et il sait aussi que son fils saura se souvenir et trouver la force de combattre lorsque le moment sera venu.

Il peut mourir en paix et c’est ce qu’il décide de faire, non sans un dernier regard de mépris pour celui qui fut jadis son ami ».

La suite du récit est prise en charge par Auguste Mars, le fils de cet homme surnommé Aramis. Il va revenir pour nous sur les événements qui viennent de se produire et l’ont conduit à être, aux yeux des autres et des autorités, « un dangereux délinquant », un « putain de psychopathe ». Avec un ton juste, tout à fait convaincant et un humour superbe, Auguste se présente : à quatorze ans, il est un ado bien de son époque, soucieux de son look, amateur d’arts martiaux et désireux d’avoir enfin un téléphone portable. Et soudain, le voilà confronté à un drame personnel terrible, le deuil de son père, amenant sa famille à déménager dans le fief ancestral des Mars, La Commanderie ; mais aussi à une aventure périlleuse dans laquelle sa famille est impliquée depuis des siècles. La famille Mars appartient à un Ordre secret dont la mission est de protéger la vérité contre l’ignorance, les livres les plus précieux contre les Attaques des Autodafeurs.

Auguste va passer de rudes moments et prendre en pleine face un passé qui le dépasse. Les attaques des Autodafeurs se multiplient et il devient de plus en plus difficile de mettre à l’abri les trésors de l’Ordre. Heureusement notre sympathique narrateur est secondé par toute une série de personnages aussi attachants qu’originaux : depuis Bart, le fils renégat des ennemis jurés des Mars, jusqu’à Néné, geek incarné dans un corps mal dégrossi et à l’allure improbable, en passant par le professeur de français rebelle et rock star. Mais la part belle est faite à Césarine, la cadette d’Auguste qui prend la parole en alternance avec son frère à travers son journal. Césarine est une enfant aussi talentueuse qu’hors normes, elle a le génie des chiffres, une mémoire d’éléphant et une logique implacable qui refuse toutes les images figurées. Césarine est autiste mais comme « à une lettre près on ne va pas chipoter », elle est devenue une « artiste » pour tous les membres de sa famille ! Son regard nous transporte dans une réalité parallèle qu’elle relate de façon désarmante et désopilante.

« Je n’ai pas trop aimé le cimetière parce que je pensais à tous ces corps en train de se décomposer ; mais j’étais quand même contente de savoir que les familles de vers de terre étaient bien nourries.

Et puis j’ai pensé que les vers de terre allaient manger papa et que les poules mangeaient les vers de terre, donc j’ai dit à mamie que je ne mangerais plus d’œufs ni de poulets.

Mamie a dit qu’il faudrait au moins vingt ans avant que les vers de terre mangent papa, parce que le cercueil était très solide.

Ça m’a rassurée. […]

Donc :

1 : Quand j’aurai vingt-sept ans, j’arrêterai de manger des œufs et du poulet.

2 : Il faut que je trouve le trésor de papa ».

Auguste et Césarine avancent chacun à sa façon sur son chemin de Traqueur ou de Gardien, découvrant peu à peu les enjeux de sa fonction. Ce récit prometteur, palpitant et audacieux, attend une suite qui nous révélera en particulier le contenu du fameux Livre, clé de toutes les rivalités. Nous espérons qu’elle aura autant d’humour, de panache et de rebondissements que le premier volet. Ce dernier s’avère une vraie réussite, un coup de maître impressionnant pour un premier roman, cocktail détonant d’apprentissage, d’aventure et de suspens.

Roman à partir de 12 ans

 

Myriam Bendhif-Syllas

 


  • Vu : 4342

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Marine Carteron

 

Marine Carteron a fait des études d’histoire de l’Art et d’archéologie. Aujourd’hui elle enseigne. Les Autodafeurs est son premier roman.

 

A propos du rédacteur

Myriam Bendhif-Syllas

 

Lire tous les articles de Myriam Bendhif-Syllas

 

Rédactrice

Responsable de la section "littérature jeunesse"

Domaines de prédilection : littérature jeunesse, littérature francophone, documentaires.

Genres : récits, documentaires et albums jeunesse, BD, romans sur l'enfance et l'adolescence, la marginalité.

Maisons d'édition les plus fréquentes : Talents Hauts, Seuil Jeunesse, Sarbacane, Gulfstream, La Boîte à Bulles... Seuil.