Identification

Au commencement étaient les Berbères ! (par Amin Zaoui)

Ecrit par Amin Zaoui le 23.10.18 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Au commencement étaient les Berbères ! (par Amin Zaoui)

 

Au commencement étaient les Berbères. Il y avait une terre et les enfants de cette terre. Une langue, des mythes, des femmes, un Dieu et des oliviers. Et le rêve habitait le cœur des chansons.

Et par un matin, des envahisseurs cagoulés se sont pointés à l’horizon. Violeurs des rêves. Ils parlaient une autre langue et dans leur bagage un autre Dieu bien emballé. La guerre ne compte pas ses morts. Celui qui est vivant est celui qui ne perd pas sa langue. Convertis à la foi chrétienne, de gré ou de force, les enfants du commencement n’ont pas perdu leur langue ni leurs mythes. La Ghriba synagogue de l’île de Djerba, Tunisie, témoigne d’une autre foi. Un témoin qui dit la pluralité du Ciel.

Les premiers envahisseurs se sont retirés, d’autres leur ont succédé. Et les enfants du commencement n’ont pas perdu la mémoire ni l’amour de l’olivier. Chaque envahisseur se voit le maître du lieu et le sauveur du peuple vis-à-vis du Dieu et de l’Histoire !

Les Phéniciens. Les Romains. Les Vandales. Les Byzantins…

Et par un autre lever du jour, d’autres sont arrivés, cette fois-ci ils sont arrivés du pays du Levant. Comme les autres, ils étaient porteurs d’un Livre, une langue, une religion et des sabres. Mais les enfants du commencement ne se sont pas pliés. Une guerre a parlé pendant soixante-huit ans. Convertis à la nouvelle foi, de gré ou de force, les enfants du commencement n’ont pas perdu leur langue ni leurs mythes. Même convertis, les enfants du commencement étaient aux yeux des vainqueurs comme des infidèles.

El foutouhat el islamiya (les conquêtes islamiques) sont passées par-là, mais les enfants du commencement sont restés dans l’oubli et dans l’amertume.

Depuis la mer, par un autre jour, les Ottomans ont débarqué, au nom de la religion, à l’appel de leur frère musulman pour faire face aux chrétiens, dans la terre de Juba. Sous l’appel du muezzin à la prière d’Allah, les Ottomans ont mis aux enchères les femmes et les enfants Kahena Tadlut (la belle gazelle). Cervantès capturé, conduit au bagne d’Alger (1575-1580).

Les deys ne cessent d’expédier des esclaves en femmes et en enfants au calife de la haute porte El Bab el Âli !

Et le gouverneur de Beylek réclame 10% d’esclaves comme impôts en femmes et en enfants de Tamazgha. Mais les enfants du commencement n’ont pas changé de langue, n’ont pas oublié ni leurs mythes ni l’odeur de l’huile de la lampe kinké. Si on perd la terre sous nos pieds, on sauvegarde la langue dans notre bouche. La langue est une patrie magique inviolable. Les enfants du commencement résistent, les femmes content et chantent afin que les enfants n’oublient jamais l’heure de la genèse. Les Ottomans sont arrivés mais les enfants du commencement sont restés étrangers sur leur terre et expulsés de leur espace.

Par un jour estival de l’an 1830, Dey Hussein signe sa soumission au profit d’un autre envahisseur. Le gouverneur de Beylik, humilié, rend les clés d’Alger, charge son or et ses esclaves et prend le large sur le navire français Jeanne d’Arc vers Alexandrie en Italie. Un autre envahisseur débarqua avec des chars, des lois, des tortures et une langue. Et une autre Kahena, une autre baroudeuse appelée Fadhma n’Soumer sort ses chevaux et ses griffes.

Et par un jour automnal de l’an 1954, le baroud de la grande guerre a hurlé. Et il y a eu des martyrs, beaucoup de martyrs.

Et par un jour estival de l’an 1962, l’indépendance est proclamée, et l’envahisseur qui a remplacé l’autre envahisseur, qui a remplacé l’autre envahisseur, qui a remplacé l’autre envahisseur, qui a remplacé l’autre envahisseur a plié bagages !

Les youyous de l’indépendance ont résonné sur Djurdjura, mais les enfants du commencement n’ont rien vu venir pour eux et pour leur langue et leur saint olivier ! Mais ces enfants du commencement, arrière-fils des enfants de la genèse, n’ont pas plié leur arme.

Le nouveau propriétaire du pouvoir avec son slogan mensonger « le socialisme est la solution » a avorté leur rêve.

Et il n’y a pas de printemps sans la poésie. Et Dda Lmouloud annonce les couleurs du printemps berbère. Les enfants se réveillent !

L’islamisme débarque en Algérie avec les frères musulmans et les noces de Youssef al-Qardaoui et Mohamed Ghazali, et le rêve des Amazighs recule d’un pas. Et une autre guerre est déclenchée et avec les guerres, beaucoup de morts… et les enfants du commencement rêvent de leur terre, de leurs contes et de leur olivier et de leur langue.

« L’islam est la solution » a échoué, et le rêve des enfants du commencement est reporté.

Mais un jour, tout le monde repartira, et ne restera que les enfants du commencement, les arrière-fils de la genèse.

Au commencement étaient les Berbères. A la fin, ne seront que les Berbères dans les Algéries.

 

Amin Zaoui

 

In "Souffles" (Liberté, Alger)

 


  • Vu: 2221

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009