Identification

Folio (Gallimard)

Collection de poche des éditions Gallimard

 


En hommage à Philip Roth (1) : Portnoy et son complexe

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Jeudi, 31 Mai 2018. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Roman

Portnoy et son complexe, trad. Henri Robillot, 384 pages, 8,30 € . Ecrivain(s): Philip Roth Edition: Folio (Gallimard)

 

 

Portnoy ou la névrose désopilante

Roman phare de l’auteur américain Philip Roth né en 1933 à Newark, Portnoy et son complexe est une mise en abîme jubilatoire dévidant les tourments psychologiques d’un narrateur dont l’éducation juive fut excessivement austère et vertueuse.

L’éducation joue-t-elle réellement un rôle aussi crucial pour le développement de l’individu qu’on le proclame à hue et à dia dans les manuels ou dans les aréopages épris de respectabilité ? Assurément, répondraient Freud, Dolto et consorts. Selon le philosophème consacré, tout se jouerait avant l’âge de six ans, voire dans les premiers jours suivant la naissance.

L’Annonce, Marie-Hélène Lafon

Ecrit par Christian Massé , le Mardi, 22 Mai 2018. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

L’Annonce, 196 pages, 15 € . Ecrivain(s): Marie-Hélène Lafon Edition: Folio (Gallimard)

 

Fridières, un lieu-dit accroché comme un roc à une terre : un clan familial y survit depuis des générations. Seul lien avec le monde : le journal La Montagne. Fridières : un rez-de-chaussée, à l’ancienne. Un étage, bientôt à l’américaine. Ce milieu conservateur, finalement, va se transformer.

Les personnages sont attachants : les deux oncles, 90 ans, des « vieux-garçons » ; Nicole, la nièce qui-s’occupe-de-tout et-de-tout-le-monde. Paul, son frère qui, à peine la cinquantaine, refuse de devenir comme ses oncles et qui est sûr de l’imminence de la fin du modèle agricole familial. Annette : vient du Nord, d’une filature, d’un milieu d’estropiés de la vie. Et son fils Éric, survivant de ce milieu et prêt à en embrasser un autre. La jeune femme va faire bouger les lignes de terre.

C’est l’histoire de l’insertion de ces deux nordistes qui réussit par l’amour façon cœur-grand-comme-ça, et l’envie de commencer à recommencer une vie, pour les deux principaux personnages, Paul et Annette. Lui qui veut échapper au célibat voué à l’élevage de chèvres. Elle qui veut fuir desgens du Nord.

Dans le café de la jeunesse perdue, Patrick Modiano

Ecrit par Fedwa Ghanima Bouzit , le Lundi, 30 Avril 2018. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Dans le café de la jeunesse perdue, 176 pages, 6,60 € . Ecrivain(s): Patrick Modiano Edition: Folio (Gallimard)

 

Les cafés de la jeunesse perdue, ces lieux de transit. Ces lieux où l’on tente d’égarer ses doutes et ses incertitudes. On y est bruyant et fantasque pour mieux couvrir les pensées anxieuses qui nous rongent. On se gonfle d’égo, on mime l’âge adulte alors que l’on n’est qu’adulescent, peut-être le restera-t-on toujours. On prend des postures intelligentes, on se tient le menton, on lève les yeux au plafond, on regarde dans le vide… On est persuadé que l’on a un talent unique à dévoiler au monde, que l’on finira peintre, écrivain ou intellectuel.

On croit tous en l’éternité du café. C’est le rituel quotidien qui rythme nos journées. On y entre aux mêmes heures, on s’installe aux mêmes tables. Le café est départagé en territoires bien distincts que l’on apprend à respecter. On y fait des connaissances que l’on croit tout aussi éternelles. On croit connaître ces personnes sur le bout des doigts, mais tout comme nous, elles se tissent des identités factices, fantasmées, projetées dans un avenir incertain.

Les lois du ciel, Grégoire Courtois

, le Mardi, 06 Février 2018. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Critiques, Polars, La Une Livres

Les lois du ciel, février 2018, 208 pages, 6,60 € . Ecrivain(s): Grégoire Courtois Edition: Folio (Gallimard)

 

On aurait tort de s’attendre à un roman ésotérique sur le christianisme ou la spiritualité. C’est sur un air de « Sa Majesté des mouches » que Grégoire Courtois livre un roman tragicomique aussi cynique qu’ingénieux.

C’est bientôt l’été, une dizaine d’élèves du cours préparatoire et leurs trois accompagnateurs font une sortie classe verte. C’est en forêt que la troupe atterrit, et, dès la première après-midi, quelque chose déjà laisse à penser que ce séjour va prendre une lugubre tournure. Tout aurait pu se dérouler normalement si l’un des jeunes enfants, Enzo, n’avait pas ce comportement dérangeant, ce regard. Ce regard, dont on ne sait trop déterminer s’il est celui d’un sociopathe ou simplement d’un enfant égaré, à qui l’on a trop peu – ou pas du tout – donné d’affection. Livrés à eux-mêmes en pleine forêt et en pleine nuit, les enfants sont traqués par Enzo, ainsi que par les ombres des arbres qui semblent leur courir après.

Le Gardien, Harold Pinter

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Lundi, 18 Décembre 2017. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Théâtre

Le Gardien, novembre 2017, trad. anglais Philippe Djian, 240 pages, 7,20 € . Ecrivain(s): Harold Pinter Edition: Folio (Gallimard)

Harold Pinter ou l’art de l’ambiguïté

Tour à tour poète, romancier, comédien, opposant politique…, Harold Pinter (1930-2008), prix Nobel de littérature en 2005, se distingue au premier chef par son œuvre théâtrale. Le Gardien, une de ses pièces les plus célèbres, inspirée de sa propre expérience, fut représentée et publiée en 1960. Elle met en scène, entre réalisme et grotesque, un huis-clos déroutant entre trois hommes : Mike, le propriétaire d’une maison délabrée, son frère Aston, occupant de ladite maison, et Davies, un vieil homme sans domicile fixe qu’Aston accepte d’héberger.

Davies, fieffé parasite et raciste accompli, use de cautèle afin de gagner la confiance des deux frères et prolonger ainsi son séjour. Malgré la générosité initiale d’Aston et la volonté de Mike d’engager un gardien, Davies peine à s’entendre avec ces deux lascars et semble à tout moment menacé de rudoiement ou de renvoi. En effet, les obsessions, les bas instincts et la rigidité psychique de chacun des personnages l’emportent sur leur aspiration à l’harmonie et sur leur capacité d’adaptation. S’amorce alors une lutte d’influence et de territoire où s’ancre la défiance, chacun manœuvrant de manière à préserver son espace de sécurité. Le trait commun à ces trois énergumènes est leur instabilité velléitaire. Chacun porte en lui un projet précis sans cesse différé et dilué dans la médiocrité de leur quotidien.