Identification

Folio (Gallimard)

Collection de poche des éditions Gallimard

 


La jarre d'or, Raphaël Confiant

Ecrit par Patryck Froissart , le Dimanche, 30 Septembre 2012. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

La Jarre d’or, juin 2012, 305 p. . Ecrivain(s): Raphaël Confiant Edition: Folio (Gallimard)

L’auteur, bien connu, est martiniquais.

Le héros du roman est, comme son créateur, un écrivain martiniquais, Augustin Valbon, mulâtre au confluent de deux cultures, la française et la martiniquaise, doublement héritier de Balzac et de Césaire.

L’héritage de Balzac est évident dans la précision de la peinture sociale des milieux où se déroule le roman, dans la certitude que cultive le jeune écrivain d’être doué d’un talent d’exception, et dans son ambition avouée de connaître la gloire qu’il estime donc mériter.

L’héritage de Césaire est manifeste dans l’écriture poétique, dans l’omniprésence des thèmes sur lesquels s’est fondée l’affirmation littéraire de la négritude, et, ô merveille, dans l’abondance des diamants lumineux du créole antillais qui parsèment le texte, des étincelles de cette belle langue aujourd’hui reconnue, à juste titre et à statut égal, comme une des langues qui appartiennent au patrimoine linguistique de l’humanité, de ce parler riche et inventif que les linguistes décrivent comme un français évolué, dégagé qu’il a été, dès le début de son histoire, des contraintes imposées par l’Académie créée par Richelieu en 1635 (l’année même de l’installation des Français en Martinique) dans l’objectif affirmé de fixer (de figer) le français du 17ème siècle dans un état considéré alors (et depuis) comme définitivement parfait.

Danube, Claudio Magris

Ecrit par Romain Vénier , le Mardi, 25 Septembre 2012. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits, Italie

Danube, trad. italien par Jean et Marie-Noëlle Pastureau, 562 p. 9,95 € . Ecrivain(s): Claudio Magris Edition: Folio (Gallimard)

 

« Le mai le joli mai en barque sur le Rhin »… Heine aussi a rimé le Rhin, Apollinaire la Seine ; Du Bellay son « Loire gaulois » ; Hugo tellement de fleuves qu’on en oublierait sûrement, à vouloir les citer. Parler cours d’eau serait l’apanage des poètes ?

Danube : au titre, on entrevoit la Bavière, les cafés de Vienne, les rhapsodies hongroises de Liszt… C’est à un voyage multiple qu’on nous convie. Magris est ce genre de personnage culturel central, comme Umberto Eco, Jorge Semprun ou George Steiner. On ne le dirait pas « intellectuel », épithète connotée, avec un vernis français, et qu’un intellectuel à la française ne paraît pas toujours avoir la même envergure. Qui, en France, possède à la fois une aura médiatique importante, est reconnu comme une autorité dans son domaine, parle plusieurs langues (pour Magris, l’italien, le frioulan, l’allemand, le français, l’anglais, d’autres peut-être), est très ouvert à d’autres civilisations, à l’histoire, a eu un engagement politique, et surtout possède, comme un supplément d’âme, une culture scientifique ? On a beau chercher, on sèche… mais on s’égare, aussi.

Une sainte fille, Franz Bartelt

Ecrit par Patryck Froissart , le Lundi, 03 Septembre 2012. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Recensions, La Une Livres, Nouvelles

Une sainte fille, Collection Folio 2€, 93 p. . Ecrivain(s): Franz Bartelt Edition: Folio (Gallimard)

 

Quelle bonne initiative que la publication chez Gallimard de petits ouvrages dans cette série répertoriée « Folio2€ » !

Une sainte fille est le titre d’une des trois nouvelles de ce recueil, extraites de La Mort d’Edgar, œuvre plus conséquente publiée dans la collection Blanche du même éditeur.

Les personnages principaux de ces trois récits ont un trait commun : ils se caractérisent par leur relation avec autrui.

L’une, bien qu’étant, de nature, l’inverse de ce que le monde croit qu’elle est, passe, durant toute sa vie, pour ce qu’elle n’est pas, et subit de ce fait une célébrité aussi universelle que non voulue. C’est là à la fois une illustration terrible de ce que peut avoir pour conséquence la rumeur publique, et une dénonciation pleine de grinçant humour de l’un des travers les plus fondamentaux de notre société : l’hypocrisie collective.

Confessions d'une radine, Catherine Cusset

Ecrit par Sophie Adriansen , le Dimanche, 27 Mai 2012. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Récits

Confessions d’une radine, (Gallimard 2003) 160 p. 4,80 € . Ecrivain(s): Catherine Cusset Edition: Folio (Gallimard)

« Etre radin, ce n’est pas simplement avoir du mal à ouvrir sa bourse.

C’est autre chose dont je parle : une attitude de suspicion, de rétention, de calcul et de paranoïa.

Je la condamne et je me bats contre elle. […] Mais elle est un instinct premier » (page 69).

 

Petit format, et donc petit prix, pour ces confessions ; y a-t-il un quelconque lien ? En tout cas, la question de l’argent est par ce biais posée avant même que l’ouvrage ne soit ouvert.

 

« Je suis radine mais j’aimerais ne pas l’être. J’espère que vous le comprenez. Vous ne pouvez pas me faire honte. C’est moi qui vous raconte tout. Je me confie à vous. La première victime de ma radinerie, c’est moi. En effet je crois que vivre c’est dépenser, jouir-perdre sans compter. Ne pas compter.

Surtout, ne pas compter. Je peux me mettre en colère contre moi. Je peux réagir contre. Il n’en reste pas moins : mon premier instinct, c’est d’être radine ».

Sexe et amour de Sumer à Babylone, Véronique Grandpierre

Ecrit par Guy Donikian , le Dimanche, 29 Avril 2012. , dans Folio (Gallimard), Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres

Sexe et amour de Sumer à Babylone, mars 2012, 336 p. 8,90 € . Ecrivain(s): Véronique Grandpierre Edition: Folio (Gallimard)

 

La collection Histoire de Folio nous donne l’occasion de confirmer que la modernité de nos sociétés se situe bien du côté de la Mésopotamie, non seulement en raison de l’écriture cunéiforme que les sociétés qui s’y sont succédé ont adoptée, mais aussi pour l’organisation sociale qui prévalait et qui traduit le souci et la conscience aigüe qu’elles intégraient jusque dans l’intimité. Véronique Grandpierre, historienne, met à la disposition du lecteur une somme importante de données relatives à la conception qu’on avait du sexe et de l’amour il y a déjà 5000 ans dans cette Mésopotamie qui fut le lieu de tant de novations. C’est entre le Tigre et l’Euphrate que les dieux orientaient les comportements en la matière, faisant de la relation sexuelle un moment de plaisir dont naissent les hommes mais d’abord la végétation, les saisons…

« Et An (le Ciel), ce dieu sublime, enfonça son pénis en Ki (le Ciel) spacieuse

Il lui déversa du même coup au vagin la semence des vaillants Arbre et Roseau »,

Mais les dieux eux-mêmes ont des limites aux ardeurs qui les traversent comme Enlil, roi des dieux, qui cherche une compagne.