Les Editions

Identification

Flammarion

Le groupe Flammarion est le quatrième groupe d'édition français et comprend plusieurs maisons d'édition dont celle qui a donné son nom au groupe, fondée en 1876. Le groupe comprend également des entreprises de distributionvente et impression.

Il appartient depuis 2000 au groupeitalien RCS MediaGroup et son PDG est depuis cette date Teresa Cremisi.


D'autres prendront nos places, Pierre Noirclerc

Ecrit par Sophie Adriansen , le Lundi, 28 Mai 2012. , dans Flammarion, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

D’autres prendront nos places, 2011, 240 pages, 17 € . Ecrivain(s): Pierre Noirclerc Edition: Flammarion

 

C’est avec le manuscrit de ce roman que Pierre Noirclerc, novice en matière d’écriture, a remporté le concours proposé par la plateforme « WeLoveWords ». L’éditeur partenaire du prix attendait « une œuvre qui dynamite les codes de la comédie romantique » ; pour sûr, le contrat a été parfaitement rempli.

Davantage qu’une comédie romantique, l’on est ici en présence de l’itinéraire raté d’un antihéros issu de la génération Y : ses relations sentimentales, familiales, professionnelles semblent éternellement vouées à l’échec – seul l’alcool lui ouvre les bras.

Le roman est découpé en saynètes tristement drôles et ultra lucides, qui dénotent de la part de leur auteur une remarquable capacité à prendre du recul sur des évènements pour lesquels le temps, selon toute vraisemblance, n’a pas déjà pu faire son œuvre, ainsi qu’une aptitude à déceler ce qui fait du quotidien une somme d’aventures – moyen d’indiquer que tout est matière à littérature, pourvu que la forme soit à la hauteur.

Juste avant, Fanny Saintenoy

, le Vendredi, 27 Janvier 2012. , dans Flammarion, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Juste avant. Août 2011. 118 p. 12 € . Ecrivain(s): Fanny Saintenoy Edition: Flammarion


Dans une chambre d’hôpital, juste avant que la plus âgée disparaisse, une arrière petite fille et son arrière grand mère se souviennent. L’une et l’autre ont bien des souvenirs en commun, et grâce à l’alternance des chapitres, un dialogue silencieux s’engage.

Juliette, « Granny », attend calmement la mort. Petit à petit, ses sensations s’estompent mais son esprit reste vaillant. Avec lucidité, elle donne son avis sur la solitude et la maison de retraite que sa famille considère comme « le monde de la désespérance ». Elle se rappelle « la féérie folklorique » de l’après guerre lorsqu’elle vivait à Bergerac, elle se souvient de son époux Louis, communiste disparu à la libération, qui se croyait d’abord « marié à l’Humanité plutôt qu’à sa femme », et enfin, elle avoue sa douleur d’avoir survécu à la mort de sa propre fille emportée par un cancer. Pourtant, Juliette, « la vielle pomme » fait un bilan positif de sa vie de presque un siècle. Certes, son vécu lui a valu une haine farouche de la religion et une résistance au malheur, mais il lui a aussi donné de grandes joies, et c’est cela qu’elle veut emporter de l’autre côté.

Le Chapeau de Mitterrand, Antoine Laurain

Ecrit par Alexandre Muller , le Mardi, 10 Janvier 2012. , dans Flammarion, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Le Chapeau de Mitterrand, 212 pages, 18 € . Ecrivain(s): Antoine Laurain Edition: Flammarion

Daniel Mercier entra dans une brasserie parisienne, adresse prestigieuse, se vit installer à une table dressée d’une nappe d’un blanc vif, presque bleuté, se fit servir une bouteille de Pouilly-Fuissé et un plateau royal de fruits de mer dont les prix dépassaient sensiblement ce qu’il avait imaginé. Soudain le maître d’hôtel accueillit trois nouveaux clients. L’entrée de ces trois personnages dans la brasserie donna un tournant exceptionnel à la soirée peu ordinaire de Daniel. A la table d’à côté viennent de prendre place, François Mitterrand, Roland Dumas (son ancien ministre des Relations extérieures), et un troisième homme, un dénommé Michel, gros trapu à lunettes et cheveux frisés.


« Je dîne à côté du Président de la République, se dit Daniel à plusieurs reprises afin de pouvoir donner une forme de réalité à ce fait récent, nouveau, irrationnel ».


Daniel finira son repas doucement, le plus doucement du monde, buvant les paroles présidentielles, rêvant d’être le quatrième homme de la table présidentielle. François Mitterrand était si près qu’il aurait suffi qu’il approche sa main pour le toucher.

D'autres prendront nos places, Pierre Noirclerc

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 13 Décembre 2011. , dans Flammarion, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

D'autres prendront nos places. 2011. 231 p. 17 € . Ecrivain(s): Pierre Noirclerc Edition: Flammarion

Avez-vous déjà entendu parler du « crowdsourcing » littéraire ? Procédure nouvelle en matière éditoriale, visant à publier un inconnu, sous une forme particulièrement originale. Elle est le fruit d’un partage et d’une collaboration entre internautes, permettant ainsi d’envisager une nouvelle forme de créativité littéraire tout en utilisant la puissance d’internet afin de mettre en relation des auteurs et de créer des projets inédits. Telle est l’ambition de « WeLoveWords » qui a remporté un vif succès pour sa première édition. Pierre Noirclerc vient de remporter une victoire avec publication à la clé. Et le livre-lauréat, « D’autres prendront nos places », dresse un portrait assez alarmant de la « Génération Y ».


Pierre, un jeune diplômé universitaire en économie, part à Londres pour un court-séjour, avant de venir s’installer à Paris en vue d’y trouver son « Eldorado ». Cherchant un studio, il signe rapidement :

« Un type dans un costume brillant et étriqué m'a pris en charge. Je lui ai dit que je cherchais un meublé disponible tout de suite et il m'a proposé de visiter un studio porte de Clignancourt. Quand on est arrivés, l'immeuble paraissait bien tenu. Il y avait quand même, sur l'intérieur de la porte, une note du syndic qui prévenait d'une dératisation prochaine. Mais à choisir entre les punaises et les rats, je préférais les rats. Eux, on peut les voir venir».

La légende des fils, Laurent Seksik

Ecrit par Martine L. Petauton , le Samedi, 10 Septembre 2011. , dans Flammarion, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

La légende des fils, 189 pages 17 € . Ecrivain(s): Laurent Seksik Edition: Flammarion


Plusieurs portes possibles pour entrer dans ce petit livre qui nous parle de Scott, un jeune, un blanc, un pauvre.

Ce pourra être celle des lieux : Amérique de l'Ouest, mais pas celle, clinquante de la Californie du sud - soleil pétant, Pacifique surfant - pas celle, non plus des inquiétantes métropoles qui hantent si souvent la littérature américaine, sans parler des films noirs . Non, là, on est vaguement vers Phœnix - Arizona, une Amérique bien profonde : «  au loin, la crête des montagnes dessinait des menaces. La terre rouge aux alentours semblait couler de la lave. Le vent venu de l'est, soufflait des nuages de brume ». Ca s'appelle Rolder et on n'en voit que quelques rues, dont la banalité est pour autant, fortement dessinée ; un garage à Buicks ; un troquet à pleurer ( heureusement, une Jenny est serveuse ) ; les quartiers d'en haut sont pour les pauvres blancs et les Latinos forts en gueule ; pas même de rue, ni de vraie adresse ; un sentier de chèvres caillouteux … une route - la 17 - un bus dont descend chaque jour, la mère de Scott - une histoire dans l'histoire - décor qui n'est pas sans rappeler celui de certains films des frères Coen... tout en chaleur et silence...