Identification

Gallimard

Les éditions Gallimard, appelées jusqu’en 1919 les éditions de la Nouvelle Revue française et jusqu’en 1961 la librairie Gallimard, sont ungroupe d'édition français. La maison d'édition a été fondée par Gaston Gallimard en 1911. Le groupe Gallimard est actuellement dirigé par Antoine Gallimard. Considérée comme l'une des plus importantes et influentes maisons d'édition en France, notamment pour la littérature du xxe siècle et contemporaine, Gallimard possède en 2011 un catalogue constitué de 35 prix Goncourt, 36 écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature, et 10 écrivains récompensés du prix Pulitzer.


Dispersez-vous, ralliez-vous !, Philippe Djian

Ecrit par Catherine Dutigny/Elsa , le Lundi, 18 Avril 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Dispersez-vous, ralliez-vous !, février 2016, 208 pages, 18 € . Ecrivain(s): Philippe Djian Edition: Gallimard

 

La sortie d’un roman de Philippe Djian déclenche systématiquement des articles enflammés creusant le fossé entre ceux qui regrettent l’époque de Bleu comme l’enfer et de 37°2 le matin (publiés pour mémoire il y a plus de trente ans), ceux qui le défendent becs et ongles à chaque nouvelle publication en se pâmant sur son style, et enfin ceux qui d’un ouvrage à l’autre sont saisis par le vertige des montagnes russes. Mention à part pour Yann Moix qui de toute manière déteste. Sans doute faut-il oublier non seulement tout ce que l’écrivain a déjà écrit, mais aussi tout ce que l’on a déjà écrit sur lui et son œuvre pour aborder sans idées préconçues son dernier ouvrage.

Une lecture, l’esprit vierge. Difficile, car les « histoires de famille » forment le creuset récurrent de son inspiration et l’ellipse, son empreinte stylistique. À défaut de pouvoir totalement s’abstraire, de ne pas être tenté par la comparaison, il reste possible avec un minimum de souci d’équité de se laisser surprendre et porter par le récit.

Mémoire de fille, Annie Ernaux

Ecrit par Pierrette Epsztein , le Samedi, 09 Avril 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Mémoire de fille, avril 2016, 160 pages, 15 € . Ecrivain(s): Annie Ernaux Edition: Gallimard

 

« Mon histoire / C’est l’histoire d’un amour… » chante Dalida en 1958. Annie Ernaux pourrait mettre cette rengaine, plusieurs fois reprise dans le corps du livre, en exergue de son dernier ouvrage, Mémoire de fille, qui vient de paraître aux éditions Gallimard. Mais ce n’est pas son choix. Elle a préféré retenir les paroles d’un groupe de rock anglais progressif, Supertramp, qui connut le succès dans les années 70 « Please, tell me who I am », et celles extraites du roman de Rosamond Lehmann publié en 1929 lorsqu’elle a 26 ans, Poussière, qui raconte la métamorphose qu’entraîne le passage à l’âge adulte d’une jeune fille de 18 ans, Judith. « Je n’ai honte de rien de ce que j’ai fait. Il n’y a pas de honte à aimer et à le dire… Tout cela c’était l’expérience… Elle pourrait écrire le livre… ».

Dans son nouveau récit, c’est une expérience fondamentale qu’Annie Ernaux, dont la mémoire s’en trouve affectée, va tenter de traduire avec « une pensée littéraire ». Souvent elle a tenté d’en tracer les contours. Souvent, elle a renoncé. Mais cette fois, presque cinquante ans plus tard, elle avance jusqu’au bout de son objectif, elle ne renoncera pas. Certes le passé ne lui ressemble plus. Alors, quel lien indéfectible rattache pourtant Annie Ernaux à cette jeune fille de 18 ans pour qu’elle ressente si fort la nécessité de rendre compte de cette étape de sa vie ?

Mouvement, Philippe Sollers

Ecrit par Philippe Chauché , le Samedi, 02 Avril 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Mouvement, mars 2016, 240 pages, 19 € . Ecrivain(s): Philippe Sollers Edition: Gallimard

 

« Formé, tissé, façonné, brodé, inscrit, tracé, coup d’archet dans les profondeurs, étoffe, squelette, musique. Ce Dieu me convient, il voulait que je naisse. Je veux bien l’appeler Iahvé, mais il ne me commande rien, il me protège, il me sauve, c’est un roc, un rocher, un rempart, il détruit mes ennemis au dernier moment, il me tire du bourbier et de la fosse commune, il me ressuscite, il m’aime ».

Quel est ce mouvement toujours surprenant qui anime les grands romans ? Quelle est cette source, ces sources qui les nourrissent ? D’où viennent ces livres de grâce qui étonnent par leur foisonnement, leurs éclats, leurs parfums ? Tant de questions que l’on se pose parfois en lisant ces romans qui tranchent avec ce qui s’écrit ici et là, ces livres qui traversent le siècle, nourris de tous les siècles passés. Point de nostalgie dans Mouvement, mais une fidélité au passé mis au présent, au présent plus-que-parfait, au mouvement du futur-antérieur. Pas étonnant alors que l’écrivain bordelais ait un œil en Dordogne, l’autre en Chine, une oreille chez Rimbaud, l’autre chez Hegel, la troisième chez Bataille, une autre dans la Bible (on ne compte plus les oreilles dont est doté l’écrivain). Comme il sait lire, écouter, entendre ce qui s’écrivait, et qui s’écrit, ce qui se peignait et se peint, son roman est un puissant aimant qui tourne dans la nuit, et évite d’être consumé par les flammes de l’Enfer.

L’arbre à poèmes, Abdellatif Laâbi

Ecrit par Patryck Froissart , le Jeudi, 31 Mars 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

L’arbre à poèmes, janvier 2016, Préface de Françoise Ascal, 260 pages, 8,10 € . Ecrivain(s): Abdellatif Laâbi Edition: Gallimard

 

Dans sa collection Poésie, Gallimard vient de publier ce florilège de vingt années (1992-2012) des écrits d’Abdellatif Laâbi, les morceaux choisis étant présentés par l’éditeur comme « une anthologie personnelle » de l’auteur.

Ce qui frappe immédiatement le lecteur qui découvre Laâbi est le parti-pris d’une expression directe, loin de toute volonté d’ésotérisme poétique, loin également de toute allégeance à un quelconque formalisme académique.

Laâbi ne « compose » pas, il dit, il exprime, il crie.

Laâbi ne cherche pas à « faire beau », il rage, il extériorise, il envoie, il percute, sans se soucier de rimes, de pieds, de césure…

C’est un choix.

Journaux de bord (1947-1954), Jack Kerouac

Ecrit par Marc Michiels (Le Mot et la Chose) , le Vendredi, 18 Mars 2016. , dans Gallimard, Les Livres, Critiques, La Une Livres, USA, Récits, Voyages

Journaux de bord (1947-1954), édition de Douglas Brinkley, trad. anglais (USA) Pierre Guglielmina, novembre 2015, 592 pages, 29,50 € . Ecrivain(s): Jack Kerouac Edition: Gallimard

 

« À vouloir croire la conscience de la vie et de l’éternité n’est pas une erreur, ou le fruit d’un isolement… – mais d’un amour ardent et précieux de notre pauvre condition qui, par la grâce de Dieu de Mystère, sera résolu et éclairé pour nous tous à la fin seulement, peut-être…

Sans quoi je ne peux plus vivre ».

 

Les Journaux de bord de Jack Kerouac, écrits sur une série de cahiers, sont les négatifs d’un voyage qui permet à son auteur de rester en contact avec toutes les choses, les êtres qu’il croise pendant son chemin. D’approfondir les mondes du possible dans l’obstination d’un travail quotidien, avec pour seule tentation la maîtrise de sa propre vanité.