Les Editions

Identification

Editions Zoe

Les Éditions Zoé sont créées en 1975 par Michèle Zurcher, Arlette Avidor, Sabina Engel et Marlyse Pietri à Carouge (canton de Genève). En 1982, Marlyse Pietri se retrouve seule et jusqu'en février 2011, les Éditions Zoé seront dirigées par elle. En 1982, les Éditions Zoé signent un contrat de diffusion en France avec Harmonia Mundi. Les Éditions Zoé font paraître des romans et des récits d’écrivains de Suisse romande, de France, de Suisse allemande, d’Afrique et d’Asie. Elles recherchent des auteurs qui révèlent une attitude radicale envers l’écriture et savent créer un univers littéraire. Elles ont aussi à leur catalogue des livres de poches et une collection de petits livres au format de cartes postales (79 titres pour connaître la littérature suisse).

Jeux, Dominique de Rivaz

Ecrit par Olivier Bleuez , le Mercredi, 05 Mars 2014. , dans Editions Zoe, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie, Récits

Jeux, février 2014, 142 pages, 16,90 € . Ecrivain(s): Dominique de Rivaz Edition: Editions Zoe

 

Décrivons d’abord l’objet : un livre au format atypique, horizontal si l’on peut dire, du beau papier et quelques phrases, parfois une phrase, par page. Il faut une grosse vingtaine de minutes (à une vitesse normale, sans qu’on se prononce sur le concept de normalité en la matière) pour lire Jeux. Mais le livre est loin d’être épuisé après cette première lecture. C’est l’impression de concentration de qualité, de prose poétique et de choix méticuleux de chaque mot qui ressort de la plupart des pages. L’impression aussi qu’il y a des connexions entre différentes pages, que c’est tout de même une espèce d’histoire qu’on nous donne. La relecture permet de savourer ces sens cachés (ou de les laisser intacts) et d’extrapoler seul. Elle permet aussi d’apprécier cette économie du langage et ce travail sur le texte court, sur la densité du sens inversement proportionnelle au nombre de phrases.

Cela tourne autour d’un même lieu : un square d’une ville. L’auteur nous donne quelques fragments de scènes de vie ayant lieu autour ou dans ce square, des pensées de personnes habitant autour de ce square (ou peut-être pas d’ailleurs). Le plus souvent, nous sommes en présence de textes forts et bien affûtés :

Le Bel Otage, Zayd Muti’Dammaj

Ecrit par Patryck Froissart , le Vendredi, 10 Janvier 2014. , dans Editions Zoe, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, Pays arabes, Contes

Le Bel Otage (Al Rahina), traduit de l’arabe du Yémen par Nada Ghosn, 157 pages, 18 € . Ecrivain(s): Zayd Muti’Dammaj Edition: Editions Zoe

 

Au cours des années de troubles et d’agitation permanente qui préludent à l’assassinat, en 1948, de l’imam-roi Amir al-Mumenin al-Mutawakkil ‘Ala Allah Rab ul-Alamin, Imam Yahya ben al-Mansur Bi’llah Muhammad Hamideddin (sic), de nombreux fils de chefs rebelles ont été enlevés à leur famille et retenus comme otages dans les forteresses des gouvernorats.

Le héros de ce surprenant conte-roman est l’un de ces jeunes captifs. Après une période de forteresse, il est transféré au palais du gouverneur comme duwaydar, affecté au service particulier, aussi longtemps qu’il n’est pas devenu pubère, de la belle Sharifa Hafsa, la jeune sœur du gouverneur, divorcée, oisive, capricieuse, sensuelle, agitée de pulsions qu’elle ne parvient pas à brider.

L’otage, narrateur à la première personne, découvre peu à peu les règles arbitraires et archaïques d’une société de palais hypocrite, fermée sur elle-même, où les duwaydars, valets le jour, sont la nuit les jouets des femmes du sérail qui se les disputent.

Double négatif, Ivan Vladislavic

Ecrit par Victoire NGuyen , le Vendredi, 13 Décembre 2013. , dans Editions Zoe, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Afrique, Roman

Double négatif, traduit de l’Anglais (Afrique du Sud) par Nina et Christian Surber, août 2013, 236 pages, 20 € . Ecrivain(s): Ivan Vladislavic Edition: Editions Zoe

 

Afrique du Sud : une rétrospective


Les éditions Zoé nous offrent ici un véritable présent, d’autant plus que ce roman s’inscrit par sa thématique dans la saison culturelle dédiée à L’Afrique du Sud, qui a débuté en France au mois de mai 2013 et qui se termine bientôt en Décembre.

De quoi s’agit-il dans ce roman-ci ? Double négatif a une structure narrative qui épouse le parcours initiatique de Neville, jeune homme blanc vivant dans l’Afrique du Sud au temps de l’Apartheid. Le roman se scinde en trois grandes parties, et chacune de ces sections présente au lecteur la métamorphose de Neville. Dans « Lumière ambiante », le jeune homme abandonne l’université et revient vivre chez ses parents. Il erre et s’intéresse aux idées révolutionnaires qui secouent le pays et qui préparent le renversement de la situation politique sud-africaine. Il entre alors en conflit avec les Blancs, minoritaires dans le pays mais détenteurs du pouvoir économique et politique :

Chroniques de l’Occident nomade, Aude Seigne

Ecrit par Alexis Brunet , le Samedi, 12 Octobre 2013. , dans Editions Zoe, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Récits

Chroniques de l’Occident nomade, Zoe Poche, parution : juin 2013, 156 p 9 € . Ecrivain(s): Aude Seigne Edition: Editions Zoe

 

« Chroniques de l’Occident nomade », c’est un bon titre. Un titre simple et évocateur, au goût de voyages et d’errance. Errance parmi les hommes, leurs mœurs et leurs cultures. Errance parmi les territoires et les paysages. Errance enfin pour s’éloigner, et se trouver.  Inde, Russie, Ukraine, Roumanie, Hongrie ou Italie. Il n’est de séjour narré par la protagoniste dans un ces pays qui n’ait l’odeur du vécu. D’une page à l’autre, Aude Seigne nous transporte. De Kiev à Damas, en passant par Ouagadougou, Rome, Stockholm ou Melbourne ; au hasard des trajectoires et des rencontres, la protagoniste semble découvrir toujours un peu plus d’elle-même.

L’écriture est moelleuse, délicate, presque onctueuse. Les lieux sont décrits minutieusement, à travers des détails bien choisis. Aude Seigne parvient à retranscrire avec finesse les situations vécues par la protagoniste. On pourra néanmoins regretter que la trame narrative se limite aux pérégrinations de la protagoniste, et que les seules ébauches d’intrigues reposent sur la vie sentimentale et sexuelle de cette dernière. Néanmoins, la scène du dépucelage est narrée avec brio, avec une intensité qui mérite le détour.

Le Tapis de course, Michel Layaz

Ecrit par Olivier Bleuez , le Vendredi, 20 Septembre 2013. , dans Editions Zoe, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

Le Tapis de course, 27 août 2013, 160 pages, 18,50 € . Ecrivain(s): Michel Layaz Edition: Editions Zoe

 

C’est toujours un étonnement de se trouver confronté à de la bonne littérature. Et c’est bien cela dont il s’agit ici : un livre qui malgré son apparente simplicité nous emmènera, grâce au talent de l’auteur, dans l’exploration de questions énormes de notre époque : le rapport au travail, à la famille, à l’amitié, au courage en situation de paix, à ce qu’est une vie maîtrisée… Quelque chose qui nous parlera plus que n’importe quelle généralité socio-économique. L’homme décrit dans Le tapis de course pourrait être rangé dans la catégorie des « cadres », vit en zone pavillonnaire assez proche d’une ville et semble contrôler tous les compartiments de sa vie. Jusqu’à l’évènement inattendu, un « pauvre type » a priori sans importance lancé par un jeune a priori insignifiant, mais qui va modifier l’ensemble d’un équilibre illusoire :

« On a beau être blindé, s’être construit des murailles de Chine, avoir l’habitude et la pratique des petites remises en question, de celles qui sont sans danger et sans conséquences, de celles qui donnent l’illusion de réfléchir à sa vie, de peser ses choix, on devine là qu’une brèche a été percée ».