Identification

Les éditions de Minuit

Les Éditions de Minuit sont une maison d'édition française, fondée par Jean Bruller et Pierre de Lescure en 1941, pendant l'Occupation allemande de la France. En février 1942 est publié le premier ouvrage, Le Silence de la mer de Vercors (pseudonyme de Bruller).


Aurais-je été résistant ou bourreau ? Pierre Bayard

Ecrit par Arnaud Genon , le Mercredi, 24 Avril 2013. , dans Les éditions de Minuit, Les Livres, Recensions, Essais, La Une Livres

Aurais-je été résistant ou bourreau ?, 2013, 158 pages, 15 € . Ecrivain(s): Pierre Bayard Edition: Les éditions de Minuit

Le champ des possibles


Pendant longtemps, on a fait des bourreaux de véritables monstres, c’est-à-dire des personnes « hors-normes » n’ayant aucun rapport avec les hommes et femmes « normaux » que nous prétendons être. On a dit d’eux qu’ils étaient des « malades », des « fous »… Il y avait dans cette attitude une commodité hypocrite qui permettait à chacun d’entre nous de se distancier, de se rassurer et par là de ne pas interroger la réelle nature du mal.

Robert Merle, dans La Mort est mon métier (1972), et plus récemment Jonathan Littell dans Les Bienveillantes (2006), ont révélé par l’écriture romanesque ce qui amenait un homme – et non pas un monstre, ou alors un monstre a posteriori – à commettre des actes monstrueux. Dans le présent essai, Pierre Bayard va encore plus loin. Il ne s’agit plus de tenter de mettre à jour, par le roman, ce qui conduit à l’innommable mais de se projeter soi-même par l’intermédiaire d’une fiction théorique durant la Seconde Guerre mondiale afin de savoir de quel côté l’auteur se serait trouvé en de pareilles circonstances : résistant ou bourreau ? Héros ou criminel ? Et s’interrogeant, il nous interroge…

Un notaire peu ordinaire, Yves Ravey

, le Jeudi, 04 Avril 2013. , dans Les éditions de Minuit, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Un notaire peu ordinaire, 2013, 112 pages, 12 € . Ecrivain(s): Yves Ravey Edition: Les éditions de Minuit

 

S’il y a des quatrièmes de couverture édifiantes, c’est bien celles des éditions de Minuit. « Madame Rebernak ne veut pas revoir son cousin Freddy à sa sortie de prison. Elle craint qu’il ne s’en prenne à sa fille Clémence. C’est pourquoi elle décide d’en parler à maître Montussaint, le notaire qui lui a déjà rendu bien des services ». Ici, inutile de manier les mots mystère, inquiétude, énigme, ce serait aussitôt les saborder.

Comme l’absurde de l’excès s’était insidieusement et progressivement invité dans les pages de Monparnasse reçoit – un précédent livre d’Yves Ravey dont les scènes restent des années en mémoire – c’est le cousin de Madame Rebernak, Freddy, donc, qui s’invite chez cette dernière à sa sortie de prison. Inutile de dire que cette visite ne fait pas plaisir à Madame Rebernak, qui voit en ce cousin plutôt le gros moustique que le sang commun.

Pourtant, Freddy a purgé ses quinze ans de prison pour le viol de la petite Sonia ; pourtant, il suscite la sympathie des gendarmes ; pourtant, il semble passer ses journées à pêcher tranquillement au bord de la rivière. Rien à faire : Madame Rebernak, qui est sa seule famille, refusera de l’héberger. Elle craint, à bon droit, pour sa fille Clémence.

Peste soit de l'horoscope et autres poèmes, Samuel Beckett

Ecrit par Matthieu Gosztola , le Samedi, 30 Mars 2013. , dans Les éditions de Minuit, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Iles britanniques, Poésie

Peste soit de l’horoscope et autres poèmes, traduit de l’anglais et présenté par Édith Fournier, novembre 2012, 44 p. 7,50 € . Ecrivain(s): Samuel Beckett Edition: Les éditions de Minuit

 

 

Cette mince plaquette donne à lire des poèmes de Beckett écrits entre 1930 et 1976 et restés inédits en français.

L’intérêt de cet ensemble, outre le caractère inédit des textes, tient à l’aperçu (saisissant) qu’il donne de l’évolution stylistique considérable qu’a suivie (ou subie) Beckett entre ces deux pôles temporels.

En effet, le Beckett des années trente s’illustre dans un style baroque, quelque peu excentrique, qui donne à voir et à penser une culture protéiforme dont le sérieux est constamment contrebalancé par un sentiment d’exubérance vrillé au corps du poète. Il n’est pas avéré que le baroque de cette écriture soit la résultante de la fréquentation que fait Beckett, à cette époque, des dadaïstes et des surréalistes.

Viviane Elisabeth Fauville, Julia Deck

, le Vendredi, 23 Novembre 2012. , dans Les éditions de Minuit, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

. Ecrivain(s): Julia Deck Edition: Les éditions de Minuit

 

Avant de se rendre chez son psychanalyste, Viviane passe acheter une ou deux viennoiseries. Est-ce un hasard ? Est-ce signifiant ? La psychanalyse ne serait-elle à ses yeux qu’une viennoiserie, de même qu’on appelle péjorativement chinoiseries des bibelots bon marché qui évoquent l’Asie ? L’héroïne du roman de Julia Deck semble ne plus croire à sa cure. Elle dit au médecin :

« Cher monsieur, cher docteur. […] Ça fait trois ans que vous me promenez avec cette histoire, trois ans que c’est du pareil au même. Si vous ne pouvez rien pour moi, il faut le dire, j’irai voir ailleurs ».

Car le mari de Viviane vient de la quitter pour une jeune fille, une « jeune et fraîche imbécile », lui laissant un bébé sur les bras. C’est pourquoi elle attend de son psychanalyste une aide concrète, immédiate. Or celui-ci lui joue le sketch centenaire de l’analyste qui n’intervient pas : « vous suggérez que je l’ai poussé vers la porte » avance Viviane à propos de son mari ; « je ne suggère rien, c’est vous qui le dites » répond-il.

14, Jean Echenoz

Ecrit par Romain Vénier , le Mardi, 16 Octobre 2012. , dans Les éditions de Minuit, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La rentrée littéraire

14, Octobre 2012, 124 pages, 12,50 € . Ecrivain(s): Jean Echenoz Edition: Les éditions de Minuit

 

Après sa trilogie de biographies (Ravel en 2006, Courir en 2008 et Des Éclairs en 2010), dans laquelle il croquait successivement les vies du compositeur de Boléro, de l’athlète Emil Zatopek et du physicien Nikola Tesla, Jean Echenoz revient à une forme romancée qui ne s’appuie pas sur une vie documentée.

14 est un titre d’une grande simplicité : deux caractères, un nombre pour évoquer tout le terrible de la première guerre mondiale. Titre court comme l’auteur semble les apprécier, si l’on en croit ses précédents romans, court comme le livre lui-même, mais qui laisse ouvert l’éventail des possibles tant il est simple et nu : il ne fait que cadrer, poser un repère temporel. Ce titre est à l’image des livres d’Echenoz, concis, nets, parfois brutaux. Ce qui n’empêche jamais une fantaisie bien particulière qui fait leur piquant.

Soit donc ici quelques amis, ainsi qu’une fiancée qui restera en observatrice, loin des gaz et des tranchées. Les cinq, partis au front, auront tous droit à une petite attention, qui à son moment de gloire, qui à sa fin décrite par le tranchant d’une phrase de fin de paragraphe, comme on fendrait en deux une buche sur un billot, qui à une soudaine envie satisfaite, une nuit, et promesse de renouveau.