Identification

Editions du Typhon

 

Basées à Marseille, les éditions du typhon rassemblent des œuvres de fiction traversées par des souffles puissants.

Ces textes d’auteurs européens et d’ailleurs nourrissent deux collections :

– Un volet de traductions inédites, de rééditions et de premiers romans intitulé « Après la tempête ».
– Suivi d’une collection d’histoires de fantômes « Les hallucinés ».

Ce qui lie ces collections est une volonté de faire dialoguer le présent et le passé autour d’une interrogation qui hante le monde :
que faire des spectres ? Car seule la littérature, par l’écriture, sait accueillir ces peurs nourries par notre propension à les refouler.
Le volet « Après la tempête » entend proposer des auteurs qui, bien qu’éloignés dans le temps et l’espace, se retrouvent à être habités par une ambition commune : sonder les êtres après des périodes de conflits.

Notre seconde collection « Les hallucinés » présente, sur un mode métaphorique, ceux que le monde refuse et qui viennent alors franchir la barrière des songes. Les fantômes, les apparitions des mondes gothiques, sont ces « sans-parts », ces oubliés qui contraignent,
en apparaissant, à penser ce qui disparaît. Ces textes rappellent ainsi l’impermanence du monde.

Le projet de nos éditions se situe donc là : proposer des textes, des auteurs du passé et d’aujourd’hui qui font vivre mille vies en une.
Par la guerre sourde menée aux mots, ces œuvres ont la capacité d’ouvrir le réel, de décloisonner les discours imposés par les doctes, de réveiller les sources du désir – de la mélancolie à la joie –, que l’esprit de sérieux, que l’idéologie, que la tentation du repli avaient asséchées. Les éditions du typhon s’attachent ainsi à une littérature qui part du conflit pour tendre lucidement et passionnément
vers la vie.

 

Hurry on down, Les vies de Charles Lumley, John Wain (par Théo Ananissoh)

Ecrit par Theo Ananissoh , le Jeudi, 22 Novembre 2018. , dans Editions du Typhon, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Iles britanniques, Roman

Hurry on down, Les vies de Charles Lumley, octobre 2018, trad. anglais Anne Marcel, 309 pages, 18,90 € . Ecrivain(s): John Wain Edition: Editions du Typhon

 

Exactement au bout du premier tiers du roman, peu avant la centième page, le roman prend soudain un envol somptueux. Les pages qui précèdent en faisaient la promesse par une qualité de description et une écriture – une traduction – limpide empreinte d’un humour subtil. Cette première « partie » installait le personnage de Charles Lumley. Cela s’impose car il s’agit d’une sorte d’anti-héros, d’un être sans qualité ou défaut particuliers qui induiraient du romanesque ; d’un jeune homme résolu à rester « en dehors de la lutte » – résolution dont il n’aura lui-même une claire conscience que peu à peu, après bien des mésaventures. Un révolté qui s’ignore et qui n’agit jamais pour une telle raison.

« – Je suis peut-être exactement comme les autres, c’est possible, je n’y peux rien. Sans doute, j’ai refusé une vie calme, bourgeoise, comme vous, mais je n’ai jamais fait d’éclat. Je ne me suis jamais révolté, c’est cette vie qui n’a pas voulu de moi, je n’ai jamais pu y entrer, voilà tout ».