Identification

Gros Textes

 

Les éditions GROS TEXTES mettent à votre disposition un catalogue riche et varié d'oeuvres littéraires, de poésie....

 

J’emmerde…, Marlène Tissot

Ecrit par Cathy Garcia , le Mercredi, 09 Avril 2014. , dans Gros Textes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

J’emmerde…, préface de Fabrice Marzuolo, mars 2014, 90 pages, 6 € . Ecrivain(s): Marlène Tissot Edition: Gros Textes

 

 

J’emmerde… Déjà le titre a quelque chose de jouissif en soi, une petite revanche à lui tout seul, mais Marlène Tissot rajouterait certainement : j’emmerde la revanche et elle aurait bien raison. Ce recueil s’il vous tombe entre les mains, attention il colle et si vous l’ouvrez, juste histoire d’y jeter un œil, en attendant d’avoir le temps de le lire, vous saurez que déjà vous emmerdez « le temps de… ». Ce sera de suite et maintenant, et vous ne le lâcherez pas tant que vous ne serez pas arrivés au bout, à la fin, avec ce magistral « j’emmerde les fins de moi difficiles »…

De ce recueil, on serait tenté de citer chacune des déclarations d’emmerde, chacune percutant le lecteur en trois phrases et un seul round. Aucune ne parait inutile, surfaite, et chaque lectrice-lecteur y trouvera forcément résonnance avec son ressenti propre, voire avec le sale…

J’aurais dû prendre des photos, Yves Artufel

Ecrit par Samuel Dudouit , le Mardi, 25 Mars 2014. , dans Gros Textes, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Poésie

J’aurais dû prendre des photos, 2012, 70 pages, 6 € . Ecrivain(s): Yves Artufel Edition: Gros Textes

 

Yves Artufel est un grand mélancolique et comme tout grand mélancolique, il cache cela sous un humour un peu désabusé et beaucoup de dérision. Mais il ne faut pas s’y fier, ce qui est en jeu dans son écriture n’est en rien dérisoire et s’il évite l’esprit de sérieux, ce n’est jamais pour tomber dans le n’importe quoi.

La mélancolie est la musique que font le temps et la présence quand, décidément, ils se loupent. Pour la présence, citons simplement :

« Je n’ai jamais été pleinement

là où je suis

Je me rends compte de ça ce soir

Je vois bien que

personne n’en a rien à foutre

En fait ce n’est con que pour moi » (p.7).