Identification

Sonatine

Les éditions Sonatine sont une maison d'édition française indépendante adossées au Cherche Midi fondées en 2008 par François Verdoux.


Les apparences, Gillian Flynn

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Samedi, 15 Septembre 2012. , dans Sonatine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, La rentrée littéraire

Les Apparences (Gone Girl), trad. USA Héloïse Esquié, août 2012, 22 € . Ecrivain(s): Gillian Flynn Edition: Sonatine

 

Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Amy Elliott Dune disparaît et tout laisse à croire qu’elle n’est pas partie volontairement.

Jusqu’à leur arrivée dans la ville natale de Nick, dans le Missouri, terre de Mark Twain (près d’Hannibal) où Nick jouait à Huck, Nick Dune et Amy formaient un couple parfait. Nick était journaliste et Amy écrivait des tests psychologiques de personnalité pour la presse féminine.

Amy est une légende de l’ombre : ses parents, tous deux psys, l’ont prise pour modèle (et l’ont modelée) pour une série de livres éducatifs, L’Epatante Amy. Avec le temps, cette belle et intelligente jeune femme  est devenue la personnification du cliché « les hommes la veulent, et les femmes veulent être elle ». Mais Amy est aussi victime de la crise qui frappe le monde à la fin des années 2000 et perd son travail, doit aider financièrement ses parents (le livre Amy n’est plus aussi épatant), et lorsque la mère de Nick tombe gravement malade, ils quittent leur appartement huppé de Manhattan et descendent l’échelle sociale, direction le Missouri. « Nous faisions littéralement l’expérience de la fin d’un mode de vie… »

Les Anges de New York, Roger Jon Ellory

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Vendredi, 23 Mars 2012. , dans Sonatine, Les Livres, Recensions, Polars, La Une Livres, Iles britanniques

Les Anges de New York (The Saints of New York), traduit de l’américain par Fabrice Pointeau, 22,30 € . Ecrivain(s): Roger Jon Ellory Edition: Sonatine

Frank Parrish écoute Tom Waits, Gil Scott Heron, et cite volontiers Jackson Browne. Il aime aussi Bukowski et « connait son Cormac McCarthy ». Des artistes qui composent assez bien le personnage.

« La picole ne nous définit pas, ma petite dame, elle ne fait qu’accroître la richesse déjà considérable de nos vies ».

Frank Parrish est immédiatement attachant par son arrogance et sa fragilité. Il aime boire, ce qui a provoqué pas mal de déboires dans son couple et dans sa vie. Mais il aime son boulot et ses enfants, même s’il merde pas mal dans les deux cas. Malgré tout, ça compense pas mal.

Autoportrait du flic en pochtron finissant :


« Eh bien, c’est très simple. J’ai l’air d’un loser agressif, déglingué, alcoolique, avec une vingtaine d’années de carrière au compteur… et vous pouvez ajouter à ce mélange explosif mon dangereux manque d’estime de soi et mon goût pour les femmes faciles et le whiskey hors de prix, et vous vous retrouvez avec quelqu’un à qui vous ne voulez pas vous frotter. Et comme j’ai dit, même si ce n’est qu’une apparence, je crois que vous allez découvrir que c’est exactement qui je suis ».

Blue Jay Way, Fabrice Colin

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Vendredi, 09 Mars 2012. , dans Sonatine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Blue Jay Way, – février 2012. 22,30 euros. . Ecrivain(s): Fabrice Colin Edition: Sonatine

Après un parcours de touche à tout (SF, jeunesse, BD, TV, revue Inculte) Colin amène beaucoup de choses dans ce roman policier. D'ailleurs est-ce un roman policier? Et la question est-elle importante? Nous verrons.

Julien est un jeune franco-américain qui vit à New York dans l'ombre paranoïaque du 11 septembre : son père est mort dans l'avion qui s'est écrasé sur le Pentagone. Depuis, il reçoit des messages mystérieux alimentés par les théories conspirationnistes. Après un livre sur Carolyn Gerritsen, auteure qu'il admire et avec qui il s'est lié, il se retrouve désœuvré. Quand elle lui propose d'aller à Los Angeles pour apporter un peu de stabilité à son fils, Ryan, qui vit toujours avec son père Larry Gordon, producteur à succès d'Hollywood. Julien s’envole pour L.A. Comme l’a dit un jour Izzy Stradlin, membre des Guns’n’Roses « Personne ne va à Los Angeles, L.A., c’est là qu’on finit. »

Dès son arrivée à Blue Jay Way, l'immense villa dominant LA, Julien découvre un univers d'argent sans limites, une jeunesse dorée et inerte, toujours en quête de sensations. Il fait la rencontre d’Ashley, la jeune épouse de Larry, toute droite sortie d'un jeu de télé-réalité auquel a également participé Ryan mai qui lui en est sorti pas mal esquinté. Lorsqu’Ashley disparait, la villa glisse dans la torpeur avant de basculer définitivement dans la paranoïa.

Tijuana Straits, Kem Nunn

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 08 Février 2012. , dans Sonatine, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Tijuana Straits (Tijuana Straits, 2004), traduit de l’anglais (américain) par Natalie Zimmermann, Sonatine janvier 2011, 356 p., 21 € . Ecrivain(s): Kem Nunn Edition: Sonatine

 

Les Tijuana Straits, ce sont ces courants violents qui naissent dans la baie de Tijuana, à l’embouchure de la rivière du même nom. Ils modèlent les bancs de sable auxquels la houle vient se heurter pour former les vagues que les surfeurs les plus courageux peuvent venir chevaucher. Les plus courageux, parce que l’eau ici est polluée à tel point qu’elle peut en venir à tuer. C’est là que passe la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Et c’est là aussi, dans la Tijuana river, que viennent échouer les produits chimiques des maquiladoras qui tuent les ouvriers mexicains avant de tuer la terre aux États-Unis et de pourrir enfin l’océan. Ce sont aussi ces courants qui tuent chaque année des dizaines ou des centaines de candidats à l’émigration qui tentent leur chance pour rejoindre l’American dream. Ce sont enfin ces courants qui vont amener sur le rivage californien, côté USA, après qu’on a tenté de l’assassiner, Magdalena, jeune assistante d’une avocate qui s’attaque aux trusts américains qui dirigent les usines mexicaines.