Identification

publie.net

publie.net est une maison d'édition consacrée au numérique créee par François Bon


Entretien avec Hubert Guillaud (De la mesure à la démesure de soi)

Ecrit par Didier Bazy , le Mardi, 13 Mars 2012. , dans publie.net, Les Livres, Essais, La Une Livres, Entretiens

De la mesure à la démesure de soi. 08/03/2012, Collection Washing Machine, 3,99 € . Ecrivain(s): Hubert Guillaud Edition: publie.net

On a tous envie d’en savoir plus sur nous-mêmes. De comprendre ce qui nous arrive, les changements qui nous transforment, et pas seulement de s’arrêter à la perception que nous avons de ces changements…


Comment est venue l’idée de produire un tel livre ? Il fourmille de références et de renvois via l’hypertexte à d’autres contenus complémentaires ou sources d’informations. À quel type de public, selon vous, s’adresse-t-il ?


L’histoire de la collection Washing Machine (De la mesure à la démesure de soi en est le 5ème titre), publiée chez Publie.net, est née d’une rencontre entre François Bon et moi-même. Journaliste et rédacteur en chef d’InternetActu.net, le média en ligne et gratuit de la Fondation internet nouvelle génération, je publie depuis 10 ans des articles pour aider les lecteurs à comprendre la révolution numérique en cours. Mais le web a peu de mémoire : l’écosystème numérique favorise toujours un peu plus la nouveauté sur la perspective.

Le silence des chiens, Jacques Ancet

Ecrit par Didier Bazy , le Mercredi, 07 Mars 2012. , dans publie.net, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Poésie

Le silence des chiens. Février 2012. 186 p. 2,99 € . Ecrivain(s): Jacques Ancet Edition: publie.net


"Pourquoi rééditer aujourd’hui ce livre vieux de plus de vingt-cinq ans ? Sans doute parce qu’après toutes ces années, sous les horreurs qui le traversent et qui n’ont jamais été d’une actualité aussi brûlante, j’y retrouve toujours la même énergie de vie. Une énergie qui, malgré tant d’obstacles et de raisons de désespérer, ne cesse de s’affirmer contre la mort. C’est là que je verrais le sens de cette activité chaque jour plus invisible qu’on appelle littérature : être une force qui vous saisit, en deçà de toute figuration ou représentation – terrain sur lequel cinéma et nouveaux arts de l’image l’ont depuis longtemps supplantée –, en deçà de tout discours constitué et autres messages à faire passer ; une force qui vous jette dans cette « obscurité sans voix où les mots sont des actions » (Faulkner) où un corps, et toute sa charge biologique, historique, sociale, rencontre un autre corps, le touche dans le présent de son passage dont chaque texte ou chaque livre est la trace recommencée. Autrement dit, et simplement, profondément, être la vie du langage et le langage de la vie. Telle serait, pour moi, la leçon toujours vivante de ces pages de ténèbres et de mort."

KKK, le grand dragon, Michèle Kahn

Ecrit par Didier Bazy , le Jeudi, 01 Mars 2012. , dans publie.net, Les Livres, La Une Livres, Roman

KKK, le grand dragon, Collection e-styx / fictions numériques, 2011, 85 pages, 2,99 € . Ecrivain(s): Michèle Kahn Edition: publie.net

La littérature sauve aussi l’histoire de l’oubli. Ainsi l’œuvre de Michèle Kahn.

Soit un fait divers de la fin du siècle dernier annoncé en avertissement :

« Le texte qui suit est librement inspiré de faits qui se sont déroulés à Lincoln, Nebraska (USA) de juin 1991 à septembre 1992, et dont les médias se sont fait l’écho. Les noms des personnages ont été modifiés ».

Qui est ce grand dragon ? un prêcheur du KKK, Klu Kux Klan, pis qu’un affreux jojo, un énergumène cinglé qui envoie des colis piégés et des menaces racistes nazillonnes aux nouveaux arrivants de Lincoln, capitale du Nebraska. Il lui suffit que ces nouveaux habitants soit juifs, noirs, homosexuels ou autres. Et sa triste liste du sinistre sire ne s’arrête pas là.

Sa cible : la famille Freund. Harcèlements, invectives, insultes innommables… La surprise cède vite à la peur, l’effroi à la terreur. Mais le pitre satanique ne parvient pas tout à fait à ses fins. D’ailleurs quel est son but ? Oui, quel est votre but Monsieur cucuclan, dragon abject prétendument grand et qui se drape sous un lâche anonymat pour distiller ses perfides poisons cruels ? Dans quel cloaque glauque et négationniste à la petite semaine vous engluez-vous pour soutenir l’holohoax ? (Hoax : very bad blague)

Chacun porte une chambre en soi, Franz Kafka

Ecrit par Didier Bazy , le Mercredi, 22 Février 2012. , dans publie.net, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Pays de l'Est, Récits

Chacun porte une chambre en soi. La chambre d'écriture de Franz Kafka, 56 récits brefs. Nouvelle traduction par Laurent Margantin. Préface de François Bon. 2,99 € . Ecrivain(s): Franz Kafka Edition: publie.net

 

publie.net publie des récits, récifs, de Kafka. Et ces récifs sont aussi bien amers,repères pour marins avertis, autant de nouveaux pôles d'orientation dans l'oeuvre mineure et monumentale de Kafka. La coopérative d'édition braque son microscope à effet tunnel, via la traduction magistrale et fidèle, sur des atomes ( à quand les éons?) déclinés et pondus par un des pionniers de l'écriture contemporaine (aux côtés de Joyce et de Musil, de Roussel et de Fante ). Inutile de parler de K. Il s'en tape. Et pas tant que ça.

 

Focale minime sur le process.

Bouger quelques atomes de K aujourd'hui provoque un petit champ (écolo) électrique. Les lectrices et les lecteurs authentiques risquent de se voir emportés par son arc. Ainsi projetés, nous devenons les égarés retrouvés, nous et pas nous, purs devenirs, sources d'énergie en tous les K.