Identification

Payot Rivages

Les éditions Payot & Rivages sont le rapprochement des éditions Payot créées en 1875 et des éditions Rivages créées en 1984. C'est un éditeur français généraliste, qui publie notamment de la littérature étrangère, des romans policiers (Rivages/Noir et Rivages Thriller), des guides de tourisme (Guides de charme), de la philosophie (Petite Bibliothèque Rivages) et sous la marque Payot principalement des sciences humaines (Petite Bibliothèque Payot, entre autres), des documents, de l'histoire et du développement personnel

 


Tortuga, Valerio Evangelisti

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 01 Septembre 2011. , dans Payot Rivages, Les Livres, Recensions, Bassin méditerranéen, Roman

Tortuga, traduit de l’italien par Sophie Bajard, 2011, 426 pages, 24,50€. . Ecrivain(s): Valerio Evangelisti Edition: Payot Rivages

Si vous avez rêvé, aux côtés de Jim Hawkins, de trésors fabuleux, frémi au passage de la jambe de bois de Sir Long John Silver, si vous savez que les honnêtes hommes peuvent cacher de terribles pirates comme le Petit-Radet de L’Ancre de miséricorde, ou même si vous avez pris plaisir aux aventures cinématographiques d’un excentrique flibustier, capitaine du Black Pearl, Tortuga est pour vous.

Non seulement ce roman d’aventures va vous plonger, comme aucun autre, au cœur des Caraïbes et de la confrérie des Frères de la Côte, mais il renouvelle la vision de la piraterie, déprise de son verni exotique et souvent édulcoré. Dans Tortuga, on n’enterre pas de trésor sur une île inconnue et on ne perd pas de temps avec des cartes rongées par l’eau de mer, non bien au contraire, on dépense tout et on fait flamber sa vie comme du rhum. Les récits des scènes d’auberge valent celles des abordages où pareillement se déchaînent l’animalité, la cruauté, le plaisir. La définition de l’âme pirate donne lieu à de splendides joutes oratoires entre capitaines, chirurgiens et autres invités au carré.

« Sur le Conqueror, vous avez assisté à la phase intermédiaire de l’évolution d’un pirate. À ce stade de sa carrière, il a redécouvert la nature animale qui se cache sous les apparences humaines et a commencé à s’y abandonner. […] La dernière phase est celle où la férocité naturelle se traduit en philosophie. L’égoïsme le plus effréné est présenté comme une liberté, le manque absolu de toute pitié devient une norme de conduite, une morale même ».

La garçonne et l'assassin, Fabrice Virgili et Danièle Voldman

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Dimanche, 19 Juin 2011. , dans Payot Rivages, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Récits

La garçonne et l’assassin, 2011, 173 pages, 16€. . Ecrivain(s): Fabrice Virgili et Danièle Voldman Edition: Payot Rivages

Quand l’Histoire rattrape la Littérature… elle dévoile une histoire d’amour insolite sur fond de guerre mondiale et de violences conjugales, de travestissement et d’inversion, soutenue par un récit et des documents efficaces.

Paul et Louise convolent et vivent heureux jusqu’à l’entrée en guerre. Paul déserte, et pour échapper aux poursuites, se travestit en femme. Suzanne et Louise cohabitent, couple de garçonnes accepté par le voisinage. En 1925, Suzanne cède le pas à Paul qui est gracié mais qui ne se remettra jamais de ce retour à une virilité forcée. Splendeurs et décadences d’un travesti. La tragédie succède au burlesque et le déserteur se fait bourreau. La deuxième partie du livre interroge la culpabilité de Paul et celle de Louise, tous deux victimes de leur amour et de leur passé.

« Le tourbillon des amours multiples n’apaisa pas Suzanne, oscillant entre deux identités, Paul le proscrit, Suzanne la galante. […] Ni homme ni femme, elle pratiquait une bisexualité, avec la peur d’être découverte, voire dénoncée, elle qui portait un double secret. Rien dans la loi ne réprimait explicitement l’homosexualité ou le travestissement masculin. Cependant, au nom de la morale, ces pratiques étaient pourchassées par la force publique sous le chef d’accusation d’attentat à la pudeur ».

Salvatierra, Pedro Mairal

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 11 Juin 2011. , dans Payot Rivages, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Espagne

Salvatierra, traduit de l’espagnol par Denise Laroutis, 2011, 191 p. 16€ . Ecrivain(s): Pedro Mairal Edition: Payot Rivages

Salvatierra fut voué au silence après avoir subi un accident de cheval à l’âge de neuf ans. Privé de voix, il se consacra à l’image. En secret, il se mit à peindre un seul et monumental tableau. Quatre kilomètres d’images liées les unes aux autres en un tout qui « s’écoule comme un fleuve ». « Si je disais qu’il a fallu soixante ans à mon père pour le peindre, je sous-entendrais qu’il était forcé toute sa vie à accomplir une œuvre gigantesque. Il est plus exact de dire qu’il l’a peint pendant soixante ans ».

A sa mort, son fils Miguel découvre les toiles dans un hangar et décide de les faire reconnaître et exposer. Durant la bataille administrative que mèneront les deux frères, une double quête se dessine : celle de la toile manquante qui permettra de compléter l’œuvre et celle du passé inconnu du père, toutes deux inextricablement liées. A travers les visages peints se dévoilent des amours, des secrets. A mesure que s’expose le tableau, se révèle également la figure de Salviaterra aussi bien employé modeste, contrebandier qu’amant passionné. Car dans la toile il n’apparaît jamais : c’est une « sorte de journal intime en images [où] lui-même ne figure pas ». L’œuvre offre enfin au fils la possibilité de connaître son père, d’accéder au meilleur et au plus précieux de lui-même.

Nostradamus, une médecine des âmes à la Renaissance

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 12 Mai 2011. , dans Payot Rivages, Les Livres, Recensions, Essais

Nostradamus, une médecine des âmes à la Renaissance, Paris, Payot, février 2011, 460 p, 27,50€ . Ecrivain(s): Denis Crouzet Edition: Payot Rivages

Qui était Nostradamus ? Un fameux astrologue qui, depuis sa haute tour, suspendait le cours de la vie des puissants ? Un devin ou un charlatan continuant à nourrir les peurs irrationnelles de nos contemporains et les bourses des pseudo-prophètes ? Nul ne le sait vraiment, comme le rappelle d’emblée Denis Crouzet. Assurément, Nostradamus est une légende. Ses Prophéties sont rappelées de génération en génération. De l’homme, on ne sait presque rien. Médecin, il affronte la peste, mais il songe surtout à éradiquer la peste mentale chez ses concitoyens. Il rédige alors ses célèbres prédications qui lui vaudront le respect des princes de son temps et une postérité à nulle autre pareille.
L’étude de Denis Crouzet ne s’intéresse pas aux délires imaginatifs qui entourent son sujet, elle n’est pas non plus un énième décryptage des quatrains, à grand renfort de poudre aux yeux et de colifichets effrayants. Bien, au contraire, l’historien de la Renaissance s’attache à déconstruire les procédés d’une écriture complexe et obscure et à mettre au jour le véritable projet du médecin de Salon-en-Provence. Cette biographie analytique s’appuie presque exclusivement sur cet aride matériel scripturaire.