Identification

Olivier Morattel éditeur

 

Maison d'édition suisse, fondée en 2009.

 

 

 

La Bête, Jon Ferguson

Ecrit par Valérie Debieux , le Mercredi, 13 Mai 2015. , dans Olivier Morattel éditeur, Les Livres, Critiques, Essais, La Une Livres, USA

La Bête (Beast), (édition Bilingue Français-Anglais, Tête-Bêche), avril 2015, 272 pages, 26 CHF . Ecrivain(s): Jon Ferguson Edition: Olivier Morattel éditeur

 

« Les hommes manquent de perspective mais ils sont rarement avares en surestime de leur importance dans l’Histoire ».

Jon Ferguson

 

L’animalité de l’Homme, à travers le regard de Jon Ferguson et son essai construit sous forme d’aphorismes, entraîne le lecteur dans une foule d’interrogations que pourrait ou devrait se poser l’être humain au cours de son existence. L’écrivain, anthropologue et philosophe, soulève moult questions que l’homme ne se poserait peut-être pas assez au cours de sa vie terrestre et vient ainsi ébranler les dogmes au milieu d’un discours fluide, insatiable, percutant et parfois très curieux. Que ses idées plaisent ou non, que le lecteur y adhère ou non, son plaidoyer sur l’existence humaine rappelle que le temps sur cette Terre est limité et qu’il serait opportun de profiter de ce que l’univers offre en vue de s’en émerveiller au quotidien, sans oublier de garder à l’esprit la notion du « libre-arbitre ».

Black Whidah, Jack Küpfer

Ecrit par Valérie Debieux , le Mardi, 13 Janvier 2015. , dans Olivier Morattel éditeur, Les Livres, Critiques, La Une Livres, Roman

Black Whidah, janvier 2015, 264 pages, 17 € . Ecrivain(s): Jack Küpfer Edition: Olivier Morattel éditeur

Début du XIXème siècle, Whidah ou Whiddah ou encore Fida, est une ancienne ville portuaire de la Nouvelle Guinée. En 1736, elle figurait déjà sur la carte du célèbre cartographe d’origine allemande, Herman Moll, carte dont l’encadré reflète l’esprit de l’époque « Negroland and Guinea with the European Settlements, Explaining what belongs to England, Holland and Denmark & C. ». Ville fortifiée située dans la région appelée « Slave Coast », elle est l’un des hauts lieux de trafics d’esclaves, enferrés de la tête aux pieds, en partance pour le Brésil. Des trafiquants en tous genres s’y côtoient ; là-bas, tout s’achète et tout se vend. L’humanité a déserté cet endroit, l’indicible y a établi ses quartiers.

De l’autre côté de l’Atlantique, le Brésil, terre d’accueil de cette « manne » humaine. Et c’est là, sur cette terre, que prend naissance le roman de l’auteur, Jack Küpfer, avec le personnage central de l’ouvrage, Gwen Gordon, un être atypique, essayant de tracer son propre chemin au milieu de la brutalité et de la puanteur d’un monde sans morale, ni dignité humaine. Abyssus abyssum invocat.

À bord de l’Antares, vaisseau qui a quitté le port de Recife pour la Nouvelle Guinée, la morbidité de l’atmosphère colle à la peau :