Identification

Gallmeister

Fondées en 2005, les éditions indépendantes Gallmeister sont spécialisées dans la publication de livres relevant du genre Nature writing.

Oliver Gallmeister, ancien directeur financier chez Hachette, est passionné par la littérature américaine, les grands espaces et les polars. Après avoir eu entre les mains leTraité du zen et l'art de la pêche à la mouche de John Glerach qui raconte sa vie bucolique dans le Colorado, il décide de faire connaître le « nature writing » en éditant et traduisant tous ces auteurs américains méconnus en France et fonde sa propre maison en 2005. SARL au capital de 30 000 euros ; la maison d’édition est modeste, il n’y a ni bureaux, ni personnels. Oliver Gallmeister travaille avec Laurent Beccaria (directeur des éditions Les Arènes depuis 1997) et fait très attention à rester une microstructure, en effet pour lui le principal écueil d’une jeune maison d’édition serait d’ « essayer d’être Gallimard tout de suite » . La première année il a publié six livres, aujourd’hui il en est à neuf parutions par an et 5 000 exemplaires vendus en moyenne par titre. Son plus gros succès, « Sukkwan Island » d'Island de David Van publié en 2010 et prix médicis 2010 du roman étranger, compte plus de 58 000 exemplaires vendus alors que ses meilleures ventes montaient jusqu’alors à 15 000, Le gang de la clef à molette d’Edward Abbeypublié en 1975. Soutenu par le CDE(son diffuseur), la presse et les libraires, le chiffre d’affaires de l’entreprise s’élevait à 539 999 euros en 2009.


Twisted Tree, Kent Meyers

Ecrit par Yann Suty , le Vendredi, 30 Mars 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Twisted Tree Traduit de l’américain par Laura Derajinski. 02/2012 – 322 pages, 23,80 € . Ecrivain(s): Kent Meyers Edition: Gallmeister


Un tueur rôde sur l’autoroute I-90, près de la petite ville de Twisted Tree, dans le Dakota du Sud. Ses proies : les jeunes filles anorexiques. Ce livre est-il encore une histoire de tueur en série ? Encore un tueur en série américain comme il en pullule dans nombre de romans, de séries, de films ? Petite originalité ici, l’action prend place dans le Dakota du Sud, c’est-à-dire au milieu des grands espaces, des paysages magnifiques, à perte de vue, des terres non colonisés par l’homme, où la nature a encore tous ses droits.

Mais Twisted Tree ne va pas du tout là où on l’attend. Ce livre n’est pas une enquête, avec police, indice, suspect, pour remonter la trace du meurtrier. Les amateurs de polar en seront sans doute pour leur frais. Non, ce livre n’est pas un livre sur un tueur en série.

Le premier chapitre met en scène le tueur. Il cède ensuite la place, et la parole, à un autre personnage. Et cet autre cédera la parole à quelqu’un d’autre. Et ainsi de suite. Au total, douze personnages se succéderont. Chaque intervenant est un habitant de cette petite communauté de Twisted Tree, et va être confronté de près ou de loin, ou pas du tout, ou très indirectement, aux meurtres de l’autoroute.

Enfants de poussière, Craig Johnson

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Samedi, 25 Février 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Enfants de poussière (Another man's mocassins), traduction de Sophie Aslanides. Editions Gallmeister, collection Noire. Sortie le 23 février. . Ecrivain(s): Craig Johnson Edition: Gallmeister

 

Ceux qui ne connaissent pas encore Walter Longmire et les autres (imaginez une petite communauté de fans qui hésitent en permanence entre partager ce plaisir et le garder pour soi) vont être gâtés : dans la quatrième aventure* du shérif d'Absaroka County, vous aurez deux Walt pour le prix d'un.

Le Walter Longmire qui doit s'occuper de sa fille en pleine convalescence après son agression à Philadelphie (voir L'Indien Blanc), doit résoudre ses problèmes de relations intimes avec son adjointe (un grand moment !) et surtout enquêter sur la mort d'une jeune asiatique retrouvée en bordure de route.

Et le Walter Longmire, jeune enquêteur dans la Police des marines, envoyé pour enquêter sur un trafic de drogues qui a causé la mort d'un jeune marine. Le cadre est bien différent : le Vietnam, en 67/68, quelques jours avant que Têt, ne soit plus jamais, pour des millions d'Américains, une simple fête de nouvel an asiatique mais une offensive vietnamienne qui a changé le cours de la guerre.

Le sillage de l'oubli, Bruce Machart

Ecrit par Stéphane Vinckel , le Mardi, 14 Février 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Le Sillage de l’oubli (The Wake of forgiveness), traduction Marc Amfreville. 334 p. 23,60 € . Ecrivain(s): Bruce Machart Edition: Gallmeister

Lavaca County, Texas, est une terre où les destins se jouent à coups de courses de chevaux : « Tout n’est [...] qu’une histoire de chevaux » : on y gagne des terres ou des femmes, et on y perd sa vie ou sa famille. Parlons-en, de la famille. Les femmes ici ne sont que nourricières, ou objets, ou évanescentes (mère disparue ou amante d’une nuit). Tous les fils sont battus, marqués à vie, ou traités comme des animaux. Les filles ne sont que marchandises.

« Tant de sang, elle avait perdu tant de sang que lorsqu’il se réveilla dans des draps trempés et qu’il la trouva contre lui, recroquevillée sur le flanc, la peau moite de sueur, gémissante et un chapelet entortillé entre ses doigts crispés, Vaclav Skala sourit en pensant qu’elle venait de perdre les eaux ».

Le roman commence, en 1895, dans le sang, par une naissance et une mort : celle de Karel Skala et celle de sa mère. Le clan Skala, désormais, n’est composé que d’hommes, quatre fils et leur père, transformé en bourreau dans son veuvage. Quatre fils dont le cou forme un angle étrange, à force d’avoir été attelé à la charrue et de creuser des sillons, toute la sainte journée.

Les voleurs de Manhattan, Adam Langer

Ecrit par Alexandre Muller , le Dimanche, 05 Février 2012. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Les voleurs de Manhattan, Éd. Gallmeister, Février 2012, 244 p. 22,90 € . Ecrivain(s): Adam Langer Edition: Gallmeister

Qu’est-ce que c’est que ce livre ? Un roman d’aventure, une série noire, un postiche éditorial, une photographie de la superficialité, une fantaisie jasper-ffordienne ?

Premier point, il s’agit véritablement d’un page turner, autrement dit un ouvrage tellement excitant qu’on ne peut pas décrocher, grâce à une écriture qui taille plein gaz, sème des détails recroisés plus tard, et ne s’empêtre pas dans des chapitres de 50 pages.

Allons-y pour un résumé parmi d’autres.

Le narrateur, auteur de nouvelles systématiquement refusées par les éditeurs, est serveur dans un bar avec Faye une artiste aux cheveux roux qui travaille sur ses propres contrefaçons de tableaux célèbres, dégradés, déchirés ou percés, autrement dit des contrefaçons détournées.

Ian Minot sort avec Anya Petrescu qui a écrit un livre sur sa jeunesse à Bioucarest, en passe de devenir un phénomène littéraire après son passage sur une émission télévisée animée par la très en vue Miri Lippman. Sur son plateau on croise d’empressants éditeurs new-yorkais prêt à signer de gros chèques d’avaloirs.

Lonesome Dove, Larry McMurtry

Ecrit par Alexandre Muller , le Jeudi, 24 Novembre 2011. , dans Gallmeister, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman

Lonesome Dove (1986), Tome 1, 576 p. Gallmeister 2011, 11 €, Tome 2 624 p. 11 € . Ecrivain(s): Larry McMurtry Edition: Gallmeister

La petite cité de Lonesome Dove, écrasée sous un soleil de plomb, somnole au sud du Texas. Le pays est plus ou moins sûr, débarrassé des indiens et des bons bandits. Les hommes hormis le travail, de creuser un puits ou de dresser des chevaux, n'ont d'autres occupations que d'aller boire, jouer aux cartes au saloon ou tirer un coup avec la putain locale. 

En 1880, les capitaines, des anciens Texas rangers, Call et Augustus McCrae dirigent leur ranch, la Hat Creek Cattle Company. Aujourd'hui des héros sur la pente déclinante.

Call, au tempérament solitaire, est le symbole du travailleur intempestif qui s'épanouit à tout contrôler. Augustus, dixit Gus, à la voix forte, rechigne à la tâche, ne se préoccupe guère de l'argent et aime dispenser aux autres le fruit de ses réflexions.

Cela fait plus de dix ans déjà que ces deux là se traînent dans ce trou perdu quand Jack, un ancien compagnon de combats réapparait dans leurs existences. Jack lance une idée en l'air, comme on le ferait d'un sombrero poussiéreux, mais pas assez haut pour que Call ne le saisisse au vol. Il y a dans le Montana, tout au nord, des opportunités incroyables: le territoire va bientôt être "civilisé" et les premiers à s'installer s'enrichiront.