Identification

Au Diable Vauvert

Au Diable Vauvert est une maison d'édition indépendante française, fondée en octobre 2000 par Philippe Mandilas (Mandy) et Marion Mazauric.

Elle est située à La Laune, lieu-dit dépendant de la commune de Vauvert (Gard).

Au Diable Vauvert fait partie de la nouvelle vague de maisons qui se sont créées au moment où l'édition française subissait un fort mouvement de concentration (Hachette, Editis…). La même année (2000), Bragelonne et 6 pieds sous terre voyaient le jour.

Se revendiquant de la « culture poche », Au Diable Vauvert prônait au départ une littérature « décomplexée », c'est-à-dire débarrassée des barrières créées par les genres littéraires (littérature générale, polar, SF…). Cette volonté se concrétise par l'absence de collections classant ses ouvrages. Cependant, il semble que la maison ait renoncé devant l'ampleur de la tâche (habitudes des lecteurs, linéaires des libraires, rubriques de la presse).

Son catalogue se compose pour moitié d'auteurs français, pour moitié d'auteurs étrangers, essentiellement anglo-saxons. Si cette maison présente des auteurs considérés comme majeurs (Nicolas Rey, Pierre Bordage, Martin Winckler, Thomas Gunzig, Douglas Coupland, Neil Gaiman, David Foster Wallace, Irvine Welsh, Poppy Z. Brite, William Gibson), elle est aussi réputée pour être une pépinière de jeunes romanciers (Marin Ledun, Louis Lahner, Thomas Clément, Céline Robinet, Julien Blanc-Gras, Grégoire Hervier).

Enfin, par la présentation physique de ses livres (logo, couvertures…), elle participe à la révolution graphique qui touche l'édition française depuis la fin des années 1990, en particulier grâce au travail de son maquettiste Olivier Fontvieille.



Touriste, Julien Blanc-Gras

, le Samedi, 30 Juillet 2011. , dans Au Diable Vauvert, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman

Touriste, 260 pages, 17€. . Ecrivain(s): Julien Blanc-Gras Edition: Au Diable Vauvert


Touriste, un roman de voyage, incontestablement. Le narrateur a le nez plongé dans les atlas et dans les cartes. Il rêve de villes et de pays à la seule consonance de leur nom. Il rêve de faire le tour du monde. Alors il le fait et nous emmène avec lui. De l’Angleterre, à l’Inde, en passant par le Maroc, Madagascar ou le Guatemala, le lecteur se laisse emporter avec le narrateur, ce Touriste, pour des aventures et péripéties qui s’enchaînent les unes après les autres et qui ne s’arrêtent pas. Non, faire le tour du monde n’est pas de tout repos.

Touriste n’est pas qu’un roman de voyage. C’est un roman où il n’y a pas une page privée d’humour. Le lecteur sourit pendant quasiment la totalité du voyage. Quelques onces de cynisme sont également présentes de temps à autre au détour d’une page. Un bel exemple de cet humour piquant dans le début de son voyage au Proche-Orient :