Identification

Tarja, Jean-Noël Sciarini

Ecrit par Valérie Debieux 20.02.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Roman, La Joie de lire

Tarja, 2011, 256 p., 16 €

Ecrivain(s): Jean-Noël Sciarini Edition: La Joie de lire

Tarja, Jean-Noël Sciarini

Le ton est donné au début de l’ouvrage via une citation d’Einstein : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ».

Tarja est victime d’une rumeur, elle serait une « salope ». Jeune fille de son temps, elle connaît un franc succès auprès de la gente masculine avec, pour douloureux corrélat, une médisance crasse à son égard. Aucun propos insultant ne lui est épargné ; « facebook » sert de plate-forme aux commérages. Qui est donc « Tarja » sur laquelle tout le monde se défoule ? Dès les premières lignes, je me suis attachée à cette jeune fille, forte et fragile à la fois, qui, « du haut » de ses seize ans, va être happée par un monde sans pitié, celui de l’incompréhension, de l’exclusion et de la haine : elle a en effet décidé d’assumer sa grossesse malgré la complice indifférence du « Sénat » de son collège.

Tout est nuancé et écrit en filigrane ; nous avançons avec l’héroïne, nous souffrons avec elle, sans pathos, et nous apprenons à découvrir la vraie personnalité de Tarja. Une merveilleuse amitié la soude à Léon, fidèle et meilleur ami – personnage phare de ce roman qui émeut et séduit tant par sa loyauté que par sa sensibilité puis on se laisse surprendre également par l’amitié « forte et invisible » liant Tarja à Einstein ; au fil des pages, le récit nous rapproche de cette jeune fille qui finit par devenir « notre » meilleure amie et confidente et c’est ce qui fait l’une des forces de ce texte.


« Une main collée à mon ventre, je caresse mon petit garçon. De l’autre, j’essaie de capter du réseau : Léon me manque et je veux qu’il le sache, jusqu’à le rendre dingue, faire tourner son karma en bourrique, le faire sortir de ses gonds ; que mon meilleur ami me dise des mots d’amour par sms, afin que mon bébé sente que sa mère est importante pour quelqu’un de bien. Mais tout comme moi, le réseau est en attente : d’un univers plus viable.

Je me lève et ouvre la fenêtre, j’inspire profondément, j’imagine l’air pur de la campagne neuchâteloise pénétrer dans mes poumons, à une vitesse folle, et défoncer le pont-levis du château de mon petit garçon. Je lui dis : “Tu n’as plus besoin de te cacher, à présent ; toi et moi, nous allons découvrir le monde, à notre rythme”. Et à chaque expiration je rends le monde meilleur, mon petit garçon toujours un peu présent dans toutes ses particules.

Maintenant le paysage défile, et j’essaie de le retenir. Mais c’est épuisant un paysage qui défile quand on essaie de le retenir. Je le laisse gagner. Il m’offre une seconde chance. Et quelques secondes plus tard, je m’endors ».


Jean-Noël Sciarini signe un bel opus. Plume aérienne, élégante, fluide, rythmée et percutante. Ce livre évoque toute la détresse que peut traverser une « jeune maman » à l’annonce d’une grossesse non désirée et le déni qui peut en découler. J’espère que ce roman, porteur d’espoir, rencontrera un large écho auprès du public, non seulement au sein du corps professoral mais également auprès des adolescents. Une littérature qui ouvre le cœur et les consciences.


Valérie Debieux


  • Vu : 2301

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean-Noël Sciarini

Jean-Noël Sciarini, né en 1976 à Genève, réside actuellement à Paris ; c’est à vingt ans que pour Jean-Noël Sciarini s’ouvre le chemin des mots − à travers les livres, bien sûr, mais aussi et surtout la musique. En 2006, il remporte le prix Révélation Fnac (Suisse) Littérature pour son monologue théâtral Une ombre dans ta ville. Il signe en 2009 son premier roman Nous étions des passe-muraille et en 2010 Le garçon bientôt oublié, tous deux parus chez L’Ecole des Loisirs. Son troisième roman, Tarja, publié aux éditions La Joie de Lire, a été finaliste de la catégorie Roman ados européen, dans le cadre des Pépites de Montreuil.

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com