Identification

Articles taggés avec: Thibaut Losfeld

Ma vie d’homme, Philip Roth

Ecrit par Thibaut Losfeld , le Jeudi, 03 Octobre 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Folio (Gallimard), Roman, USA

Ma vie d’homme, trad. de l'américain par Georges Magnane, 471 p. 8,20 € . Ecrivain(s): Philip Roth Edition: Folio (Gallimard)

 

Brillant exorcisme


Après trois livres dans la veine burlesque ou satirique (Tricard Dixon et ses copains, Le grand roman américain, et Le Sein), Roth revient à l’inspiration qui a fait ses premiers succès (Goodbye, Colombus et surtout Portnoy et son complexe) : sa vie. Comment raconter son désastreux premier mariage sans sacrifier le pouvoir créateur de l’imagination ? Roth invente un alter-ego, Peter Tarnopol, jeune écrivain plein d’avenir, auteur d’un premier roman remarqué, confronté au même problème. Celui-ci y répond d’abord par la fiction. Et, incroyable mise en abyme, en se cachant lui aussi derrière un double nommé… Nathan Zuckerman ! (qui n’est pas inclus dans le cycle du même nom).

Le rabaissement, Philip Roth

Ecrit par Thibaut Losfeld , le Jeudi, 26 Septembre 2013. , dans La Une CED, Les Dossiers, Etudes

 

Un cauchemar tchekhovien


Quand on est familier d’une œuvre et que l’on s’apprête à en lire un nouvel opus, à plus forte raison quand c’est le trentième, on se demande à chaque fois si son auteur va encore réussir à nous étonner. Au fil du temps on a souvent reproché à Roth de se répéter parce qu’il traite toujours des mêmes thèmes. Faux procès que l’on intente en fait à nombre de grands écrivains. Roth pourrait faire sienne la phrase de Pascal dans Les Pensées : « Qu’on ne me dise pas que je n’ai rien dit de nouveau : la disposition des matières est nouvelle » et, avec Le rabaissement, troisième roman du cycle qu’il a appelé Némésis, loin de la réitération stérile (sur la déchéance physique, le sexe et la mort), il donne une fois de plus un bel exemple de réinvention. Ce que, soit dit en passant, la majeure partie des critiques (l’autre s’est contentée d’éloges convenus) n’a pas perçue, trop heureuse sous divers prétextes ridicules (la minceur du livre…) de pouvoir enfin déboulonner la statue du maître.

Indignation, Philip Roth

Ecrit par Thibaut Losfeld , le Lundi, 09 Septembre 2013. , dans La Une Livres, Les Livres, Livres décortiqués, Folio (Gallimard), Roman, USA

Indignation, traduit de l’anglais (USA) par Marie-Claire Pasquier, 240 pages, 7,20 € . Ecrivain(s): Philip Roth Edition: Folio (Gallimard)

 

Variations sur fond d’indigne nation


Le gentil Marcus Messner nous raconte son histoire. Il est mort, affirme-t-il assez rapidement (rien ne permet d’en douter au premier abord, à part peut-être la lecture attentive des titres des deux seules parties du livre). Condamné, dans un au-delà flou, à de perpétuelles remémorations. Il rejoue ainsi son passé comme on rejoue un rôle dans la pièce tragi-comique d’un théâtre de marionnettes, et tente désespérément de savoir qui a tiré les ficelles de sa vie jusqu’à l’issue funeste.

Marcus avait pourtant tout pour lui. Que s’est-il passé ? Comment le « grand garçon bien élevé » doué d’un « imperturbable esprit de logique » et vantant son « éternel sens du devoir » est devenu le « seul de sa promotion à avoir eu la malchance de se faire tuer pendant la guerre de Corée » ? Qu’est-ce qui a fait dévier la trajectoire de Marcus ? La malchance ? Les mauvais choix ?