Identification

Articles taggés avec: Nasser Brahimi

Elle, par Nasser

Ecrit par Nasser , le Mardi, 06 Mars 2018. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

Elle est belle mais tout le monde la veut riche et, pourquoi pas, idéale. On la qualifie d’unique, d’imprévisible et d’étonnante, même. Elle fuit au moment où on pensait l’avoir apprivoisée. Quand on la croit proche et intime, quand on pense la comprendre, voilà qu’elle nous fait des caprices. Et peut aussi nous faire souffrir. Puis, à l’improviste, elle se la ramène avec les plus belles surprises et nous fait entrevoir les plus belles promesses. C’est un mystère, un plaisir, un rêve, une ivresse, un roman, une joie, un bonheur, une passion. Douce ou dure, tranquille ou perturbée, nonchalante ou surprenante, généreuse ou ingrate, comment (et comment ne pas) l’aimer ?

Et, malgré ça, certains la trouvent insupportable car elle leur a fait du mal et causé du chagrin. D’autres lui attribuent une incompréhensible injustice, car elle les a(urait) rendus malheureux. Ils savaient bien pourtant qu’ils n’en seraient jamais sortis vivants. En fait, la meilleure manière d’être déçu est sans doute d’attendre quelque chose d’elle. Les plus malins et les opportunistes, qui l’ont vite compris, ont su la courtiser. Ils en ont bien usé et abusé, à outrance, pour ainsi dire, jusqu’au dernier souffle.

Finalement en enfer !, par Nasser

Ecrit par Nasser , le Lundi, 22 Janvier 2018. , dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

Arrivé en enfer, il se rendit vite compte qu’il n’était pas tout seul. Et que la compagnie n’allait pas lui manquer. Les gens avaient plutôt tendance à s’éviter. Mais il ne tarda pas à retrouver d’anciens camarades de classe : « Ah, tiens, quelle surprise, alors… ». Il croisa, de nouveau, de vieux amis bien : « Sans blague, si je m’attendais… ». Sa famille y était, presque au complet : « Et moi qui croyais appartenir à une descendance d’extraction… ». Il reconnut quelques voisins qu’il pensait irréprochables : « Ah, vous aussi, ma foi… ». Il croisa aussi énormément de collègues de travail, alors, à ses yeux, insoupçonnables, directeurs, secrétaires, chefs de service ! Naïf, il croyait que cette foule de connaissances avaient le cœur pur, persuadé qu’ils étaient tout à fait impeccables (1). Par ailleurs, il fallait, dans les plus brefs délais, parer au manque de nouveaux brasiers. Les arrivées massives, pour le moins imprévues, de religieux, toutes confessions confondues, rendaient obsolètes les prévisions établies. Les connaissant, il ne s’agissait pas réellement d’une surprise, mais les statistiques étaient toutefois bousculées. Sur Terre, on leur aurait donné le Bon Dieu sans confession.