Identification

Articles taggés avec: Jean-François Chénin

Tout est perspective (VII & Fin)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Mercredi, 15 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

Les mots font naître à soi-même

Jean-Marie Rouart


Tout est perspective (suite 25)

 

Ce qui fait silence donne les mots, ce qui disparaît donne le sens.

 

Tout est perspective (suite 26)

 

Les Demeurants parcourent les flea market à la recherche des objets perdus et retrouvés et dans le renvoi du ciel des miroirs où ils s’arrêtent, où ils se croisent, où la lumière n’est qu’un seul pan entier du voyage, ils espèrent encore trouver ce qui leur manque, une rencontre qui ne finirait pas.

Tout est perspective (VI)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Mercredi, 08 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

 

Les mots font naître à soi-même

Jean-Marie Rouart

 

Tout est perspective (suite 18)

 

Se convertir à des taches simples.

 

Tout est perspective (suite 19)

 

La porte claque en mille coups de vent, déhanchée, désarrimée de ses battants. Elle ordonne le vent, du dehors vers le dedans, de bas en haut des songes qu’elle délivre et qui s’échappent. Qui reviennent à l’origine de l’ombre qui les porte.

Tout est perspective (V)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Mercredi, 01 Mai 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

Les mots font naître à soi-même

Jean-Marie Rouart

 

Tout est perspective (suite 14)

 

J’ai beaucoup appris des images volées et abandonnées, des rires et des mains qui feulent, des sources rêveuses au fond des mains qui tremblent, des objets perdus et retrouvés, des voix qui viennent en rut, des voix qui harponnent et soulagent, des fuites qui n’ont pas de prix, du souffle au creux d’une hanche, des rives caressées de la bouche, du feu errant et des étoiles filantes, des étoiles désarrimées de leur trajectoire, des images à tout va, désormais sur la place publique, incantation maladroite de l’ombre en bout de course, maladive ; j’ai beaucoup appris dans les rires diamantins du vide incandescent, jusqu’à la fin en soi du rire ; j’ai beaucoup appris à pleurer des images et du silence de la main.

Tout est perspective (IV)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Mercredi, 24 Avril 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

 

Les mots font naître à soi-même

Jean-Marie Rouart

 

- IV -

 

Tout est perspective (suite 8)

 

Une respiration, une lumière élancée, un ciel soulevé… Une route, foin de la destination !

Des parfums à profusion, des parfums du fond du corps, ce ne sera pas ordinaire.

Et ces mots qu’on reçoit et ces mots qui reviennent.

Tout est perspective (III)

Ecrit par Jean-François Chénin , le Mercredi, 17 Avril 2013. , dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis

Les mots font naître à soi-même

Jean-Marie Rouart


Tout est perspective (suite 5)

 

S’absorber dans notre démesure, celle du mot à mot des sentiments et s’évertuer à épeler, s’accrocher à ce qui nous éloigne et rêver de peu. « Pourquoi existe-t-il des larmes au bord des yeux des hommes ? » écrit Pascal Quignard. Pourquoi cette irruption ? Cette interruption ? Sommes-nous des égoïstes en perdition ?

 

En rédemption d’en dire trop et de nous égarer ? Au seuil d’une demeure qui ne serait plus accueillante, qui ne nous réserverait pas de place ou, si nous entrons, qui rendrait vaines nos tentatives de nous satisfaire du peu qu’elle donnerait ? Pas de demi-mesure ! Tout ou rien !