Identification

Articles taggés avec: Jean-Claude de Miras

Ciel sans nom (2/2)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Mardi, 28 Octobre 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

-II-

je détruis par la pensée ces animaux qui me transmettaient leur obsession de la laideur

en chantonnant la bassesse de leurs actes et leurs pensées

mes paroles sont les invectives décisives contre le mal

 

mon corps s’arrime à des songes clairs et des futurs limpides

et témoin du volume renversant de l’hypocrisie des chiens bavards

je recherche en moi-même la capacité de dissoudre la vision

 

j’ai conquis le souvenir de l’avenir et leur analogie

qui induit à chaque instant cette idée poignante de crime

mes paroles sont les invectives décisives contre le mal

Ciel sans nom (1/2)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Mercredi, 22 Octobre 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

 

 

-I-

 

bientôt je me trouverai bien au-delà

et mon amour connaîtra enfin son aboutissement

et les nouvelles beautés créeront mon invraisemblable biographie

dont je ne peux encore parler parce que je viens de renaître

 

je commence à voir mon antique apparence prétentieuse

alors que béat je reviens à moi

et que j’amorce l’évocation de mes souffrances antérieures

qui se dissolvent dans mes doigts fous qui courent

Vie inédite (3/3)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Mardi, 10 Juin 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

 

 

 

-3-

 

Par bonheur je peux voir les couleurs exsuder de mon corps

et m’entendre articuler le langage innovant que je croyais avoir perdu

dans la fiction effrayante d’un dédale construit de toutes pièces.

 

Désormais je pourrai me reconnaître dans la douceur de l’aube

et dans le solstice de ma littérature encore embryonnaire

qui viendra sans tarder décrocher mon astre suspendu.

Vie inédite (2/3)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Jeudi, 05 Juin 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

 

 

-2-

 

Au bord du précipice l’esprit souffrant d’une tumeur

recule tout de même et se heurte à une muraille glaciale

qui finit par se dissoudre parce que le mal est transitoire.

 

J’entends les pas de l’amour s’approcher de mon espoir

à moins que ce ne soit le bruit régulier d’une musique répétitive

née de mes veillées affligeantes d’enfant condamné.

Vie inédite (1/3)

Ecrit par Jean-Claude de Miras , le Vendredi, 30 Mai 2014. , dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

 

-1-

 

Sur le chemin mental où je ne connais plus

l’énorme fatigue que suscite le poids des souvenirs

j’avance en regardant mes spectres marcher devant moi accablés.

 

Réfléchissant la lumière livide la flaque d’eau

s’élargit comme le silence des pensées lourdes

et accueille avec grand plaisir l’éclosion de la vie nauséabonde.