Identification

Articles taggés avec: Godefroy Cyrille

Adolphe, Benjamin Constant (par Cyrille Godefroy)

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Mercredi, 22 Mai 2019. , dans La Une CED, Les Chroniques, Cette semaine, Les Livres, Classiques

Adolphe, Benjamin Constant, GF Flammarion, 206 pages, 3,90 €

 

Non, je n’écrirai pas de chronique sur Adolphe. Pourtant, après avoir lu les quinze premières pages de ce court roman, d’une densité psychologique ébouriffante, j’envisageais de fignoler un article du même acabit que ceux concoctés pour des œuvres d’envergure telles que Le Château de Kafka, La Connaissance de la douleur de Gadda ou Tango de Satan de Krasznahorkai.

Non, je n’écrirai pas de chronique sur un texte pourtant formidablement écrit, dont la prose, diablement belle et délicieusement précise, plane comme un aigle royal, à l’instar de la rhétorique déployée par les littérateurs du dix-huitième siècle (quiconque me soutiendrait mordicus que Benjamin Constant eût vécu au siècle des Lumières que je ne protesterais guère).

Le postier, Charles Bukowski (par Cyrille Godefroy)

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Mercredi, 15 Mai 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, USA, Grasset

Le postier, trad. Philippe Garnier, 208 pages, 8,20 € . Ecrivain(s): Charles Bukowski Edition: Grasset

 

Les temps modernes d’un vieux dégueulasse

« Ça a commencé par erreur ». Difficile en effet de se représenter Charles Bukowski (1920-1994) en petit fonctionnaire rangé. Pourtant, dans son existence grêlée d’infortune, Bukowski ne s’est pas contenté de tiger, picoler, forniquer, poétiser ou décalaminer les émissions de salon de Bernard Pivot. Il a bossé également. Ou plutôt trimé. Sans modération. À la poste fédérale américaine, resplendissant fleuron de l’American way of life. Quand il ne distribuait pas le courrier dans les conditions les plus hostiles, il restait le cul posé des heures durant sur un tabouret à trier des lettres ou des prospectus vantant la camelote de puissantes firmes pourvoyeuses de chimère et dévoreuses d’hommes. Avec Le postier, roman autobiographique publié en 1971, Bukowski fait d’une expérience quotidienne, banale et pénible, un hymne littéraire percutant et écorché, la chronique drolatique d’une aliénation partagée par des millions d’êtres humains.

Cioran, archives paradoxales, Collectif (par Cyrille Godefroy)

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Lundi, 06 Mai 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais, Classiques Garnier

Cioran, archives paradoxales, Collectif, février 2019, 273 pages, 39 € Edition: Classiques Garnier

 

 

En mémoire du mariole atrabilaire

Pour qui aime Cioran ou souhaite le découvrir, se frotter à ses élucubrations fulgurantes, ce spicilège d’une étoffe résistante tombe à point nommé. Fruit de diverses études menées par des connaisseurs de l’œuvre du funambule de l’abîme, il explore l’archipel cioranien et en valorise toutes les richesses. Le thème de la solitude en est le pivot : « Véritable aiguillon existentiel et nœud gordien de son œuvre, la solitude est à la fois, chez Cioran, ressort littéraire et invitation au mutisme » (Aurélien Demars).

Le pressentiment, Emmanuel Bove (par Cyrille Godefroy)

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Mardi, 30 Avril 2019. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Points

Le pressentiment, 160 pages, 7,30 € . Ecrivain(s): Emmanuel Bove Edition: Points

 

Vient un âge où l’on ne se fait plus guère d’illusions sur le monde, où les promesses d’avenir s’érigent en regrets amers, où l’on supporte péniblement l’existence, a fortiori les gens qui la traversent et la peuplent. Les miasmes délétères des contacts quotidiens laminent l’esprit, esquintent le cœur, altèrent la volonté. Est-ce cette langueur qui, à l’orée de la cinquantaine, frappe de plein fouet Charles Benesteau ? « Sans rancune ni amour violents », il quitte femme et enfants, abandonne son confort et son métier d’avocat, déménage dans un quartier miséreux de Paris. Ses proches n’en reviennent pas, ne comprennent pas sa décision, exigent une explication. Quelle est la raison de cette lubie, de ce décrochage, de cette fuite ?! Comment un homme si discret, si réservé, si convenable peut-il commettre une telle volte ? Souhaite-t-il couper des ponts, en finir avec ce cirque ? Souhaite-t-il tomber le masque, retrouver un peu d’authenticité, rompre avec la mesquinerie, la médiocrité, la tartufferie présidant au commerce humain ? : « Il trouvait le monde méchant. Personne n’était capable d’un mouvement de générosité. Il ne voyait autour de lui que des gens agissant comme s’ils devaient vivre éternellement, injustes, avares, flattant ceux qui pouvaient les servir, ignorant les autres ».

La Tentation de saint Antoine, Gustave Flaubert (par Cyrille Godefroy)

Ecrit par Cyrille Godefroy , le Vendredi, 19 Avril 2019. , dans La Une Livres, Cette semaine, Les Livres, Critiques, Folio (Gallimard), Contes

La Tentation de saint Antoine, 352 pages, 6,80 € . Ecrivain(s): Gustave Flaubert Edition: Folio (Gallimard)

Que faire face à la tentation ? Oscar Wilde ne tergiversait pas : « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation est d’y céder… ». Au risque de sombrer dans l’excès et le chaos : orgie de chocolat, meurtre du voisin bruyant, viol de l’hôtesse d’accueil, ingénue vénusté exposée à la prédation masculine… Prudent, Antoine le Grand dit saint Antoine (251-356) a préféré se retirer dans le désert égyptien, loin des tentations, loin des objets de son désir, obscur et pernicieux. Gustave Flaubert (1821-1880) retrace à sa manière son anachorèse tourmentée par l’aiguillon du diable.

Comme le suggérait Cioran, « je suis un Sahara rongé de voluptés », l’érémitisme n’est pas une sinécure, un ciel sans nuées. Antoine endure la solitude, l’ennui, l’inanition. Il plie sous le poids de l’acédie, cette affection spirituelle touchant les Pères du désert, se manifestant par un profond découragement et une érosion de la foi : « Voilà plus de trente ans que je suis dans le désert à gémir toujours ! ». Aux confins du délire, Antoine résiste tant bien que mal aux péchés capitaux et capiteux dont les représentations assaillent inlassablement son esprit. Il doute copieusement, rêve de banquets et de dorures, s’imagine aimé de la reine de Saba…