Identification

Articles taggés avec: Ak Afferez

L’azalée blanche, Yi Ch’ǒngjun

Ecrit par AK Afferez , le Lundi, 05 Janvier 2015. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Nouvelles, Asie, Actes Sud

L’azalée blanche, novembre 2014, traduit du Coréen Jeong Eun-Jin et Patrick Maurus, avec l’aide de Margaret Chung et Jacques Batilliot, 206 p. 21 € . Ecrivain(s): Yi Ch’ǒngjun Edition: Actes Sud

 

Yi Ch’ǒngjun n’est pas complètement inconnu en France – Actes Sud ayant publié six de ses recueils de nouvelles et romans – et L’azalée blanche confirme un talent des plus fascinants. Reconnu comme l’un des auteurs majeurs du XXème siècle en Corée, Yi fait preuve dans ce recueil d’une écriture à fleur de peau, nuancée, reflétant tout glissement imperceptible de la sensibilité des personnages. Le style lui-même mime le mouvement non-linéaire et discontinu d’une pensée qui cherche autant à explorer l’inconscient qu’à raconter une histoire. Quant à la traduction, faite en général à quatre mains, elle réussit assez bien à rendre compte de ces allées-et-venues incessantes, de ces croisements entre les voix narratives et les cadres temporels, même si certaines inégalités dans le registre et la tonalité peuvent être relevées.

Il paraît que chaque écrivain a ses obsessions propres, explorées inlassablement à travers l’ensemble de son œuvre. Chez Yi Ch’ǒngjun, elles sont réunies principalement dans la figure de la mère. Tantôt envahissante, tantôt effacée, voire absente, bien souvent le catalyst de l’histoire, la mère est le prisme par lequel les personnages se construisent, et par laquelle nous, lecteurs, comprenons ces personnages.

Les hommes n’appartiennent pas au ciel, Nuno Camarneiro

Ecrit par AK Afferez , le Jeudi, 27 Novembre 2014. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Langue portugaise, Roman, Jean-Claude Lattès

Les hommes n’appartiennent pas au ciel, octobre 2014, traduction (Portugal) de Brigitte Jensen, 253 pages, 20,90 € . Ecrivain(s): Nuno Camarneiro Edition: Jean-Claude Lattès

 

Premier roman d’un jeune écrivain portugais, Les hommes n’appartiennent pas au ciel est un début littéraire qui ne manque pas d’intriguer.

Déjà, la prémisse de l’entreprise romanesque, telle qu’elle est dressée par la quatrième de couverture, est ambitieuse : réunir, autour du passage de deux comètes en 1910 qui plongent le monde dans l’effroi et la folie, trois figures fantasmées de trois écrivains qui ont marqué notre siècle – Kafka, Pessoa et Borges. Mais voilà le premier point d’achoppement : Camarneiro prend bien soin de brouiller les pistes et de ne jamais identifier les protagonistes. Si les prénoms de (Jorge) Borges et (Fernando) Pessoa, ainsi que les lieux qui leur sont associés (respectivement, Buenos Aires et Lisbonne), correspondent bien à ce qui est dit des personnages, il n’en est pas de même pour Kafka : son prétendu « double » dans le roman est un immigré européen prénommé Karl qui nettoie les vitres des gratte-ciels de New York. Rien à voir avec l’écrivain.

Voyageur malgré lui, Minh Tran Huy

Ecrit par AK Afferez , le Lundi, 20 Octobre 2014. , dans La Une Livres, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Roman, Flammarion

Voyageur malgré lui, août 2014, 240 pages, 18 € . Ecrivain(s): Minh Tran Huy Edition: Flammarion

 

Folie du fugeur, automatisme ambulatoire, tourisme pathologique… Autant d’appellations que Minh Tran Huy résume dans un titre frappant par son apparente oxymore (surtout en cette période de rentrée littéraire, dans le sillage des vacances) : comment peut-on être voyageur malgré soi ? Le voyage n’implique-t-il pas une volonté, une démarche consciente ? On peut être contraint de migrer, de se réfugier – qu’en est-il du voyage ?

C’est ce à quoi réfléchit Line, la jeune narratrice, au cours d’un séjour estival à New York. Alors qu’elle visite un musée du Queens, elle découvre l’histoire d’Albert Dadas, ouvrier gazier bordelais du 19ème siècle, atteint de ce mal mystérieux. De fil en aiguille, elle va se pencher sur d’autres vies, la touchant plus ou moins de près : Samia Yusuf Omar, la jeune athlète somalienne pour qui la course était le moyen de s’en sortir, littéralement ; le père de Line, au caractère taciturne mais qui va progressivement livrer à sa fille la mémoire du Vietnam qu’il a laissé derrière lui ; l’oncle Thinh, la cousine Hoai… Tant de destins informés, modelés par des voyages forcés, non souhaités, aliénants, ou tout simplement inattendus et venant bouleverser les repères.

Open City, Teju Cole

Ecrit par AK Afferez , le Mercredi, 17 Septembre 2014. , dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, USA, Denoël

Open City, traduction de Guillaume-Jean Milan, 348 pages, 21,50 € . Ecrivain(s): Teju Cole Edition: Denoël

 

Si vous vous attendez à trouver un autre livre avec en personnage principal le magnifique palimpseste urbain qu’est New York, ville donnant corps au labyrinthe psychologique du narrateur, qui pourrait bien être (ou pas) un avatar de l’auteur – eh bien non, Open City défiera toutes vos attentes : ce roman, véritable tour de force, n’a jamais recours aux raccourcis faciles (c’est le cas de le dire).

Julius, protagoniste et narrateur, interne en psychiatrie, arpente les rues de New York. Il se remet difficilement d’une rupture amoureuse et trouve dans la marche une échappatoire au carcan mental de son travail. Le bandeau de l’édition Denoël dit : « Si Baudelaire était un jeune Africain errant dans les rues de New York aujourd’hui, c’est certainement le livre qu’il écrirait ». Ceci n’est qu’à moitié vrai : certes, Julius ne se promène pas, il est loin d’avoir le pas touristique, mais il n’est pas non plus exactement un avatar du flâneur baudelairien. Même s’il dresse un portrait sans complaisance de New York, son esthétique est bien plus complexe, presque fuyante et profondément hantée.