Identification

Sous la coupole spleenétique du ciel (4)

Ecrit par Daniel Leduc 27.07.11 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique, Chroniques Ecritures Dossiers

Work in progress

Sous la coupole spleenétique du ciel (4)

Il regardait un mur – sans tags, sans lierre, sans ombre –, un mur nu dans sa pierre ; il regardait l’espace, l’entaille, la fente ; cette blessure du mur qui suintait d’une lumière sans ombre, d’une trace sans tags ; et cette profonde fissure le regardait aussi.

Que les trains sont longs dans leur distance !

Que les seuils sont amples à franchir !

Que la voix s’accorde tant de temps pour grimper !

Que le soleil est loin des autres soleils !

Qu’il y a d’averses à nous entretenir !

Un courant d’air passa, sans lui répondre.

Lui

sans cesse,

il regardait le mur.

*****

 

La fille ne se maquillait plus. Depuis.

Elle avançait sans fard, sans dire un mot non plus. Sans regarder ni le ciel ni la terre ; ni tous ces vertiges qui nous attirent viscéralement.

Elle mettait un pas devant un autre pas, dans ce mouvement spontané qui permet de maintenir l’équilibre. Non elle ne marchait plus : elle allait - comme ʺça va de soiʺ.

Depuis. Elle ne marchait plus.

Le ressort s’était trop distendu, les aiguilles tournaient trop vite ; trop lentement trop vite.

La nuit dans son sommeil, elles transperçaient ses entrailles, les aiguilles ; il comprimait son ventre, le ressort ; et le temps, devenait dur.

Cela durait ainsi.

Et encore,

et encore.

Et davantage.

Depuis.


*****


De toute façon la journée serait insipide et laborieuse, comme la veille et l’avant-veille. Même distance à parcourir. Même hauteur de dossiers. Même volume de travail. Même angle d’attaque. Mêmes points divergents. Mêmes discours paraboliques. Mêmes plans sur la comète. Même quadrature du cercle. Même optique obtuse. Même spirale infernale…

Même le temps se distendrait.

Et de retour chez soi, cette même solitude, ce même abîme qui s’ouvre.

Rompre le cercle, il fallait bien.

Tuer le temps. Et la monotonie.

C’est comme ça que j’ai commencé à dérégler les pendules de la ville ; celles des gares, des aéroports ; celles des ministères et autres infortunes.

Non, je n’avais pas prévu le chaos qui s’ensuivit.

Encore moins,

ce point de non-retour !


Daniel Leduc


  • Vu : 2115

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Daniel Leduc

Rédacteur

Écrivain et poète, Daniel Leduc est né à Paris en 1950.

Il a suivi des études supérieures de cinématographie et a exercé des activités de critique et de chroniqueur littéraire, artistique, musical ou cinématographique.

A son actif s'inscrivent une trentaine d’œuvres publiées dans les domaines de la poésie, de la nouvelle, de la littérature jeunesse. Parmi celles-ci on peut citer L’Homme séculaire (Prix René Lyr), La Respiration du monde, Territoire du poème, Le Livre des Tempêtes, Le Livre des Nomades, Le Livre de l’Ensoleillement, Partage de la Parole, Aux Fils du Temps (nouvelles), Pierre de Lune (jeunesse), L’Homme qui regardait la nuit (jeunesse), Le miroir de l’eau (jeunesse), La terre danse avec toi (jeunesse).

Ses textes, traduits dans une quinzaine de langues, figurent dans de nombreuses anthologies françaises ou étrangères.