Identification

Sous la coupole spleenétique du ciel (28)

22.02.12 dans La Une CED, Ecriture, Ecrits suivis, Création poétique

Sous la coupole spleenétique du ciel (28)

« Pré couvert de brume

les racines sont au ciel

stratus broutent l’herbe »

« Court dans le ruisseau

l’air véloce de la flûte

un roseau fléchit »

« Le mont est un creux

où le mamelon repose

au sein de la voûte »

Après avoir tracé

ces trois haïkus,

il s’effaça dans le soleil.

*****

Elle disposa les grains de sable, de telle sorte qu’ils s’ouvrir sur un cercle, dont la circonférence encerclait une fuite.

Des couleurs s’harmonisèrent, fleurs et fruits, géométries constituantes.

Le premier jour, elle disposa.

Le deuxième, elle croisa.

Le dernier, elle s’absorba.

Elle attendit, ce qu’il faut attendre.

Reçut, ce qu’il faut percevoir.

Toute méditation est une sphère, dit-elle.

Ainsi, s’effaça le mandala

dans cette Vacuité –

à la gueule d’Univers.


*****


Il déposa le Xuanzhi [1], usa le bâtonnet d’encre autant qu’il faut l’user sur la pierre, et d’un geste chorégraphique, composa les courbes du monde, faisant des pointes avec le pinceau qui dansait.

Il se recula jusqu’à ne plus apercevoir les sinogrammes [2] ; les percevoir enfin.

Face à lui, la lumière recomposait les ombres ; il y avait des espaces d’origine dans le soir.

Sa femme se dévêtit. Elle se calligraphia contre la mort.

Peut-être un peu de temps se fixa-t-il

sur ce qui s’écoule

sans fin.


Daniel Leduc


[1] Papier utilisé par de nombreux calligraphes chinois.

[2] Caractères chinois.


  • Vu : 2051

Réseaux Sociaux