Identification

Rohmer en poèmes (26 & Fin) - Le Rayon vert

Ecrit par Matthieu Gosztola 21.10.15 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Rohmer en poèmes (26 & Fin)  - Le Rayon vert

 

 

Pour saisir parfaitement le Rayon vert, dans sa nature librement improvisée, il faut se souvenir d’un « poème » et d’un dialogue issus du précédent film de Rohmer.

 

D’abord :

 

 

 

 

J’avoue que chaque fois

Qu’une femme

Me regarde

J’éprouve


Comme une sensation

De déjà-vu


Peut-être

Simplement


Parce que

Chaque regard


Qu’une femme

Pose


Sur un homme

Est chargé


D’un tel potentiel

D’éternel féminin


Qu’il oblitère

Toute caractéristique individuelle

 

Ensuite :

 

– Tu me disais que ça allait très bien avec Rémi !

– Mais oui, ça va très bien ; c’est pour ça que je suis plus vulnérable à la tentation, c’est tout.

– Qu’est-ce que tu racontes ?

– Si je n’aimais plus du tout Rémi, je serais sans défenses et je ne m’emballerais pas si vite pour un inconnu.

– Parce que tu t’emballes ?

– Le mot est trop fort. Disons qu’il m’attire. Et ça ne m’arrive pas si souvent, de rencontrer quelqu’un qui m’attire.

– Mais il t’attire comment ?

– Il m’attire. C’est clair, il me semble.

– Jusqu’à quel point ?

– Jusqu’au bout, si tu veux savoir. Mais je n’irai pas forcément jusqu’au bout.

 

Matthieu Gosztola

 

« Comédies et proverbes », Le Rayon vert (1985)

Réalisation : Éric Rohmer.

Scénario : Éric Rohmer, avec la participation pour les dialogues de Marie Rivière.

Image : Sophie Maintigneux.

Régie générale : Françoise Etchegaray.

Son : Claudine Nougaret.

Montage : Maria Luisa Garcia [Lisa Hérédia].

Effets spéciaux : Philippe Demard.

Mixage : Dominique Hennequin.

Musique : Jean-Louis Valero.

Production : Margaret Ménégoz (Les Films du Losange), avec la participation du ministère de la Culture, du ministère des Postes et Télécommunications, de Pierre Chatard et Gérard Lomond.

Interprétation : Marie Rivière (Delphine), et à Paris : Amira Chémakhi et Sylvie Richez (les secrétaires), Lisa Hérédia (Manuella), Basile Gervaise (le retraité), Virginie Gervaise et René Hernandez (les amis), Dominique Rivière (Dominique), Claude Jullien (Claude), Alaric Jullien (Alaric), Lætitia Rivière (Bibiche), Isabelle Rivière (Isabelle), Béatrice Romand (Béatrice), Rosette (Françoise), Marcello Pezzutto (le dragueur), Irène Skobline (Irène) ; à Cherbourg : Éric Hamm (Édouard), Gérard Quéré, Julie Quéré, Brigitte Poulain, Gérard Leleu, Liliane Leleu, Vanessa Leleu et Huger Foote (la famille et les amis de Françoise) ; à La Plagne : Michel Labourre (Michel), Paulo (Paulo) ; à Biarritz : Maria Couto-Palos, Isa Bonnet, Yve Doyhamboure (les femmes en conversation), Friedrich Günter Christlein (le savant), Paulette Christlein (sa femme), Carita (Léna), Marc Vivas (Pierrot), Joël Comarlot (Joël), Vincent Gauthier (l’inconnu rencontré à la gare).

Diffusion sur Canal + : 31 août 1986.

Distribution : AAA Classic.

Date de sortie : 3 septembre 1986.

Durée : 98 mn.

Format : 16 mm gonflé en 35 mm, couleur, 1,33.

  • Vu : 1601

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com