Identification

Rohmer en poèmes (20) Perceval le Gallois

Ecrit par Matthieu Gosztola 26.08.15 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Rohmer en poèmes (20)  Perceval le Gallois

 

 

 

 

 

Ma mère

ne me dit


pas fable,

qui dit


que les

anges

étaient

les plus


belles ch

oses qui s


oient, sauf

Dieu, qui est


plus

beau


que

tous.


– Je peux dire quelque chose ?

– Oui Fabrice.

– Alors justement

la chose merveilleuse

c’est que la référence unique

la chose

qui est notre point total

de base

devient le texte

 

c’est-à-dire :

 

comme il n’y a pas

d’éléments

de soleil

de vent

d’objets

de matières vivantes

il faut

que le texte

soit révélateur de vie

 

et le propos de ce film*

c’est que le texte

débarrassé

de tout

ce qui pourrait être

quotidien

se manifeste

dans sa dimension

poétique

 

et c’est ça

l’entreprise

c’est ça

l’entreprise

extraordinaire

 

(Ciné-regards : Eric Rohmer, une émission de Pierre André Boutang et Philippe Collin)

* Je ne sais pas si Eric est d’accord avec moi, mais c’est quand même ce que je ressens profondément, c’est la partie qui m’a le plus passionné…

 

Matthieu Gosztola

 

Perceval le Gallois (1978)

Réalisation : Éric Rohmer, assisté de Guy Chalaud.

Scénario : Éric Rohmer, d’après le récit de Chrétien de Troyes.

Image : Nestor Almendros, assisté de Jean-Claude Rivière et Florent Bazin.

Électricité, machinerie : Jean-Claude Gasché et Georges Chrétien.

Décors : Jean-Pierre Kohut-Svelko, assisté de Pierre Duquesne et Hubert Devarine.

Costumes : Jacques Schmidt, assisté de Patrick Aubligine et Emmanuel Peduzzi.

Coiffure : Daniel Mourgues.

Maître d’armes : Claude Carliez.

Maître d’équitation : François Nadal.

Photos de plateau : Bernard Prim.

Son : Jean-Pierre Ruh, assisté de Jacques Pibarot et Louis Gimel.

Montage : Cécile Decugis, assistée de Jill Reix.

Mixage : Dominique Hennequin.

Bruitage : Jonathan Liebling.

Musique : Guy Robert (d’après des airs des xiie et xiiie siècles).

Production : Barbet Schrœder (Les Films du Losange), Margaret Ménégoz (directrice de production), avec FR3, ARD, SSR, RAI TV et Gaumont.

Interprétation : Fabrice Luchini (Perceval), André Dussollier (Gauvain), Solange Boulanger (chant et guitare sarrazine, une pucelle, une dame, etc.), Catherine Schrœder (chant et rebec), Francisco Orozco (chant, luth et chalemie), Deborah Nathan (flûte traversière), Jean-Paul Racodon (chant et chalumeau, le chevalier armé, un valet, etc.), Alain Servé (chant et chalemie, le fou, l’écuyer chauve, un valet, un chevalier, etc.), Daniel Tarrare (chant, le charbonnier, Yvonet, Garin, le Vavasseur, le pèlerin, etc.), Pascale Ogier (chant, une pucelle, une dame), Nicolaï Arutene (chant, un valet, un chevalier), Marie Rivière et Pascale Gervais de Lafond (des pucelles, des dames, les filles de Garin), Pascale de Boysson (la veuve dame), Clémentine Amouroux (la pucelle de la tente), Jacques Le Carpentier (l’orgueilleux de la lande), Antoine Baud (le chevalier vermeil), Jocelyne Boisseau (la pucelle qui rit), Marc Eyraud (le roi Arthur), Gérard Falconetti (le sénéchal Ké), Raoul Billerey (Gornemant de Goort), Arielle Dombasle (Blanchefleur), Sylvain Levignac (Anguingueron), Guy Delorme (Clamadieu des Iles), Michel Etcheverry (le roi pêcheur), Coco Ducados (la demoiselle hideuse), Gilles Raab (Sagremor), Marie-Christine Barrault (la reine Guenièvre), Jean Boissery (Guingambrésil), Claude Jaeger (Thiébaut de Tintaguel), Frédérique Cerbonnet (la fille aînée de Thiébaut), Anne-Laure Meury (la pucelle aux petites manches), Frédéric Norbert (le roi d’Escavalon), Christine Lietot (la sœur du roi), Hubert Gignoux (l’ermite), Jean-Claude Brisseau, Lisa Hérédia (des artisans).

Distribution : Gaumont.

Date de sortie : 7 février 1979.

Durée : 138 mn.

Format : 35 mm, couleur, 1,33.

  • Vu : 2296

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com