Identification

Rohmer en poèmes (10) Carl Th. Dreyer

Ecrit par Matthieu Gosztola 04.05.15 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Rohmer en poèmes (10)  Carl Th. Dreyer

 

 

 

 

 

Le style n’est pas quelque chose

qu’on peut dégager de l’œuvre

 

d’art terminée. Il la pénètre et

l’imprègne, tout en demeurant

 

invisible et indémontrable.

Copenhague. Oui, écoutez cette

rumeur feutrée mais précise […].

Cette même qualité, cette même

 

transparence des bruits, vous la

retrouverez dans Vampyr, dans

 

Ordet, dans Gertrud. Aussi secrète

que soit cette œuvre, et aussi discret

 

son auteur, ils sont bien de cette terre,

comme, avant eux, Kierkegaard, Andersen,

 

et leurs livres. Ainsi

sommes-nous les hôtes

 

d’un ciel

unique.

 

« Lorsque Carl Dreyer nous reçut chez lui, nous ne fûmes pas seulement frappés par [l’homme], mais par une sorte d’effacement têtu de l’auteur, devant le mystère de son œuvre. La conversation dut donc prendre d’étranges détours ».

 

A l’apparition du film sonore, la mimique fut mise en pénitence. On avait désormais la parole. Les répliques jaillissaient interminablement de visages vides. Heureusement, la mimique s’est trouvée remise à l’honneur et reconquise à dignité dans les films psychologiques français et américains de ces dernières années. La mimique est un élément important pour le film parlant. Elle agit directement sur nous et en appelle à nos sentiments sans que le relais de la pensée ait à travailler. C’est la mimique qui rend au visage son âme.

 

Matthieu Gosztola

 

Carl Th. Dreyer (dans la série « Cinéastes de notre temps », 1965)

Réalisation : Éric Rohmer, assisté d’Yves Kovacs.

Conception : Éric Rohmer.

Image : Jacques Duhamel et Jacques Durr.

Son : Daniel Léonard.

Illustration sonore : Betty Willemetz.

Montage : Guy Fitoussi.

Mixage : Jean-Claude Brisson, assisté de René Vidal.

Production : Janine Bazin, André-Sylvain Labarthe, Office national de Radiodiffusion Télévision Française, avec la télévision danoise (Gabriel Axel, Jean Kress).

Avec Carl Dreyer, Lisbeth Movin, Henrik Malberg, Anna Karina, Jorgen Roos, Ib Monty, Preben Lerdoff, Bendt Rothe.

Extraits : La Passion de Jeanne d’Arc et Ordet (Carl Dreyer).

Date de diffusion : 8 avril 1965.

Durée : 61 mn.

Format : 16 mm, noir et blanc.

  • Vu : 1544

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Matthieu Gosztola

Lire tous les textes et articles de Matthieu Gosztola

 

Rédacteur

Membre du comité de rédaction

 

Docteur en littérature française, Matthieu Gosztola a obtenu en 2007 le Prix des découvreurs. Une vingtaine d’ouvrages parus, parmi lesquels Débris de tuer, Rwanda, 1994 (Atelier de l’agneau), Recueil des caresses échangées entre Camille Claudel et Auguste Rodin (Éditions de l’Atlantique), Matière à respirer (Création et Recherche). Ces ouvrages sont des recueils de poèmes, des ensembles d’aphorismes, des proses, des essais. Par ailleurs, il a publié des articles et critiques dans les revues et sites Internet suivants : Acta fabula, CCP (Cahier Critique de Poésie), Europe, Histoires Littéraires, L’Étoile-Absinthe, La Cause littéraire, La Licorne, La Main millénaire, La Vie littéraire, Les Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française, Poezibao, Recours au poème, remue.net, Terre à Ciel, Tutti magazine.

Pianiste de formation, photographe de l’infime, universitaire, spécialiste de la fin-de-siècle, il participe à des colloques internationaux et donne des lectures de poèmes en France et à l’étranger.

Site Internet : http://www.matthieugosztola.com