Identification

Rien, Janne Teller

Ecrit par Laetitia Steinbach 17.09.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Jeunesse, Pays nordiques, Les grandes personnes

Rien, juin 2012, 137 p. 13,50 €

Ecrivain(s): Janne Teller Edition: Les grandes personnes

Rien, Janne Teller

 

Qui n’a jamais réfléchi au sens du mot « Rien », chez lui au fond de son lit, ou, plus vraisemblablement assis, somnolent près de la fenêtre d’une salle de classe ? Qui n’a jamais cru, face à l’incompréhension des autres ou la sienne propre, que la vie n’avait aucun sens et qu’il n’était donc d’aucune utilité d’agir en quoi que ce soit ? Mais qui a eu, à l’instar de Pierre Anthon, élève en 4e, le courage de grimper dans un prunier et d’y élire domicile ad vitam aeternam, parce que de toute façon « tout commence pour finir » ?

Rien, de Janne Teller, est un OVNI dans le paysage de la littérature jeunesse. Pas simplement parce qu’il propose au lecteur une réflexion philosophique, voire métaphysique, sur le destin de l’humanité et son absurdité ; pas seulement parce qu’il offre une vision désabusée des événements historiques de notre siècle, mais surtout parce qu’il est loin de l’image enchanteresse d’une jeunesse optimiste et pleine d’aspirations. Pierre Anthon, perché dans son arbre comme d’aucuns prêchaient du fond d’un tonneau, lance des imprécations, prédit la chute de tout, crie l’absence de vérité et dresse le tableau d’adolescents perdus dans un maelstrom qui les dépasse.

Dans un crescendo morbide et anxiogène, les amis de ce jeune Schopenhauer improbable décident de le faire revenir à la « vie normale » en lui démontrant la faillite imminente de son système : ils lui érigent donc ce qu’ils appellent un « Mont de Signification ». Soit une pyramide d’objets symboliques qui revêtent une portée particulière pour chacun d’entre eux : les jolies sandales vertes de la narratrice, le nouveau vélo de l’un, le serpent dans le formol de la salle de SVT pour le fils du professeur de sciences, le drapeau danois d’un sympathisant nationaliste, un hamster en cage, la croix du Christ et un tapis de prière pour deux jeunes croyants, le cercueil du petit frère décédé de l’une (avec le petit frère dedans…), la virginité de Sophie… tout y passe, du plus ridicule au plus invraisemblable des dons.

« Les cheveux de Rikke-Ursula ! Je me suis tournée vers Rikke-Ursula qui, immédiatement, avait porté une main à ses nattes bleues et ouvrait maintenant la bouche dans une protestation qu’elle savait inutile.

– J’ai des ciseaux ! a crié Hussein en riant. (…)

Bleu, plus bleu, encore plus bleu.

Rikke-Ursula est demeurée assise sans bouger et n’a pas dit un mot pendant qu’ils coupaient, mais les larmes roulaient sur ses joues et c’était comme si le bleu de ses cheveux se reflétait dans ses lèvres qu’elle se mordait jusqu’au sang ».

La surenchère gagne le groupe, jusqu’à l’irréparable. Jusqu’à l’intenable.

Rien est un livre courageux, un livre qui dérange, à l’écriture limpide et acérée ; Rien est un livre guerrier où chaque lecteur trouvera certainement beaucoup de causes de désespoir et peut-être, au détour d’une phrase, une raison de croire en un envol vers d’autres possibles.

« On pleurait parce qu’on avait perdu quelque chose et reçu quelque chose d’autre. Et que ça faisait mal de perdre et de recevoir. Et parce qu’on savait ce qu’on avait perdu, sans pour pouvoir encore mettre un nom sur ce qu’on avait reçu ».

 

Laetitia Steinbach


  • Vu : 3099

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Janne Teller

 

Janne Teller est une romancière et essayiste danoise qui s’interroge sur le sens de l’histoire. Son œuvre, controversée, trait du fanatisme religieux et politique, de la guerre, de l’immigration, de l’amour et de l’acceptation. Rien s’est vu décerné de nombreux prix internationaux.

A lire également, traduit en français, L’île d’Odin (Acte Sud, 2003) et Guerre, si ça nous arrivait ? (Les grandes personnes, 2012).

 

A propos du rédacteur

Laetitia Steinbach

Tous les articles de Laetitia Steinbach


Rédactrice

 

Laetitia Steinbach est professeur de lettres modernes dans le secondaire. Elle s’intéresse particulièrement aux albums et romans graphiques et à la littérature de jeunesse contemporaine. Elle travaille actuellement à la rédaction d’une thèse portant sur l’homosexualité dans le roman pour adolescents et l’édition jeunesse.