Identification

Ondine, Benjamin Lacombe

Ecrit par Olivier Verdun 23.01.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Albin Michel, Jeunesse

Ondine, Albin Michel Jeunesse, 2012, 40 p., 19 €

Ecrivain(s): Benjamin Lacombe Edition: Albin Michel

Ondine, Benjamin Lacombe

Avec Ondine, son avant-dernier album, Benjamin Lacombe prouve une fois de plus son immense talent d’illustrateur. Un album somptueux comme rincé au lavis, qui rend hommage à quelques grands maîtres – Hokusaï, Waterhouse, Millais, Rosseti. Benjamin Lacombe réinterprète le mythe d’Ondine, inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, et revient avec ce conte à ses amours préraphaélites.

L’histoire nous entraîne dans un monde obscur qui a pour toile de fond la « terrible Forêt-Noire ». Un monde peuplé par les esprits des eaux (les ondins) dont la douce Ondine fait partie. Née sans conscience et sans remords, recueillie par une famille de paysans pauvres mais aimants, Ondine aspire à posséder une âme. Elle doit pour cela se faire aimer d’un homme.

Un  soir, sous une pluie battante, le chevalier Hans de Ringstetten, qui s’était égaré en pleine forêt, trouve refuge chez Ulrich et Eugénie, les parents adoptifs d’Ondine. Ondine était d’une « beauté si délicate que ses traits fins se noyaient dans l’éclat de sa peau. Ses longs cheveux roux flamboyaient sur ses épaules en d’élégantes ondulations ». Comment ne pas tomber sous son charme ? Après s’être promis l’un à l’autre, Hans et Ondine scellent leur engagement d’un premier baiser au cours d’une cérémonie. Une nouvelle vie les attend dans le château de Ringstetten.

Les deux amoureux quittent les vieux parents en larmes, décidés à couler des jours heureux. C’était sans compter la jalousie d’Ursule, la fille adoptive d’un duc très puissant, courtisée pour sa légendaire beauté, dont la perfidie sera fatale au couple. Ondine se noie dans les tumultes de l’amour. Hans finit par regretter de l’avoir épousée : « Fallait-il que j’épouse un esprit des eaux ! Maudit soit ce jour où je t’ai rencontrée et me suis laissé charmer : J’aurais préféré ne jamais te connaître ! ». Médusée par la violence du propos, Ondine disparaît alors à jamais dans les flots.

Hanté par le souvenir de sa bien-aimée qui lui apparaît en rêve « le visage défiguré par la stupeur » comme si elle voulait le prévenir d’un danger imminent, Hans se résout à épouser Ursule par un triste jour d’automne. L’issue de l’histoire, belle et tragique comme dans les grandes épopées romantiques, consacre le triomphe des eaux sur le monde solide : « Brouillant le calme de l’immense étang, une petite tache rousse se détacha sur les eaux (…) Alors que le corps inanimé du chevalier dérivait à ses côtés, la tête penchée, un sourire candide aux lèvres, elle s’exclama : Oh ! Que celui-ci est beau ! Comme c’est dommage, comme je l’aurais aimé ! ».

Par un jeu de calques imprimés, Benjamin Lacombe nous plonge dans un univers aquatique, à la fois sensuel et inquiétant. La page est grignotée de fantasques arabesques prêtes à mordre le lecteur imprudent, surgies d’une pluie d’encre et de nuits abyssales. L’atmosphère vaporeuse est renforcée par le lacis d’ombres érugineuses. On s’enfonce, au fil des pages, dans une débauche de grimaces cendrées. Heureusement, la chevelure d’Ondine, dont le roux moiré fait penser à maints portraits de John William Waterhouse, apporte une lueur salvatrice dans cet univers crépusculaire.

Le livre est dédié aux « amoureux et à mon amour qui est toujours là pour m’empêcher de couler en mer agitée ».

 

Olivier Verdun


  • Vu : 3217

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Benjamin Lacombe

 

Le lecteur féru de littérature d’enfance et de jeunesse aura forcément rencontré sur son chemin, à un moment ou à un autre, Benjamin Lacombe, né à Paris en 1982, officiellement auteur, illustrateur et peintre, considéré, avec Rebecca Dautremer, Charlotte Gastaud, Philippe Lechermeier ou encore Anne Romby, comme l’un des représentants phare de la nouvelle illustration française. Benjamin Lacombe a étudié à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD). Il publie son premier livre, Cerise Griotte, à dix-neuf ans. Il a écrit et illustré une vingtaine de livres, dont Les Amants Papillons, La Mélodie des Tuyaux, Blanche-Neige et récemment, en version papier et numérique, L’Herbier des fées (Albin Michel Jeunesse, octobre 2011). Benjamin Lacombe a également illustré des livres pour adultes comme Les contes macabres d’Edgar Allan Poe (traduction de Charles Baudelaire) et Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.

 

A propos du rédacteur

Olivier Verdun

Tous les articles d'Olivier Verdun

 

Rédacteur


Olivier Verdun est professeur de philosophie en Bretagne, après avoir longtemps vécu et enseigné à l'étranger. Il a publié deux recueils de poésie : Fragments de rêves / Débris d'azur (Edilivre, 2008) et Au gré des regs contondants, préfacé par Gérard Bocholier (Editions de l'Atlantique, 2010). Il est l'auteur d'articles philosophiques et de textes littéraires dans diverses revues, en France, en Belgique et au Québec. Plusieurs ouvrages sont en préparation croisant la poésie, la philosophie et la fiction.