Identification

Nouvelles

Le monteur

Ecrit par Didier Bazy , le Mardi, 22 Mars 2011. , dans Nouvelles, Ecriture, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

Les yeux du vieux tremblotent, cherchent et ne trouvent rien. Des broussailles de ses sourcils émergent des espèces d’épines. Un plaid anglais couvre ses jambes. Figé dans un fauteuil, possédé par une colère rentrée, il me coupe résolument :

– T’en pose des questions, pticon, t’en pose. Tu débarques sans crier gare. Je te reconnais pas avec tes airs mielleux et ton parfum de femmes.

Jeune, je me serais rebiffé. Mais ne doit-on pas tenir tête à son père ? Avec dix ans d’absence, j’ai tenu bon, j’ai pas cédé à la pitié. Je devais emporter de lui un souvenir en images. Pour me prouver que j’avais raison. Alors, ce jour-là, j’ai osé. J’ai pris sur moi. J’ai camouflé mes sentiments. C’était facile : je n’ai jamais eu de sentiments. J’ai osé parce que ça lui plaît pas d’être ici.

– Ça me plaît pas d’être ici. Comme une reine dans les Nouveaux Monstres.

– Elle était si petite ! Une naine, non ? T’es pas un nain.

Je ne pars pas

Ecrit par Laurence Pythoud Grimaldi , le Dimanche, 13 Mars 2011. , dans Nouvelles, Ecriture, Chroniques Ecritures Dossiers, La Une CED

Nouvelle


C’est le beau milieu de l’été, il regarde par la fenêtre le jardin aménagé « à la française », avec ses buis ronds et son petit labyrinthe, si précieusement ordonné. Tout est à la mesure, et l’équilibre parfait.

Les enfants viendront dîner ce soir : ses deux fils avec leurs amoureuses. Lui a son regard perdu dans le vide. Sa vie est en train de basculer dans l’inconnu. Et il n’a rien vu venir. Pourtant ce qui lui arrive aujourd’hui était prévisible par n’importe qui d’autre que lui et sa famille.

Depuis qu’il l’a rencontrée, cette femme a partagé son existence en deux, et tout son être. Echafauder mille plans secrets, cacher, mentir, pour la voir, pour l’embrasser, lui sont devenus comme une seconde nature. Une nature délicieuse et venimeuse. D’un venin dont il éprouve à chaque instant la douleur autant que le plaisir. Et l’inévitable impasse.