Identification

Les samedis sont au marché, Thierry Radière, Virginie Dolle

Ecrit par Balval Ekel 22.05.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Carnets du dessert de lune

Les samedis sont au marché, Thierry Radière, Virginie Dolle, octobre 2017, 52 pages, 12 €

Ecrivain(s): Thierry Radière Edition: Carnets du dessert de lune

Les samedis sont au marché, Thierry Radière, Virginie Dolle

 

D’une expérience commune à beaucoup d’entre nous – le marché du samedi matin – Thierry Radière tire vingt-huit tableaux originaux, proses poétiques touchantes et souvent prétextes à sourire, malgré l’incommensurable nostalgie dont elles sont lestées.

La promenade en famille parmi les étals suscite rêveries et questionnements interrogeant dès le titre par exemple la notion d’appartenance : « les samedis sont au marché » et « chaque personne devant son marchand oublie d’où il vient »  pour se fondre cette seule fois de la semaine dans une foule bigarrée. Un peu comme dans le poème de Prévert, Cortège, Thierry Radière associe étrangers et locaux, adultes et enfants, êtres humains et chiens ou rats, femme nomade et homme sédentaire, poètes, chanteuses et bouchers, extra-terrestres et terriens mais surtout rêveurs mélancoliques et réalité prosaïque du marché de province.

Les bribes de conversation saisies au vol paraissent souvent étranges – problèmes de santé et tomates farcies, calcifications dans les oreilles et volets à rénover – mais « ici au marché les énigmes permettent de continuer à communiquer ». Le marché est lieu d’échanges – pour combien de temps encore ? – avec les enfants, fil tendu entre le présent et la jeunesse qu’on croyait perdue pour toujours, chevauchements du temps et des chiens amenés là, questionnements sans fin sur la finitude et le désir d’éternité.

Au marché, on s’interroge aussi sur ce qui aurait dû et pourrait être partagé, la nourriture et les bons moments autour de la cuisine maternelle, le voyage au loin de celui qui était un ami et dont on ne comprend plus les préoccupations, les douleurs de la marchande de primeurs. On se passionne pour les métamorphoses, les aspects magiques de la vie, « la présure faisant naître le fromage blanc »,le professeur spécialiste de Shakespeare redevenu un enfant au milieu de ses trains électriques, « les polyglottes pour lesquels le monde est devenu une musique » ;surtout le merveilleux de l’écriture transformant le poète en soldat, gardien de l’univers : « Toujours l’écrit, oui, toujours : le seul point cardinal qui n’apparaisse nulle part en géographie (…) il nous porte à bras le corps hors des frontières et nous laisse tomber au milieu des vestiges d’une guerre en cours que nous menons à petits pas contre les certitudes et la folie des grandeurs ».

La vision du poète sur la marche du monde oscille entre l’inquiétude de l’ennui envahissant la vieillesse et la beauté affirmée dès le premier texte où – à travers l’accordéoniste rom inspirant une petite fille habituée du marché – Thierry Radière rend hommage aux artistes qui élèvent nos enfants, dans tous les sens du terme. Travail polysémique, Les samedis sont au marché révèle un lyrisme pudique et moderne où le retour sur soi est toujours lié à l’écriture – le goût des mots, l’obsession de ne rien perdre, de les scruter, de s’en servir – et aux gens, ceux qui regardent par exemple « l’homme-statue » : « Je resterais bien là avec eux à me demander ce que c’est d’être vivant ».

On n’oubliera pas la préface du poète, gastronome et écrivain Denis Montebello et les dessins en noir et blanc de Virginie Dolle, le tout plein de tendresse et d’humour retenu. Et puis les carrés de beau papier faisant des livres des Carnets des Desserts de Lune, de jolis cadeaux à glisser dans son panier… en osier.

 

Balval Ekel

 


  • Vu : 816

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Thierry Radière

 

Thierry Radière vit et travaille comme professeur d’anglais à Fontenay-le-Comte en Vendée. Poète, romancier, nouvelliste, il est publié dans de nombreuses revues et a plusieurs livres à son actif. Il tient un blog littéraire « sans botox ni silicone » que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien suivant : http://sbns.eklablog.com

 


 

A propos du rédacteur

Balval Ekel

 

Balval Ekel vit entourée de livres et de gens qui les aiment. C’est une chance qu’elle essaie de transmettre aux adolescents avec qui elle travaille. Elle est l’auteur de deux livres : Elek Bacsik, un homme dans la nuit, consacré à son père, et Le Bunker, sixième témoignage, éditions Jacques Flament.