Identification

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason

Ecrit par Pauline Fouillet 01.06.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, Polars, Pays nordiques, Métailié

Les nuits de Reykjavik, traduit de l'islandais par Eric Boury février 2015, 264 pages, 19 €

Ecrivain(s): Arnaldur Indridason Edition: Métailié

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason

 

Cela fait maintenant 15 ans qu’Arnaldur Indridason enchante son lectorat avec les enquêtes du célèbre Erlendur. Flic atypique, solitaire, coriace, limite borderline, il incarne l’image même du flic préféré des français.

Après 9 enquêtes, l’auteur nous offre ici l’Enquête. Celle qui a construit ce flic aimé, celle qui l’a façonné. Erlendur n’était alors qu’un simple policier municipal. Mais déjà son flair et son acharnement sont bien présents. Et ce sont eux qui le mèneront droit à la criminelle.

Cela fait un an qu’Hannibal, SDF, est décédé, retrouvé noyé dans un lac de la ville. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un suicide. Mais malgré toutes les preuves qui le confirment, Erlendur n’arrive pas, ne veut pas croire à cette hypothèse. Il le connaissait peu, mais assez pour savoir que ce n’est pas envisageable. C’est alors à l’encontre de la loi et des règlements qu’il va reprendre le parcours de son protégé pour tenter de découvrir les véritables raisons de sa mort.

Auteur nordique, Indridason mène sa plume à l’image de ses collègues territoriaux : avec simplicité et lenteur. Loin de la violence et des scènes morbides, il nous offre un récit policier où les sous-entendus et l’imagination font le suspense. Pour les amateurs de rythme et de noirceur, passez votre chemin. Ici, nous sommes dans le royaume de l’art de l’enquête et des protocoles intellectuels plus proches de la victime que du bourreau.

L’art de la lenteur très présent dans les romans nordiques permet un développement régulier de l’enquête. Quelques rebondissements à la marge donnent du piquant à l’histoire. Et la vie très simple et pourtant complexe du personnage principal renforce le caractère attachant de ce dernier, puisque très proche (finalement) du lecteur lambda.

Arnaldur Indridason produit avec ce roman une nouvelle accroche puisqu’il invite le lecteur à rencontrer son héros (ou plutôt son anti-héros) et ses précédentes enquêtes. Mais c’est aussi pour ses fans un approfondissement de leurs relations, un rapprochement entre eux.

 

Pauline Fouillet

 


  • Vu : 1312

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Arnaldur Indridason

 

Arnaldur Indriðason, né le 28 janvier 1961 à Reykjavik, est un écrivain islandais.

Lire la chronique de Léon-Marc Levy sur Arnaldur Indridason

 


 


A propos du rédacteur

Pauline Fouillet

 

Rédactrice

 

Je suis née le 27 avril 1988 à Ruffec (Charente). Après un master de droit dont une année effectuée en Italie, je reprends ma véritable passion, la littérature. Je deviens alors libraire dans une librairie indépendante et chroniqueuse pour divers magasines littéraires. Je parle et lis couramment l'italien et découvre ainsi leur littérature en langue originale.