Identification

Le premier appelé, Christian Ego

28.11.11 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Polars, Editions du Toucan

Le premier appelé, Editions du Toucan (coll. Toucan Noir), novembre 2011, 505 p., 22 €

Ecrivain(s): Christian Ego Edition: Editions du Toucan

 

Un thriller qu’on aurait aimé apprécier, qui aurait pu réussir. Tant la matière, l’ouverture, en étaient propices, voire fécondes. Le Front de l’Est, l’infini des plaines ukrainiennes, d’énigmatiques reliques orthodoxes convoyées par l’Armée Rouge, et qu’interceptent des légionnaires de la LVF… jusqu’à nos jours, soixante ans après, jusqu’au dénouement qui ressemble, c’est à déplorer, à un long éventement.

D’abord les personnages, qui ne sont pas assez typés (leur nature d’agent du GRU, de flics, de descendants de légionnaires se prêtait pourtant à une juste éthopée, à d’intéressants portraits), qui en quelque sorte semblent ne pas croire à leur propre rôle, et se perdent parfois en digressions, en dialogues dont l’humour est souvent parasite. Puis les reliques, qui s’avèrent finalement assez décevantes, dont le mystère n’en impose en tout cas pas. Et l’intrigue, quand jouerait-elle avec efficacité d’analepses et prolepses, quand serait-elle étayée par le travail documentaire, qui n’est pas assez tenue, plus précisément tendue, qui parfois fait relâche et aurait sans doute supporté d’être écourtée.

Le premier appelé est plus appréciable dans son intention que dans sa réalisation. Car, une fois encore, tout est là. Mal exploité cependant, ou mal ajusté, ou mal cadré – comme s’il y avait eu quelque part un problème de focale.

Ne doutons pas qu’un prochain roman y remédiera.


Arnaud Bordes


  • Vu : 2302

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Christian Ego

« Christian Ego, 45 ans, cadre commercial. L'idée initiale de batir un roman et de se frotter à d'autres auteurs m'ont poussé. Ecrire est maintenant devenu un plaisir. »