Identification

Le Dernier Amour d’Attila Kiss, Julia Kerninon (par Christian Massé)

Ecrit par Christian Massé 11.03.19 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Babel (Actes Sud), Roman

Le Dernier Amour d’Attila Kiss, mai 2018, 140 pages, 6,80 €

Ecrivain(s): Julia Kerninon Edition: Babel (Actes Sud)

Le Dernier Amour d’Attila Kiss, Julia Kerninon (par Christian Massé)

 

Budapest, 2007-2008.

Théodora : la dernière des Habsbourg, orpheline de l’un des plus grands chanteurs d’opéra de Vienne, dont elle touche les « royalties ». Enfant, elle grignotait du caviar à la petite cuillère avec des imprésarios, ambassadeurs… sur des toits d’hôtels de la Riviera française.

Attila : après l’échec de son mariage, au cours duquel son épouse perd un bébé en couches, il craque et commence une double vie avec une serveuse de café dont il aura trois filles en cinq ans. Parti en volant la voiture de son beau-père, riche entrepreneur dont il a été le larbin silencieux, il passe plusieurs mois dans la Puszta, entre Carpates et Balkans. Là, son travail consiste à repeindre des bâtiments de ferme. Il a 40 ans.

« … mari, amant, père, contrebandier, gendre, menteur. Á présent, je suis simplifié. Simplifié ».

Julia Kerninon insère dans son roman les pensées-clé d’Attila et de Théodora à la première personne.

Avec l’hiver, les peintures extérieures s’achèvent. Attila revient à Budapest, incognito. Il peint ses propres murs, puis des toiles : les épaules nues de ses deux femmes et les pieds de ses trois filles. Sans le sou, il se fait trieur de canetons : son travail consiste à séparer les mâles des femelles. Les premiers servent à faire du foie gras. Les secondes, broyées.

Dix ans durant, il trie des canetons la nuit et peint le jour. Un soir, il voit Théodora arriver droit sur lui au bout de la terrasse du café qu’il fréquente. Elle est beaucoup plus jeune que lui. Elle amène avec elle l’amante merveilleuse.

Pour la première fois depuis dix ans, une femme vient chez lui !

« Rappelle-toi ce que tu as fait autrefois – tu n’as fait que détruire. Tout ce que tu aimais, tu l’as détruit ! Que ferai-je d’une Autrichienne, musicienne, acharnée de fierté, jeune femme guerrière ? »

Leur vie amoureuse va devenir fougueuse, rédemptrice.

Il lui raconte son passé, mais pense qu’elle ne comprend rien, qu’elle est trop petite, et qu’elle est autrichienne. En vérité, le danger vient de son intérieur : « je m’appelle Attila ». Toute sa haine de l’Autriche lui revient. Il voit en elle Vienne venant sucer le dernier sang hongrois. « Elle est venue jouer avec moi, avec ma tristesse, ma vieillesse ». L’aimer, c’est déserter son pays, coucher avec l’ennemi, trahir sa conscience de classe. Quand ils font l’amour, il lui reproche son histoire, qui est celle des Habsbourg. Elle lui répète ne pas être celle qu’il croit. Il finit par admettre que Théodora est la seule personne au monde qui compte pour lui. En étant injuste avec elle, Attila se console de la fragilité de sa propre position. La richesse de Théodora lui offre, à lui, le rôle de l’oppressé, la puissance paradoxale de la victime.

Attila quitte son emploi de trieur de canetons pour être homme-au-foyer-artiste-peintre. Il révèle à son infante être père de trois filles. « Tu as trois filles qui ignorent où tu es, et tu m’as agressée pour des conneries historiques ? ». Théodora les retrouve et les fait le revoir après douze ans de silence. Elle a vaincu ses montagnes. Comme il avait renoncé à sa femme puis à sa maîtresse, Attila renonce à Théodora-la-guerrière derrière laquelle il conçoit de voir et d’accepter une femme assoiffée d’amour. Attila se sent comme un soldat débutant vaincu qui dépose les armes pour la première fois de sa vie.

Dès le début de son roman, Julia Kerninon annonce l’angle d’attaque de son propos, l’amour : un art de la guerre ! Attila Kiss en sort humanisé.

 

Christian Massé

 


  • Vu : 406

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Julia Kerninon

 

Julia Kerninon, née en 1987, thésarde en littérature. Voilà son premier roman en littérature générale.

 

A propos du rédacteur

Christian Massé

Lire tous les articles de Christian Massé


Rédacteur


Christian Massé, la soixantaine, vit installé en Touraine depuis 1990, après dix huit années passées à Paris. Marié, père de cinq enfants.

A publié :


Entre noir à Jean-Jaurès, éd. Denis Jeanson, 1997.
Le Drôle-au-diable, récit, éd. Le Temps des Cerises, Paris, 2001.
La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, épuisé.
La Loire dans tous ses ébats, nouvelle ligérienne, éd. Le Petit Pavé, Brissac, 2007.
La dernière nuit de Josepha, roman, éd; Le Temps des Cerises, 2008.
Les troubadours dans la ville, ouvrage collectif (? De la plume à la dague ?, nouvelle de CM) édité par le

La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, ré-édité en 2012.

Le mauvais génie, nouvelle, façon Oulipo, La comtesse de Ségur et nous, ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai.

La colère des imbéciles remplit le monde. Opuscule sur l'écrivain Georges Bernanos, à partir de son essai "Les grands cimetières sous la lune". BNF 2013.

Lettres de Lucien Gerfault à son père, roman épistolaire, éd. Antya, 2013.

Et Siroco nous était conté?Récit d'un séjour effectué en mer Méditerranée sur le vaisseau de guerre SIROCO, du 9 au 14 juin, éd. Antya,2013.

Palestine...Terre sainte, Terre souffrante.Opuscule d'une conférence tripartite organisée par la paroisse de Saint Côme en Loire en octobre 2010. Ed. Antya.

Le temps ininterrompu, anthologie, éd. Antya, 2014.

Consuelo, c'est moi, récit critique, "Lire George Sand", ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai, 2014.

Le temps numérique, anthologie (chroniques littéraires numériques), éd. Antya, 2015.

L'atelier de l'avenue du Maine, adaptation théâtrale du roman de Marguerite Audoux, "L'atelier de Marie-Claire", éd. Le Jardin d'Essai, 2015.

Le Journal retrouvé, récits auto biographiques, auto édité, 2016.

Les genêts, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Les Lettes Libres, 1986)

La dernière nuit de Josepha, roman, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Le Temps des cerises, 2008)

Flaure, peintre du figuratif,éd. Les Dossiers d'Aquitaine, collection Beaux livres. 2018

 

A été membre de l'Union des écrivains, pendant 15 ans.
Membre de la Société des Gens de Lettres (depuis fin décembre 2010)

- Animateur de rencontres littéraires et artistiques (Tours).

- Président de l'association Les Arts en écho !


Président de l'Association littéraire La Plume ligérienne (organise des soirées littéraires dans des lieux non institutionnels)