Identification

Lawrence d'Arabie, A contre-corps, Franck-Olivier Laferrère

Ecrit par Didier Bazy 11.06.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Essais

Lawrence d’Arabie, A contre corps, Edicool, E-fractions littéraires 3,99 €

Ecrivain(s): Franck-Olivier Laferrère

Lawrence d'Arabie, A contre-corps, Franck-Olivier Laferrère

Os, sang, chair, tout en nous est broyé́…

Ainsi la formule reprise par FO Lafferère. Ainsi l’ampleur de l’auto saccage. Ainsi les derniers instants de vie de Lawrence vus, entendus, mis en mots et en scène par FOL en un texte monologue schizo-analytique impensable ou impsychanalysable. Oui, l’analyse rationnelle comme analytico-lacanienne reste impuissante face à l’impuissance du corps et de la raison de Lawrence-Artaud-Genet. C’est que Descartes est mort sans remords selon cette sainteté d’un point de vue. Serait-ce un Spinoza tronqué qui serait appelé à la rescousse ?

Grâce à Benoit, les parallèles de l’esprit et du corps peuvent se croiser. L’ancêtre de Riemann et de Lobatchevski a bon dos, lui qui a pris tous les coups dans le dos. Serait-ce un mode de manteau troué par un couteau qui induirait une nouvelle mystique ?

Le critique, peu sévère, cherche l’hypostase, voie labyrinthique d’où son bon sens sortirait indemne. Car il veut survivre. Survivre sans le corps à corps de la postérité salvatrice et impudique. Sans ce que le philosophe a désigné comme la Gloire et la Honte, transcendances sans transcendance. Or, si la transcendance choit, l’immanence ne pousse pas forcément par voie de conséquence ou de nécessité.

C’est peut-être là la faille de Lawrence dans laquelle s’immisce le dramaturge. Faiblesse de la langue française ? Contre-corps, contre-jour, contre-nuit, contre-quoi ? Contre-temps d’un point de vue qui voudrait embrasser tous les points de vue possibles. Qu’en pensent les paysans qui vivent au raz de la terre ? Qu’en disent les laboureurs des mots rivés à leur concret en boustrophédon ? Ils n’analysent le ciel que quand il leur tombe sur la tête, en ouragan et en tempête, soucieux, les égoïstes, de monter un dossier de catastrophe naturelle.

Lawrence, le plus génial des modestes, emporté par accident – ce que rappelle Laferrère à juste titre historique et imprévisible, a porté, toujours selon le philosophe, Ah Gilles, la honte à un de ses plus niveaux (Primo Lévi en parenthèse), cette triple honte : honte d’avoir trahi ses amis arabes, honte d’avoir donner des ordres, honte d’avoir un corps dont personne ne sait ce qu’il peut, Ah Benoit.

Sur la honte, sur les triples hontes, qui sait quelle gloire rechercher encore ?

 

Didier Bazy


  • Vu : 3080

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Franck-Olivier Laferrère

Franck-Olivier Laferrère est né en 1972. Il est cofondateur du Collectif artistique Cid Errant Prod. En 2005 il publie son 1er roman Incorrigible & Satisfait, éd. Le Manuscrit. De 2005 à 2007 il tient un blog puis rejoint la revue Strictement-Confidentiel à laquelle il participe jusqu’en 2008.

Il est également auteur et metteur en scène de trois spectacles dont deux pièces de théâtre : Suspendus, créée en 2009, Lawrence d’Arabie à contre-corps en 2010 et d’un oratorio : Pax Machina en 2011. Dolce Vita est son second texte publié dans cette collection, et Aimer, c’est résister, sa première direction de publication. www.ciderrantprod.com

 

A propos du rédacteur

Didier Bazy

 

Lire tous les articles de Didier Bazy

 

Directeur-Adjoint du magazine

Membre fondateur

Coordonnateur éditions numériques



Préfacier chez Pocket.

Co-fondateur de La Soeur de l'Ange (Ed. Hermann)

Editeur du 1er texte de HD Thoreau en Français.

 

- Deleuze et Nicolas de Cuse (Vrin, 2005)

- Après nous vivez (Grand Souffle Editions, 2007)

- Brûle-gueule (Ed Atlantique, 2010)

- Thoreau, Ecrits de jeunesse (bilingue. Ed de Londres, 2012)

- Léon Blum (Jacques André Editeurs, 2013)

- L'ami de Magellan (Belin Jeunesse, 2013)

 

Vit dans le Beaujolais, pigiste et artificier agréé.