Identification

La charité des pauvres à l’égard des riches, Martin Page (texte), Quentin Faucompré (dessins)

Ecrit par Benoît Artige 16.03.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais

La charité des pauvres à l’égard des riches, Ed. Les Eclairs, décembre 2015, 33 pages, 12 €

Ecrivain(s): Martin Page

La charité des pauvres à l’égard des riches, Martin Page (texte), Quentin Faucompré (dessins)

 

Avec la place toujours plus croissante prise par le numérique, le livre papier est condamné à tendre vers le beau ou à ne plus être. Pas sûr que toutes les maisons éditions l’aient compris, continuant, pour certaines, à publier des ouvrages d’une médiocre facture. Heureusement, certaines d’entre elles ont saisi tout l’enjeu qu’il y avait à proposer aux lecteurs amoureux du papier (et il en reste encore !) un objet de qualité sans pour autant en négliger le contenu. Ces éditeurs, souvent jeunes et donc issus paradoxalement de la génération du « tout numérique », ont su prendre un tournant décisif en pariant sur le fait-main et l’artisanal plutôt que sur la production à grande échelle, sur le qualitatif plutôt que sur le quantitatif. Et nul doute que l’avenir leur donnera raison.

En créant leur propre maison d’édition à Marseille, Les Eclairs, Arthur et Robin Fabre ont résolument choisi d’emprunter cette voie. Leur volonté : fabriquer des livres dans lesquels texte, maquette, graphisme, papier et impression (ils ont fait le choix de la risographie) sont traités à parts égales et avec le même degré d’exigence. Ils proposent d’ores et déjà quatre titres, dont un essai signé Martin Page et illustré par Quentin Faucompré : La Charité des pauvres à l’égard des riches.

Dans ce court texte qui n’est pas sans rappeler, dans sa manière, les traités politico-philosophiques du XVIIIème auxquels il emprunte à la fois l’esprit de controverse, l’agilité intellectuelle et le goût du « pas de côté », l’auteur souhaite démontrer et illustrer un postulat proprement renversant : « ce ne sont pas les riches qui font la charité aux pauvres, mais bien le contraire ». On comprendra, à cet énoncé, que l’humour n’est pas absent de ces quelques pages, mais c’est un humour le plus souvent caustique et qui laisse transparaître une véritable indignation face aux inégalités de notre temps. Les pauvres constituent la part la plus importante de l’humanité, celle formant « la masse qui anime la roue du monde », et qui ne connaît ni l’oisiveté, ni le repos. Alors pourquoi ne se rebellent-ils pas ? Pourquoi ne prennent-ils pas l’ascendant sur ceux qui les dominent ? Tout simplement parce que la sagesse leur fait percevoir que leur condition est la plus enviable : « personne ne se soucie d’eux, ils vivent donc libres ». Cette liberté, ils l’acquièrent en laissant aux riches le soin de se débattre avec leur propre « psychose », celle du désir de richesse, jamais inassouvi. Par cette « aumône donnée à ceux qui ne peuvent rien espérer d’autre », ils possèdent un pouvoir incontestable car « celui qui donne est toujours le maître de celui qui reçoit ».

Le propos chemine à coups de paradoxes, poussant jusqu’au bout le postulat de départ et si Martin Page semble vouloir ainsi faire renverser le réel, c’est pour mieux nous inciter à questionner une société qui, indéniablement, marche sur la tête. Ce texte stimulant et que ponctuent des illustrations à la fois poétiques et perspicaces mérite d’être partagé, offert autour de soi car il constitue, l’air de rien, un salutaire et pacifique appel à la subversion d’un ordre politique et social à bout de souffle.

 

Benoit Artige

 

Martin Page, né en 1975, vit à Nantes. Il a publié de nombreux romans, notamment aux éditions Le Dilettante (Comment je suis devenu stupide en 2001, On s’habitue aux fins du monde en 2005), et aux éditions de l’Olivier (La Disparition de Paris et sa renaissance en Afrique en 2010, L’apiculture selon Samuel Beckett en 2013). Il publie également sous le nom de Pit Agarmen (Je suis un dragon aux éditions Robert Laffont en 2015) et écrit des ouvrages pour la jeunesse ainsi que des essais. En 2015, il a créé avec Coline Pierré le site www.monstrograph.com pour la vente en ligne de sérigraphies et de livres faits maison.

 

Quentin Faucompré est un artiste français né en 1979.

 

  • Vu : 6185

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Martin Page

 

Martin Page, né en 1975, vit à Nantes. Il a publié de nombreux romans, notamment aux éditions Le Dilettante (Comment je suis devenu stupide en 2001, On s’habitue aux fins du monde en 2005), et aux éditions de l’Olivier (La Disparition de Paris et sa renaissance en Afrique en 2010, L’apiculture selon Samuel Beckett en 2013). Il publie également sous le nom de Pit Agarmen (Je suis un dragon aux éditions Robert Laffont en 2015) et écrit des ouvrages pour la jeunesse ainsi que des essais. En 2015, il a créé avec Coline Pierré le site www.monstrograph.com pour la vente en ligne de sérigraphies et de livres faits maison.

 

A propos du rédacteur

Benoît Artige

Lire tous les textes et articles de Benoît Artige

 

Né en 1983, Benoît Artige vit et travaille en Île-de-France. Il a publié des textes dans plusieurs revues littéraires et tient un blog,