Identification

L'Ouragan, Daniel Martinange

20.09.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Stéphane Million éditeur

L’ouragan, Mai 2012, 15 €

Ecrivain(s): Daniel Martinange Edition: Stéphane Million éditeur

L'Ouragan, Daniel Martinange

 

Un livre, un style, une révélation. Trois qualificatifs qui résument à eux seuls le premier livre de Daniel Martinange.

Dans L’Ouragan (livre qui porte magnifiquement son nom aussi bien dans la forme, que dans le style), l’auteur nous fait son road book/movie à lui.

Une histoire d’amour passionnelle, écrite à la façon des nouvellistes américains.

Pour Antoine, la cinquantaine, tout commence par la découverte de celle qui sera la perle de sa vie, j’ai nommé : Bahia.

 

« Il l’avait rencontrée aux Baléares lors d’un voyage organisé, après le décès accidentel de ses parents… ».

« Depuis sa rencontre avec Bahia il n’avait plus ni cerveau ni sexe. Mais dans sa tête et son entrejambe un organe unique, indéfinissable, tout à elle dévolu. Se liquéfiant en elle il recevait en retour un torrent d’énergie, il se rechargeait. Erectile jusqu’au ciel il décrochait les étoiles. Elles tombaient sur la Terre, il se vautrait dans un tapis d’étincelles ».

L’histoire d’un amour fou qui va les mener au pire, une tragédie, qui fait prendre au récit l’allure d’une folle aventure humaine. Quoi qu’il fasse où qu’il aille Antoine, le « héros » du livre n’est plus qu’une ombre dans le souvenir de Bahia, sa belle, sa perfection, son Eldorado.

Le livre est un ensemble de petites histoires hantées par cette femme disparue. L’envie d’Antoine de fuir son acte et un passé trop lourd à porter.

 

« Lorsque Antoine émerge du sommeil, un jour badin piétine à sa fenêtre.

La nuit l’a plongé dans des rêves où il était sûr de lui. Une femme lui donnait raison sur tout.

Il se lève.

– Quel merdier, le monde… Ça s’arrange pas… Toutes ces guerres, ces enfants martyrs… De pire en pire…

Il soliloque ? Timbré ! Se préoccuper de ça au saut du lit. Siphonné !

Mais non. Mais non. Bouleversé par le reportage télévisé de la veille, il s’adresse à Bahia. Pour maintenir le lien. Comme si elle était à ses côtés et lui répondait ».

 

En quelques dizaines de pages, le chemin d’Antoine va croiser celui d’autres paumés. Une albinos perdue dans les méandres de la quête de l’amour, un Indien Navajo des plus originaux, une fille un peu folle qui passe d’homme en homme sans se soucier le moins du monde de ce que l’on peut penser d’elle, un fakir et sa planche à clous et des animaux qui parlent. Jusqu’au jour où…

L’histoire se déroule à un rythme effréné, mais tellement prenant que vous ne pourrez lâcher ce livre une seule seconde sans avoir envie d’y replonger immédiatement.

Daniel Martinange nous fait l’économie de toutes fioritures (pas de descriptions inutiles, pas de longueurs qui ne servent bien souvent qu’à noircir du papier).

Il va à l’essentiel, le récit. Pari réussi !

L’histoire se termine, l’ouragan est passé. Vous pouvez reprendre une activité normale.

 

Eric Neirynck


  • Vu : 2314

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Daniel Martinange

 

Daniel Martinange habite dans la Loire. Il a publié de nombreuses nouvelles chez divers éditeurs. L’Ouragan est son premier roman.