Identification

L’Amant de Prague, Monique Ayoun

Ecrit par Valérie Debieux 03.03.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, La Grande Ourse

L’Amant de Prague, février 2015, 176 pages, 15,50 €

Ecrivain(s): Monique Ayoun Edition: La Grande Ourse

L’Amant de Prague, Monique Ayoun

 

« Ma vie est l’hésitation avant la naissance. Peut-être que mon enfance a été trop courte, le temps passe et on passe avec lui sans but ni raison… Parfois l’étonnement devant ces nuages incolores et absurdes… Où est l’éternel printemps ? »

Franz Kafka

 

A l’âge de dix-huit ans, Peter quitte son pays, la Tchécoslovaquie, avec toute sa famille, pour échapper aux bolchéviques. Garçon solitaire aux multiples facettes, il a un certain penchant pour l’alcool, la philosophie, la politique et l’histoire, surtout celle de son pays. Quand il rencontre Carla à Paris, c’est le coup de foudre. Toutefois, leur passion se métamorphose rapidement et leur relation devient kafkaïenne. L’admiration que lui voue Carla n’y change rien. L’alcool aidant, il brille en société :

« Peter n’existait pleinement que lorsqu’il buvait. Cette béquille lui permettait enfin de parvenir à sa véritable identité. Pour quelques heures, il était délivré de son sale “juge d’intérieur”, comme il le qualifiait lui-même, dans ce regard cruel, implacable, qu’il posait constamment sur lui-même et l’empêchait d’avancer ».

Malgré la détérioration de leur idylle, Carla décide de le rejoindre à Prague. Plus les jours avancent, plus le sentiment d’inconfort qu’elle éprouve en sa présence s’intensifie en elle : étrangère dans un pays qui n’est pas le sien, elle se sent inexistante face à son amant. Cette impression s’accroît au fur et à mesure qu’elle parcourt la ville. Les crises répétées de son amant lui font peur, Prague aussi :

« Trop de menaces dans l’air. Trop de gens tristes et saouls. Trop de statues grimaçantes. Trop d’histoire. C’est une ville oppressée, étouffée, étouffante. Jusqu’à son métro. Plus profond qu’une tombe. Plus propre que la mort ».

Peter la délaisse au profit de son travail, ne supportant pas « être collé » trop longtemps : « Il lui avait dit un jour qu’il n’avait jamais réussi à supporter une présence féminine au-delà d’une semaine. […] Elle avait battu son record. […] Puis elle tâcha de comprendre. Elle avait beau réfléchir, il n’y avait rien à faire, elle ne savait à quoi attribuer les crises de Peter, ses éclipses, ses ruades soudaines. Sinon à son enfance. A son passé ». Carla passe dès lors le plus clair de son temps dans les rues de la capitale tchèque, seule au milieu de l’épaisseur de ses mystères et fantômes.

Carla, malgré sa relation agitée avec Peter, est bien décidée à le guérir de ses « vieux démons », liés, pour partie, aux relations entretenues avec son père :

« Peter semblait avoir endossé toute l’amertume et la frustration de ce père trop brillant. […] Il semblait avoir pour lui un étrange mélange d’amour et de haine indissociables. Ne s’effaçait-il pas devant son père ? Ne refoulait-il pas ses propres désirs et ses propres ambitions ? Peter lui avait parlé d’un roman qu’il n’avait jamais terminé. Sans doute refusait-il d’empiéter sur le domaine de son père ; il aurait risqué de le vaincre. Et pour ne pas le tuer, il luttait secrètement, il se tuait lui-même ».

Ce roman pose avec justesse et précision les difficultés relationnelles qui peuvent naître au sein d’un couple et ce, en raison de conflits nés antérieurement entre l’un des protagonistes et son géniteur. Il y a du Freud, il y a du Kafka, il y a matière à réflexion.

 

Valérie Debieux

 


  • Vu : 1839

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Monique Ayoun

 

Monique Ayoun est romancière et journaliste (Psychologies, Biba, L’Obs). Elle est notamment l’auteur de Mon Algérie, Le Radeau du désir et Histoire de mes seins. L’Amant de Prague est son troisième roman.

 

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com