Identification

L’âge de l’héroïne, Quentin Mouron

Ecrit par Valérie Debieux 30.06.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, La Grande Ourse

L’âge de l’héroïne, juin 2016, 144 pages, 15 €

Ecrivain(s): Quentin Mouron Edition: La Grande Ourse

L’âge de l’héroïne, Quentin Mouron

 

 

Berlin, arrondissement de Pankow, quartier de Prenzlauer Berg, de nos jours.

Franck, énigmatique mélange de détective et de collectionneur de livres anciens, se balade, entre deux lignes de coke, dans la librairie du Nouveau Monde, véritable « paradis du bibliophile ». Après avoir fait « virevolter [Mlle Schulz, la vieille libraire] dans les coins, sur les “éditions originales”, sur les “autographes”, sur les “beaux papiers” », Franck quitte la librairie, laissant derrière lui une douairière satisfaite et trois billets de cinq cents euros sur le comptoir en échange d’un volume de Tanzaï et Néadarné, roman de Crébillon fils, édition de Chou-Chu-La (1734), Seul Imprimeur de Sa Majesté chinoise pour les langues étrangères.

Peu après son arrivée à l’hôtel, le détective-collectionneur constate avoir oublié sa chevalière sur la table de la librairie. Malgré l’heure tardive, il y retourne :

« L’échoppe de Mlle Schulz est plongée dans l’obscurité. Franck renvoie le taxi, enfile les gants, vérifie qu’il n’y a personne dans la ruelle. Il entre. “Tiens !” Il ne reste rien du chaos qu’avaient provoqué leurs ébats. Les “éditions originales” sont groupées, rangées par ordre alphabétique. Les “autographes” sont présentés avantageusement sur la table centrale. […] Franck soulève le premier volume des œuvres du Cardinal de Bernis dans une édition de 1767, avant de reporter ses regards au centre de la table où, sur un plat en argent, la tête sanglante de Mlle Schulz est posée ».


Ainsi commence la première partie de ce polar, intitulée « ouverture baroque » qui se poursuit en un second volet, appelé « suite classique » entraînant Franck de New-York à Tonopah, petite ville située dans le Nevada, entre Las Vegas et Reno, dans une enquête portant sur la disparition d’une cargaison de drogue. « Tonopah était un lieu sans ordre ni mesure, où s’étripaient librement des gangsters remontés de Pharumps, de Vegas. Le shérif collectait chaque matin les lambeaux, inventoriait les tas de cendre, cartographiait l’enfer ».

Ce nouveau roman de Quentin Mouron, au style percutant et incisif, s’inscrit dans une approche dépouillée de tout superflu : pas de place pour l’inutile. L’essentiel se situe ailleurs, dans le rythme et l’ajustement des mots, dans le choix et la séquence des images. Au final, un texte profond, d’une grande intensité où les personnages se jouent de l’intrigue. À découvrir.

 

Valérie Debieux

 


  • Vu : 1526

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Quentin Mouron

 

Quentin Mouron, poète, novéliste et romancier naît en 1989 à Lausanne. Il possède la double nationalité suisse et canadienne. Il est très remarqué en 2011 avec Au point d’effusion des égouts (Prix Alpes-Jura), puis avec Notre-Dame-de-la-Merci (2012) et La Combustion humaine (2013). Trois gouttes de sang et un nuage de coke est son premier ouvrage publié en France.

 

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com