Identification

Jeunesse

Les profanateurs, Martial Caroff

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 28 Janvier 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Gulf Stream Editeur

Les Profanateurs, Ed. Gulf Stream, 2012, 223 p., 13,50 € . Ecrivain(s): Martial Caroff Edition: Gulf Stream Editeur

Avec Les Profanateurs, nous voilà plongés dans la Grèce Antique, découvrant la deuxième aventure d’un enquêteur sorti des sentiers battus. Antisthène, philosophe créateur de l’école des Cyniques et disciple de Socrate, est le héros ingénieux et fort en gueule de ce roman noir à la mode antique. Doté d’acolytes truculents et d’une liberté de paroles sans limites, il empoigne la vérité de sa main crasseuse et se fait le censeur irrévérencieux des plus grands comme le contempteur des bassesses de ses contemporains.


« Vois mes élèves ! Fils de chevaliers, de commerçants ou même d’esclaves, peu m’importe ! Je ne les reçois qu’à trois conditions : qu’ils soient vifs d’esprit, qu’ils acceptent de s’habiller pauvrement et qu’ils crachent sur les conventions et sur les bouffis d’or comme toi et les tiens ! »


Nous voici donc en 415 avant J.-C., à Athènes. Alors que le stratège Alcibiade assaille la Sicile, des scandales inouïs secouent la cité : les statues d’Hermès se réveillent mutilées et la cérémonie des Mystères d’Eleusis se trouve tristement parodiée. En ces temps de guerre, tous les présages comptent et les rumeurs vont bon train.

Les poings sur les îles, Elise Fontenaille et Violeta Lopiz

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Jeudi, 26 Janvier 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Contes, Le Rouergue

Les poings sur les îles, septembre 2011, 15€ . Ecrivain(s): Elise Fontenaille et Violeta Lopiz Edition: Le Rouergue


Les poings sur les îles est le premier album d’Elise Fontenaille, qui n’en est pourtant pas à son coup d’essai aux Editions du Rouergue. Si elle a plutôt l’habitude des textes longs destinés aux plus grands, elle s’est lancée avec succès dans la rédaction de cet opus en duo avec la plasticienne espagnole Violeta Ruiz, qui publie, elle, pour la première fois en France.

Les poings sur les îles est un album enchanteur dédié à tous les grands-pères du monde. Le narrateur a 6 ans, il apprend à lire et à écrire ; les mercredis et les dimanches il se rend chez Luis, son pépé, qui vit dans une petite maison entourée d’un jardin fabuleux et foisonnant d’oiseaux et de fleurs plus colorées les unes que les autres. Luis s’est installé ici il y a longtemps, quittant l’Espagne

« quand il avait onze ans. Il a traversé les montagnes, les collines, la campagne, et puis il est arrivé en France. Il fuyait la guerre et la misère, papa m’a dit il n’a pas eu d’enfance. »

Les petites bêtes de Tatsu Nagata

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Mercredi, 25 Janvier 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Asie, Seuil Jeunesse

Les petites bêtes de Tatsu Nagata, traduit du japonais par Thierry Dedieu, 192 p. 14,90 € . Ecrivain(s): Tatsu Nagata Edition: Seuil Jeunesse

Parmi la profusion d’ouvrages sur les animaux, proposée par l’édition jeunesse, la production de Tatsu Nagata dénote très nettement. Dans ses albums de sciences naturelles destinés aux tout-petits, il allie une extrême simplicité à une efficacité redoutable et à un humour omniprésent. L’exercice est enlevé, pertinent et bigrement intelligent. Il raconte ce qu’un scientifique en herbe est susceptible d’observer, à l’instar du professeur Nagata, scientifique reconnu et amoureux de la nature et croqué avec réussite dans de savoureux autoportraits.

Les petites bêtes de Tatsu Nagata rassemble huit de ces albums.  L’illustration sur une double page est accompagnée d’une phrase-clé offrant une observation sur l’animal étudié. Les images sont sobres et drolatiques, elles jouent sur des gammes de couleurs épurées et franches. Le propos énonce une réalité scientifique tout en laissant une grande place à l’humour, soit par contraste avec l’image, soir par effet d’exagération. De la même façon, les illustrations prêtent souvent à rire : tantôt elles jouent sur la personnification de l’animal, les lunettes à huit verres de l’araignée, le ver de terre attablé ou la fourmi éleveuse de pucerons en sont de bons exemples ; tantôt elles prennent au pied de la lettre la phrase correspondante, ainsi, face à l’escargot, « la tortue est rapide » et semble courir, alors qu’en hiver, il reste au fond de sa coquille, dotée d’une cheminée fumante.

Tu ne jugeras point, Armel Job

Ecrit par Laetitia Steinbach , le Lundi, 23 Janvier 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Mijade

Tu ne jugeras point, éditions Mijade, octobre 2011, 287 p. 12 € . Ecrivain(s): Armel Job Edition: Mijade


« Tu ne jugeras point par crainte d’être jugé », Matthieu VII.


Denise Desantis est une mère exemplaire : elle s’occupe admirablement de ses quatre enfants, soigne incomparablement son mari et sa maison et se rend pieusement, presque tous les jours, à l’église du bourg contempler le Vieux Bon Dieu, un Christ en croix médiéval qui jouxte un prémonitoire autel à répit, où l’on venait déposer les enfants mort-nés.

Dans cette campagne belge, un peu plate, un peu morne, un peu oubliée de tous, la vie est paisible, bien que difficile : les Desantis sont de « petites gens », « pauvres mais dignes » comme le souligne l’un des personnages du roman. Alors pourquoi un beau matin, en dépit de ce dévouement qui semble sans failles, Denise laisse-t-elle sa poussette devant un commerce, alors que David, 13 mois, y dort bien à l’abri sous sa capote  et son cache-pied ? Ce jour-là, c’est l’effroi : David ne réapparait plus vivant et tout le village, qui a encore en mémoire la sinistre affaire Dutroux, est en émoi : les habitants veulent un coupable à tout prix.

Les poissons viennent de la forêt, Jean-Yves Loude

Ecrit par Didier Bazy , le Mercredi, 18 Janvier 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Contes, Belin

Les poissons viennent de la forêt, images d’Alain Corbel, Belin, terres insolites, 126 p, 5,60 € . Ecrivain(s): Jean-Yves Loude Edition: Belin

Jean-Yves Loude aime briser un peu les codes : quand il écrit des livres pour la jeunesse, c’est pour faire lire les moins jeunes. C’est une stratégie. Il faut même parfois un long chemin pour s’initier aux contes de fée. Ainsi Bruno Bettelheim.

Ici plusieurs rendez-vous sont proposés au lecteur. Historique, géographique, anthropologique. Au milieu du XVI° siècle, un bateau d’esclaves angolais fait naufrage sur la petite île de Sao Tomé. Ce groupe transmettra ses rites et ses mythes jusqu’à nos jours. J.Y. Loude les a approchés. L’histoire de Kéta est plus qu’un hommage : une plongée géographique, une traversée historique, un témoignage anthropologique. Loin des clichés scolaires « culture et civilisation », le récit de Kéta va tutoyer l’universel.

« Depuis que je suis mort, je suis devenu bavard… ». Ainsi commence l’histoire de Kéta. Quelle histoire ? Mais quelle histoire ! Une histoire de décision. Une Vie. Décision pour Kéta de quitter le monde des morts (qui est le monde des vivants ancêtres du XVI° siècle ?) pour se réincarner, ici et maintenant, en un fils, forcément quand on n’est qu’esprit… Ah la filiation. Revient en mémoire la litanie œdipienne : de qui donc suis-je né ? Les Grecs ici sont noirs. Les Hellènes se métissent. Les Angolares sont de grands résistants. Et Kéta un de leurs descendants. Quel sera son héritage ?