Identification

Je veux que mon pays ressemble aux pays des impies !, par Amin Zaoui

Ecrit par Amin Zaoui le 21.08.18 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Je veux que mon pays ressemble aux pays des impies !, par Amin Zaoui

 

Nous sommes musulmans, donc nous sommes parfaits ! Ainsi ronronne ce vieux disque rayé tournant sur un vieux phonographe, depuis des siècles ! Et depuis des siècles les musulmans avancent les pieds enfouis dans la boue de leur Histoire et les têtes pendues aux illusions ! Sous-développement. Guerres. Famines. Peur. Haines. Dictatures. Théocratie. Prêches. Et hypocrisie.

En toute franchise, pourquoi est-ce que je veux que mon pays ressemble aux pays des impies ? Bien que la nouvelle Constitution, les autres anciennes aussi d’ailleurs, nous apprend matin et soir, noir sur blanc, selon l’article 2, que nous sommes musulmans, par naissance, par la force, par la loi ou par la foi, je rêve de voir mon pays ressembler aux pays des impies, similaire aux pays des qoffars ! Je rêve de me réveiller, par un bon matin, à Alger, à Oran, à Constantine ou à Tamanrasset, et voir les rues de nos villes et de nos villages propres et où les gens souriants, confiants en leur avenir, femmes et hommes se précipitent vers le métro pour rejoindre leur lieu de travail à l’heure, dans l’espoir de construire un grand pays appelé l’Algérie ! Comme le font les femmes et les hommes dans les pays des impies !

J’espère me réveiller un jour et voir les sujets dans mon pays devenus des citoyens, des vrais citoyens, loi et droit, comme le sont les citoyens des pays des impies ! J’aime voir les passants traverser les routes en empruntant le passage piéton comme cela se passe au quotidien dans les pays des impies ! Je rêve de voir nos mosquées, et elles sont nombreuses, sans voleurs de chaussures, des prieurs sans bousculades afin d’atteindre les premières rangées, des fidèles venant pour prier Dieu et non pas un responsable ! comme dans les églises et dans les synagogues des impies ! Je rêve de ne plus voir ces fidèles qui font leur sieste dans les mosquées, allongés sur le tapis de la prière avec une pastèque dans les bras, en attendant l’appel à la prière d’el iftar, le mois de carême ! Dans le monde des mécréants, le travail est une prière, chez les musulmans la prière est un travail, et quel travail ? Et c’est pour toutes ces raisons, que je rêve de voir mon pays comme les pays des impies ! Je rêve me réveiller et trouver les bacs de poubelles collectifs à leur place, sans qu’aucune personne nocturne ne les a embarqués dans son camion, comme dans les quartiers des villes des impies !

Je rêve de voir les enfants, fillettes et garçons, de nos écoles, accéder aux bibliothèques, aux théâtres, à la cantine scolaire, au transport scolaire, à l’image des enfants dans les pays des impies ! Je rêve de voir les femmes circuler dans les rues, se rendre à leur travail, sans être harcelées, sans être vues comme un morceau de chair vivante, comme sont vues les femmes dans les pays des impies par les hommes impies ! Je rêve d’entendre ou de lire la nouvelle suivante : « Un haut responsable, de premier rang, a rendu l’âme dans un hôpital de notre pays musulman » à l’image des responsables impies qui décèdent tranquillement dans les hôpitaux des pays impies ! Dès que je regarde le JT du 20 heures, avec ces images choquantes qui défilent à l’écran, ces vagues d’immigrants clandestins se donnant au risque de la Méditerranée, à la mort et au poisson, je pense à la générosité, et je rêve de voir mon pays en un havre humanitaire, une destination de ces embarcations bondées de femmes, hommes et enfants fuyant l’injustice, la pauvreté et les maladies, fuyant leur pays d’islam pour une paix et un refuge aux pays des impies ! Je rêve de me réveiller, par un matin, en trouvant mon pays vivre pleinement la démocratie et la diversité ; les fidèles au lieu de se disputer la propriété du Dieu parlent de l’entretien du jardin du quartier, évoquent l’état du vieux qui n’arrive pas à grimper les soixante marches d’escalier, conversent sur le renouvellement du fonds documentaire de la bibliothèque municipale, sur l’amélioration des services des transports en commun, comme le font les fidèles dans les pays des impies ! Se réveiller un jour et voir les partis politiques interdits d’investir dans la religion, comme dans les pays des impies mangeurs de cochon !

Comme dans les villes des impies, je rêve de voir un jour dans nos villes (ou dans ce qui reste de nos villes) mes concitoyens, les femmes et les hommes en couples souriants, en file d’attente devant une salle de cinéma afin de déguster la projection d’un nouveau film, et pas pour acheter un sachet de lait ! comme cela se passe chez les impies dans leurs villes et dans leur vie quotidienne !

C’est pour tout cela que je veux que mon pays ressemble au pays des impies.

 

Amin Zaoui

 

"Souffles" in Liberté (Alger)

 


  • Vu: 1976

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009