Identification

Je de l’Ego « Narration entaillée », Vincent Motard-Avargues

Ecrit par MCDEM (Murielle Compère-Demarcy) 03.09.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Editions du Cygne

Je de l’Ego « Narration entaillée », mars 2015, 91 pages, 12 €

Ecrivain(s): Vincent Motard-Avargues Edition: Editions du Cygne

Je de l’Ego « Narration entaillée », Vincent Motard-Avargues

 

Je de l’Ego titre l’une des parties de cet opus signé Vincent Motard-Avargues, où se déclinent les multiples identités éclatées de Noé Vida l’anti-héros, rassemblant les vies de ses Je sans moi.

Bilan d’une vie, ou d’une non-vie ? Compte-rendu poétique fictionnel d’une résonance sensible en nos temps qui courent, où tous nos repères tombent, armatures socio-professionnelles, familiales, psychologiques etc.

À l’instar du célèbre jeu de construction au succès toujours d’actualité, l’identité d’un « Je de l’Ego » assemble ici les éléments – brique à brique – de ses différents moi, pour les reconstruire si possible dans un parcours chaotique en lignes brisées et dans une ascèse poétique qui ne manque ni de lucidité ni de causticité en fin de compte. Dresser par la vertu d’une veine poétique ajustée un constat désabusé de l’existence peut (r-)éveiller la conscience.

De « Ce qui Reste » (clin d’œil à la revue numérique dirigée par Vincent Motard-Avargues), après un effondrement de tout l’être, que reste-t-il à dire / à écrire, à l’approche du « Siddharta (ou presque) », après avoir ouvert les « Matriochka » des choses à découvrir / des êtres à rencontrer ? Que reste-t-il de « Tout », de « toi », de ce « tu » toujours à connaître, « et » du « Je de l’Ego » ? – « Un truc qui court », « la Paix », « un oui sans fin » ?…

Dans un jeu de déconstruction du langage et du rythme, dans un jeu de reconstruction d’un cosmos au « logos » reformulé par une poésie reconfigurant au passage du temps la singularité d’un monde – celle d’un quidam en perte du Sens probablement à donner au cours de son existence, à l’arrêt ou plutôt en pause dans une crique où l’abordage pense jeter l’ancre définitivement, ou lever à nouveau les voiles par le large insufflé par la force régénératrice d’une encre poétique – Je de l’Ego invite au voyage d’une descente dans les eaux du silence et du retrait qui, paradoxalement, maintient le cap de l’espoir.

Avec la folle allure d’un Je s’écrivant, feuilletant les pages de son histoire depuis sa crique d’existence où il entame de tourner le film de sa vie. Dans une langue dépouillée, comme épurée, dont la densité des mots, leur puissance poétique, refait le monde à l’image d’un Je sans moi revenu de tout, aux facettes kaléidoscopiques dont chacun a pu entrevoir déjà la fragilité au cours de sa propre expérience de vie, des peines aux déceptions écopées jusqu’aux joies égrenées.

Poésie singulière émouvante dans ses Chants et danses syncopés, joués dans la fluidité arythmique deflashbacks et d’instantanés reformulés pour mieux en saisir l’épopée personnelle / universelle. Pour s’en délivrer aussi, peut-être, qui sait ?

 

je sais

je le sais

mots

rêve

espoir

ce qui

se dit

s’écrit

cette lueur

cette absence

antique saison

du feu

flamme subtile

du temps

l’éternité

je sais

je le sais

comme on vit

comme on respire

un oui sans fin.

 

Murielle Compère-DEMarcy

 


  • Vu : 1035

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Vincent Motard-Avargues

 

Vincent Motard-Avargues, né en 1975 à Bordeaux, où il vit et travaille, exerçant photo et musique en amateur, est l’auteur de deux livres : Si peu, Tout, Éclats d’Encre (2012) et Un écho de nuit, Éditions du Cygne (2011). Sont également parus : À ce qui est de ce qui n’a, Encres Vives (2013), Leurs mains gantées de ciels, Encres Vives (2012), Le village retrouvé, Encres Vives (2012), L’Alpha est l’Omega, Éditions 36° (2011).

 

A propos du rédacteur

MCDEM (Murielle Compère-Demarcy)

 

Lire toutes les publications de Murielle Compère-Demarcy dans la Cause Littéraire

 

Est tombée dans la poésie addictive (ou l'addiction de la poésie), accidentellement. Ne tente plus d'en sortir, depuis. Est tombée dans l'envie sérieuse de publier, seulement à partir de 2014.

A publié, de là jusqu'ici :

Je marche--- poème marché/compté à lire à voix haute et dédié à Jacques DARRAS, éd. Encres Vives, 2014

L'Eau-Vive des falaises, éd. Encres Vives, 2014

Coupure d'électricité, éd. du Port d'Attache, 2015

La Falaise effritée du Dire, éd. du Petit Véhicule, Cahier d'art et de littératures n°78 Chiendents, 2015

Trash fragilité (faux soleils & drones d'existence), éd. du Citron Gare, 2015

Un cri dans le ciel, éd. La Porte, 2015

Je Tu mon AlterÉgoïste, éd. de l'Ecole Polytechnique, Paris, 5e, 2016

Signaux d'existence suivi de La Petite Fille et la Pluie, éd. du Petit Véhicule, coll. de La Galerie de l'Or du Temps ; 2016

Co-écriture du Chiendents n°109 Il n'y a pas d'écriture heureuse, avec le poète-essayiste Alain MARC, éd. du Petit Véhicule ; 2016

Le Poème en marche suivi par Le Poème en résistance, éd. du Port d’Attache ; 2016

Dans la course, hors circuit, éd. Tarmac, coll. Carnets de Route ; 2017

Poème-Passeport pour l’Exil, avec le poète et photographe ("Poétographie") Khaled YOUSSEF éd. Corps Puce, coll. Liberté sur Parole ; mai 2017

S'attèle encore. À écrire une vie, ratée de peu, ou réussie à la marge.

Publie en revues (La Revue Littéraire (éditions Léo Scheer), Poezibao, Phoenix, FPM-Festival Permanent des Mots, Traction-Brabant, Les Cahiers de Tinbad, Poésie/première, Verso, Décharge, Traversées, Mille et Un poètes (avec "Lignes d’écriture" des éditions Corps Puce), Nouveaux Délits, Microbes, Comme en poésie, Poésie/Seine, Cabaret,  …).

Rédactrice à La Cause Littéraire, écrit des notes de lecture pour La Nouvelle Revue Littéraire (éd. Léo Scheer), Les Cahiers de Tinbad, Poezibao, Traversées, Sitaudis.fr, Texture, …

Effectue des lectures : Maison de la Poésie à Amiens ;  à Paris : Marché de la Poésie (6e), Salon de la Revue (Hall des Blancs-Manteaux dans le Marais, Paris 4e), dans le cadre des Mardis littéraires de Lou Guérin, Place Saint-Sulpice (Paris, 6e), Festival 0 + 0 de la Butte-aux-cailles, Melting Poètes (Paris, 14e) ; auteure invitée aux Festival de Montmeyan (Haut-Var)[depuis août 2016] ; au Festival Le Mitan du Chemin à Camp-la-Source en avril 2017;  [Région PACA] ; au Festival Découvrir-Concèze (Corrèze) du 12 au 18 août 2018

Lue par le comédien Jacques Bonnaffé le 24.01.2017 sur France Culture :

https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie/courriers-papillons-24-jour-deux-poemes-de-front